Mouloud Aounit (MRAP) en héros par Jean Michel Riera! Drôle si ce n'est ridicule

Publié le 14 Novembre 2011

Il existe des tas de personnes qui font le bien dans ce bas monde! Il existe des tonnes de combats à mener pour la justice. Mais pour le réalisateur,  Jean-Michel Riera, journaliste de la gauche bobo, de la bien-pensance, il n'y a qu'un héros en France, qu'un seul combat, l'habituel combat de cette gauche larmoyante en apparence mais surtout totalitaire!

Le Héros? Mouloud Aounit ex président du MRAP mis aujourd'hui à l'écart.

Le combat ? La lutte contre le racisme, l'introduction du mot islamophobie inventé par Khomeiny (belle référence) et la soi-disante Palestine! 

Ce réalisateur veut faire un film sur ce personnage public en déclin. Il le dit dans le journal en ligne algérien El-Watan. L'essentiel des subventions est public (hé oui, la Mairie de Paris et d'autres subventionnent l'ode à Mouloud). Le privé se fait tirer l'oreille et il a bien raison! 

Qui est le Mouloud? Le réalisateur dit qu'il fût blessé par les insultes du genre "fils de bougnoules" lorsqu'il était plus jeune! Il serait arrivé en France à l'âge de trois ans et sans rire, le réalisateur affirme que Mouloud considère la France comme sa terre natale! Anachronisme ? Pas sûr! C'est certainement une façon d'affirmer son ancrage français et pourquoi pas! Seulement voilà, on ne peut naître en Algérie et considérer un autre pays comme une "terre natale"! C'est un fait.

Qu'il soit attaché à la France, qu'il la considère comme sa patrie, on peut le comprendre, mais en aucun cas il ne peut la considérer comme sa terre natale! Mais passons ce n'est pas vraiment important! 

Mouloud Aounit fait partie de cette engeance destructrice des valeurs de la Nation France. Cette France qu'il dit aimer mais à qui il ne pardonne pas un passé coloniale qui serait uniquement négatif, son passé négrier en oubliant la part du vendeur africain et les collabo sous l'Allemagne nazie en oubliant les députés socialistes ayant voté les pleins pouvoirs à Pétain. Il focalise sur les décadences supposées et ignore superbement les grandeurs réelles! C'est surement cela la "terre natale" vue par Mouloud!

En conséquence, lui qui dit aimer la France - avec la complicité de journalistes de la bien pensance - ne voit d'elle que son côté noir, les placards à cadavres et refuse d'admettre que la France ne fût pas que cela !

Quel est le pays qui n'a pas sa face sombre, qui n'aurait fait que le bien autour de lui ? De quel droit d'ailleurs, juge-t-on un pays ou la population française à l'aune d'un passé dont elle n'est présentement et en aucun cas responsable ?

Mais dans son cas, ce n'est pas de droit mais de but final qu'il s'agit! Le but étant de culpabiliser les Français du fait d'un passé qui serait forcément trouble afin d'obtenir encore plus de privilèges pour les "droits-de-l'hommistes"!

Pour le cas Mouloud, il devrait vérifier dans son pays natal,   l'Algérie, ce qu'est le respect des droits de l'homme,  le droit de se convertir à la chrétienté par exemple pour les Kabyles! Mais si cet homme avait un tant soit peu de logique, il devrait se révolter sur les peines de mort prononcées par l'Arabie Saoudite ou par l'Iran et tout cela au nom d'Allah! Il devrait condamner l'islam qui lui est fondamentalement en opposition avec les  droits de l'homme par le refus de considérer la femme comme l'égale de l'homme et ce, dans les 57 pays à majorité musulmane. Mais là, il faudrait qu'il soit plus couillu, bref plus sincère dans sa démarche!

Gérard Brazon

***********

-

- Pourquoi avoir choisi Mouloud Aounit comme sujet de votre second documentaire ?

Il représente une époque, une culture et un savoir-faire. Il est le produit de l'immigration algérienne en France qui date des années 1950. Son parcours retrace l'histoire de cette immigration, de son intégration dans le pays d'accueil et de son imprégnation de la culture populaire ouvrière de la banlieue rouge. C’est aussi une illustration du succès et du déclin de cette culture ouvrière. Car, alors que nous assistons à sa mise à l'écart par la direction du MRAP (...)

- Aounit est le premier à avoir utilisé le terme «islamophobie». Quel a été son rôle dans la lutte contre ce qu'il a défini comme une nouvelle forme de racisme ?

Il est très attentif au racisme, aux discriminations et à leurs formes émergentes. L’islamophobie est l’un des racismes qui a été le plus contesté. Pour ceux qui réfutent l’existence de ce phénomène, l’islamophobie est une construction des islamistes pour légitimer leurs revendications. Caroline Fourest est l’une des principales tenantes de cette thèse.(...)

- Vous avez lancé une campagne de soutien pour ce film documentaire. Quel est l'intérêt de cette démarche ?

Cette campagne de soutien a pour objectif d'obtenir des fonds privés, mais elle ne fonctionne pas pour l'instant. Bien que nous bénéficiions de fonds publics, nous avons besoin d’équilibrer les comptes. Les fonds privés émanent de nos diffuseurs et de la maison de production mais cela ne suffit pas. C’est pourquoi nous avons fait appel aux bonnes volontés et au public naturel de ce film afin de boucler notre budget. 

L'ensemble de l'article ICI

Né en 1964 à Nancy, Jean-Michel Riera est photo-journaliste de formation. Il a travaillé dans la presse écrite : Actuel, Libération, Le Point, L'Evénement du Jeudi ainsi que pour les publications du journal Le Monde... Par la suite, il s’est investi dans la réalisation de documentaires, sans renoncer à son premier métier.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Colbert 14/11/2011 10:18



Le ver dans le fruit...


Les peuples normaux le détruisent, nous, nous l'importons !


Rien à comprendre, sinon l'attrait du suicide...