Montpellier : racketté et menacé, l'ado de 12 ans ne va plus au collège.

Publié le 18 Février 2013

40 ans de socia-lie! 40 ans où l'enfant devenue roi partout et au centre de tout est devenu dans le même temps, le martyr d'autres enfants! Et ceci devant des adultes impuissants si ce n'est coupable de ne rien faire sous le prétexte de ne pas s'ingérer voire de stigmatiser! On sait ce que provoque une gifle à un élève qui insulte son Prof, un Maire, un adulte en général.

Souvenons-nous de ce que disait Platon grand maître à penser et qui pourrait être encore un référent s'il n'était pas "politiquement incorrect"!

Lorsque les pères s’habituent à laisser leurs enfants, lorsque les maître tremblent devant leurs disciples et préfèrent les flatter, lorsque les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus l’autorité de personne au-dessus d’eux, alors c’est le début de la tyrannie. 

Gérard Brazon

*****

Le jeune collégien de 6e est élève de l'établissement Arthur-Rimbaud de Montpellier.

Midi-Libre

Le jeune collégien en classe de 6e au collège Arthur-Rimbaud de Montpellier, ne suit plus les cours depuis deux mois. Sa maman a déposé plainte à la police de La Paillade. L'inspection d'académie, quant à elle, se donne le temps de la réflexion.   

"Il est vraiment traumatisé et malade. Il a développé des phobies scolaires, selon le médecin qui l’a examiné. Et aujourd’hui, le collège me dit de le ramener, sinon on va me couper les prestations..."

Cette Montpelliéraine est la mère d’un garçon de 12 ans. Un enfant qui, depuis plusieurs mois déjà, ferait l’objet d’un racket au sein de l’établissement Arthur-Rimbaud où il est scolarisé en 6e . Dans cette classe, l’adolescent subirait la violence de quatre ou cinq de ses camarades depuis l’automne dernier.(Bien entendu, vous ne verrez aucune stigmatisation d'élèves qui sont tous par définition égaux entres eux et de bonnes familles issus de bons milieux. Ndlr Gérard Brazon)

 

Insultes et menaces sur Facebook

Résultat : voilà deux mois que cet élève ne va plus en cours. D’autant plus que se sont ajoutées des insultes et menaces proférées sur internet via le réseau social Facebook, au moins depuis le début de ce mois. Sur une page, l’adolescent et sa mère sont insultés en termes orduriers et il y est clairement question de racket et menaces.

"Si plainte il y a, nous allons pouvoir prendre des sanctions"

Désemparée, la maman a pris rendez-vous avec la directrice de l’établissement. Et contacté l’inspection d’académie. En vain pour l’instant. "Nous avons donné les noms de ces élèves à la directrice qui nous a reçus avec mon fils, il y a une quinzaine de jours. Elle nous a dit qu’elle enverrait un mail à l’inspection mais ne nous a pas annoncé si elle allait prendre des sanctions, alors que tout le monde est au courant", poursuit la mère.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

aupied 19/02/2013 04:24


pourquoi couper les allocation a cette dame , si sont fils ne va plus lécole ce n'est de sa faute ?  c'est les coupables et leurs  parents qu'ils faut punir , mais voilà quand on
connait un peut la palliade a montpellier , ce n'est pas etonnant , il avait était question il y a quelques années de supprimer les allocations familliales a toutes familles dont les enfants se
conduisent mal , mais voilà les associations comme d'habitude se sont misent aux milieux, je serais curieuse de connaître leurs réactions si c'étaient a un de leurs enfants que l'on toucherai
 a débattre

isabelle 18/02/2013 21:07


C'est encore pire que de la non-assistance à personne en danger, c'est carrément intimer l'ordre à ce pauvre gosse d'accepter son supplice, sinon pas d'allocs !

Epicure 18/02/2013 15:42


Platon l'a écrit et nous le savons bien que rien n'est nouveau sous le soleil (depuis Salomon 6 siècles avant Platon....(je ne sais plus exactement))


Donc la tyrannie est déjà là et elle passera aussi ....Tant pis pour ceux qu'elle persécutera..;comme d'habitude.


Vous voyez un moyen de changer et redresser le Bois Tordu de l'Humanité? (K.E. Kant )