Mosquée de Ground Zero, la polémique fait rage aux USA.

Publié le 25 Août 2010

Plusieurs centaines d'opposants ont manifesté, dimancheà New York, contre le projet de construction d'un centre islamique à deux rues de Ground Zero, site des attentats du 11 septembre 2001. (Crédits photo : AFP)

          Plusieurs centaines d'opposants ont manifesté, dimancheà New York, contre le projet de construction d'un centre islamique à deux rues de Ground Zero, site des attentats du 11 septembre 2001. (Crédits photo : AFP).

           Les Etats Unis ne sont pas la France. Le peuple ne craint pas de s'exprimer. Le peuple n'est pas traumatisé par 35 ans de bourrage de crâne. Le peuple ne craint pas le courroux des droits-de-l’hommistes. Le peuple est libre et a une haute idée de sa liberté. Le peuple américain a compris que construire une mosquée à deux pas de l'attentat du 11 septembre ne relevait pas du hasard, que ce n'était pas une œuvre de bonne volonté de la part des musulmans sinon, pourquoi ne pas construire une église ou un temple dédié aux victimes en Arabie Saoudite puisque les terroristes étaient en majorité saoudiens!

Mais nos biens- pensants trouvent bien cette mosquée, c'est un beau geste humaniste, un pardon vis à vis de l'horreur! Ces bisounours français sont pitoyables de naïveté ou pire de bêtise.

             La mosquée qui doit-être construit (si elle se construit) ne sera qu'un grand doigt d'honneur de 13 étages à la douleur américaine et aux 3000 morts.

Cette mosquée est une honte. Obama n'a fait qu'aggravé la situation. Pour faire un parallèle, imaginons qu'après la destruction de la tour Eiffel, Bertrand Delanoë et Nicolas Sarkozy autorisaient la construction d'une Mosquée sur le champs de Mars à deux pas de l'école militaire.

Gérard Brazon

Des manifestants se sont fait face dimanche soir à New York. Le débat affecte la popularité de Barack Obama.

La place de l'islam dans la société américaine est-elle en passe de devenir un sujet majeur de la campagne pour les élections de mi-mandat du 2 novembre? Ils étaient plusieurs centaines à s'invectiver dimanche à New York, séparés par un cordon de policiers. «Pas de mosquée!», criaient les uns, reprenant des chants patriotiques et brandissant des affiches où le mot «charia» apparaissait en lettres dégoulinantes de peinture rouge sang. «Peu importe ce que les bigots disent, les musulmans sont bienvenus», scandait l'autre groupe de manifestants.

Ce face-à-face tendu en dit long sur la virulence du débat national que suscite depuis le début de l'été le projet de construction d'un centre islamique à deux rues de Ground Zero, site des attentats du 11 septembre 2001, jugé sacré par de nombreux Américains. Le Parti républicain et une grande partie des familles de victimes ont protesté contre un projet perçu comme une provocation inutile. Invoquant la liberté de pratique religieuse comme «l'une des raisons majeures de la création de l'Amérique», le maire démocrate de New York, Michael Bloomberg, un Juif, a au contraire soutenu fermement la démarche, y voyant le symbole de la capacité du pays à surmonter ses divisions et à rallier les partisans d'un islam modéré. En ligne avec cette approche, dont il avait souligné l'enjeu dans son discours du Caire en 2009, Barack Obama s'est invité dans le débat pour expliquer que les musulmans avaient le droit de construire ce centre près de Ground Zero.

Des mots qui pourraient lui coûter politiquement cher, même s'il a refusé de dire si le projet devait être mis en œuvre, vu l'opposition qu'il suscite. Tout à son idéal de réconciliation de l'Occident avec l'Islam, le président semble avoir sous-estimé les appréhensions de la société américaine. Dimanche, certains responsables musulmans impliqués dans le projet n'ont pas exclu que le lieu de construction puisse être déplacé pour apaiser les esprits.

 

Méfiance grandissante 

 

Le fait est que la question de l'islam suscite une inquiétude grandissante dans une Amérique qui n'abrite pourtant qu'une toute petite minorité de musulmans (à peine 1% de la population, contre environ 10 % en France). L'attentat perpétré cet automne sur la base militaire de Fort Hood par un officier américain musulman a profondément marqué les esprits, réveillant la peur d'une «cinquième colonne» islamiste prête à frapper le pays dans le dos. La découverte de l'implication de musulmans américains dans plusieurs projets d'attentats avortés, comme celui de Times Square, a accru les soupçons d'une nation qui pensait son modèle d'intégration des minorités supérieur à celui de l'Europe.

Loin de se limiter à la polémique de New York, les oppositions à la construction de mosquées se multiplient à travers le pays, de la Floride au Tennessee. Dans cet État conservateur de la «ceinture de la Bible», trois projets de mosquées ont poussé des centaines de personnes à descendre dans la rue, pour «garder le Tennessee libre de tout terrorisme». «Nous n'avons jamais éprouvé un tel degré d'hostilité», confiait hier dans le Washington Post le professeur Saleh Sbenaty, un musulman syrien installé depuis trente ans en Amérique, et responsable de l'expansion de la mosquée de Murfreesboro, près de Nashville.

Selon un sondage de Time Magazine, 43% des Américains ont une vision négative de l'islam. Cette méfiance grandissante rejaillit sur le président, dont beaucoup d'Américains n'apprécient guère les gestes d'ouverture vers le monde islamique, alors que les boys tombent sous les balles des talibans en Afghanistan. «C'est un musulman, il n'est pas des nôtres !», confiaient ce week-end, dans le Wyoming, trois cow-boys après une soirée arrosée. Selon un sondage du Pew Center, près de 20% des Américains partagent cette opinion. Invoquant le deuxième nom d'Obama, Hussein (celui de son père, kenyan), et le fait qu'il ne se soit pas choisi de paroisse chrétienne à Washington, ils sont persuadés que le président a menti sur son lieu de naissance et sa religion, tirant leurs «informations» des sites de théories du complot qui pullulent sur Internet.

Le danger est que ces théories de la conspiration sont également présentes dans les milieux musulmans, où beaucoup se disent persuadés que le 11 Septembre a été fomenté par les Juifs d'Amérique et le Mossad pour justifier la guerre américaine en Afghanistan. Selon le Washington Post, deux imams ayant travaillé avec l'imam Feisal Abdul Rauf, inspirateur bien intentionné du projet de centre islamique de New York, avaient émis des opinions de ce type au lendemain des attaques. Rauf, en visite à Bahrein pour un voyage sponsorisé par le département d'État, s'est contenté d'appeler à l'«harmonie», défendant la Constitution américaine et les droits qu'elle procure.

LIRE AUSSI :

» Un projet de mosquée à Ground Zero divise l'Amérique

» Une mosquée en Amérique

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Repost 0
Commenter cet article