Motion de censure contre les options économiques "folles" de François Hollande

Publié le 15 Février 2013

Les députés UMP vont déposer une motion de censure contre les options économiques "folles" de François Hollande



 

Les députés UMP déposeront "dans les prochaines semaines" une motion de censure contre les options économiques "folles" de François Hollande, dont l'objectif de ramener les déficits publics français à 3% du PIB fin 2013 ne paraît plus tenable.

Dans une interview à paraître demain dans Les Echos, Jean-François Copé estime que les déclarations du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, jugeant "probable" l'abandon de cet objectif par le chef de l'Etat, constituent "le véritable aveu de son échec". 

"Si aujourd'hui l'objectif de 3% ne peut pas être tenu, c'est en raison des options folles qu'il a prises, comme le prouve le rapport de la Cour des Comptes", déclare le président de l'UMP. 

"N'y voyez pas seulement le discours d'un opposant. Le FMI, la Commission européenne dressent eux aussi ce constat accablant. François Hollande doit immédiatement changer de politique économique", estime-t-il. 

"Pour l'y inciter, avec Christian Jacob et nos collègues du groupe UMP, nous allons déposer dans les prochaines semaines une motion de censure à l'Assemblée nationale", ajoute-t-il. 

Jean-Marc Morandini.com

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Marie-claire Muller 15/02/2013 19:04


Vengeance – Plat que Sarkozy mange chaud


15 février 2013 | Classé dans: DETENTE,Détente,Politique Française,Présidence Hollande | Posté par: Michel Garroté



 
in Share


 


-





-


Michel Garroté, réd en chef –- Depuis une soixantaine d’années, la Cinquième République Monarchique Française fait couler beaucoup d’encre et parfois du sang et des larmes. Tels
les « Rois Maudits » de Maurice Druon, les Roy de la Cinquième alimentent chroniques, romans et feuilletons. Le grand rusé Gaulois, le Diamantaire à particule, le Rose post-pétainiste,
le comique Chirak, le petit Nico, tous, ont fait la démonstration que la réalité dépasse la fiction. Le plus déconcertant d’entre eux fut, pour moi, le petit Nico, dit Nicolas le Bref.


Lorsqu’il fit mine de sombrer dans la dignité en mai 2012, je me dis que c’était un nouveau coup de bluff. Narcissique 1er n’allait tout de même pas abandonner. Je fis le pari qu’il donnerait de
la voix dès octobre. Il le fit en août, en septembre, et, depuis, il n’arrête pas. Il pense être subtil, habile à la manœuvre. Il ne dit pas Lui directement ce qu’Il a à dire. Il fait dire à ses
laquais qu’Il a dit ceci et cela.


Ce n’est ni subtil, ni habile. C’est du niveau cour de récré ou même caniveau. Les Français sont des veaux, disait le grand rusé Gaulois qui en était. Sauf que depuis, les veaux ont grandi. A
l’heure ou le cheval se prend pour du bœuf, les Gaulois sont d’humeur plutôt tauromachique à l’égard des gueux qui sont aux commandes de la République et à l’égard de ceux qui prétendent y
revenir.


-





-


Ainsi, le désopilant Hervé Klareskind le bien nommé, dans une royale missive intitulée « Nicolas le Bref ourdit déjà sa revanche », écrit (lien en bas de page) : « Nous sommes
ici fort alertes, pendant que vous philosophez en votre château de Provence. La douceur du climat et la beauté des paysages vous enchantent au point que l’on peut dire sans coup férir que vous
êtes dans le bonheur parfait: vous voilà donc, ma chère enfant, dans votre gloire de Niquée. Ma bonne, je m’en vais vous surprendre et vous entretenir de la rumeur qui bruit au sein de la Cour,
une denrée, je vous l’accorde, dont personne ne manque même en ces temps de disette. Ne vous donnez pas la peine de jeter votre langue au chien: je vous la livre céans ».


Hervé Klareskind : « Notre ancien roi, Nicolas le Bref, défait par François le Flou voici bientôt un an, caresserait le dessein de prendre sa revanche et donc de reconquérir le trône de
France! Ses amis le pressent de livrer bataille le moment venu à des fins de chasser celui qu’ils considèrent comme un usurpateur, incapable de redresser les finances du royaume et,
affirment-ils, tout aussi incapable de faire enfin désenfler le nombre des désœuvrés. Ces mêmes amis se répandent à présent dans les gazettes comme pour mettre à l’épreuve la possibilité que le
Bref vienne à Restauration ».


Hervé Klareskind : « Nous étions voici peu à souper chez l’un de ses proches qui nous confia, en termes plus crus, que le Bref s’ennuyait à mourir. Sa barbe naissante serait-elle le
signe de son apathie, de sa mélancolie? Comment le savoir? Les rumeurs et les fagots sont indéchiffrables, comme emmêlés à plaisir pour brouiller les sentiers de chasse afin d’égarer les
meilleurs limiers. Selon certains de ses courtisans, l’ancien roi mènerait une vie toute de frénésie, ne tenant pas en place, en son manoir de Miromesnil où, dit-on, l’atmosphère est celle d’une
ruche. D’autres prétendent au contraire que le Bref passe de longues heures, comme prostré, prenant son visage entre ses pains, à la façon d’une inconsolable pietà, les yeux tournés vers le Ciel,
attendant sans doute une eucharistie qui lui intimerait d’aller livrer croisade contre l’apostat qui l’a vaincu. D’autres enfin, rapportent que le Bref a les oreilles brisées par le luth de sa
très belle épouse, la princesse Carla qui, ainsi que vous le savez, connaît une petite célébrité grâce à la gentillesse de sa voix ».


Hervé Klareskind : « A la vérité, personne ne sait trop et chacun fait bien entendu semblant de savoir. Ainsi du duc de Bordeaux, à présent confiné dans un rôle de sage, délivré des
épines qui gâtaient son caractère, qui va prêchant le retour du Bref comme la fin des plaies d’Egypte. Ses amis ont d’ailleurs formé une petite ligue, baptisée comme il se devait, la Ligue des
Amis de Nicolas, et s’emploient à dispenser la bonne parole. Chercheraient-ils à convaincre ses anciens féaux de se rallier à ses couleurs plutôt que briguer un trône qu’ils risquent de laisser
échapper, faute de pouvoir affronter le Flou qui, à n’en pas douter, ne cédera pas sa couronne pour un panier de pommes blettes ? ».


Hervé Klareskind : « Son ancien Grand chambellan, François le Sombre, que d’aucuns surnomment à
présent le Taiseux, semble avoir choisi de faire retraite sans doute pour panser les plaies causées par son duel avec Copé de Meaux. Ma chère bonne, jugez un peu ! Ces deux
mousquetaires se sont écharpés comme jadis Valéry le Hautain et Jacques le Hardi : il n’en resta qu’un seul
au terme d’une tragédie qui faillit causer la perte de la Ligue de la Croix de Lorraine. Ces deux bretteurs sont comme l&rsquo

L'EN SAIGNANT 15/02/2013 18:53


99% de POURRIS, de PROFITEURS et, le 1% qui reste .... On ne l'entend guère .... mais ça c'est une autre histoire .... La FRANCE , ancienne PATRIE de la LIBERTÉ et des LUMIÈRES .... s'est faite
RAPer ... !

aupied 15/02/2013 14:01


il ne faut pas qu'il change de politique il faut qu'il foute le camp de l'elysée,  et demander aux Français de retourner voter pour elire cette fois un président respnsable , nous sommes
devenus la risée du monde entier , car si on continu sur cette lancée on est fichu pour de bon , et surtout arréter l'immigration , il n'y a plus de boulôt , bientôt il n'y auras plus d'argent
pour payez les retaités qui EUX on PAYEZ leurs cotisations (retraites dont le gouvernement a encore écorner) et surtout on payes des gens qui nont jamais rien fait en France si ce n'est des minos
, pour les allocations