Mourir d’être chrétien Par Charles Rouvier

Publié le 19 Mai 2014

boulevard-voltaire-jesus-christ

Au Soudan, une chrétienne de 27 ans, enceinte de 8 mois, vient d’être jugée et condamnée à mourir.

  Pour Bd Voltaire.

Cette fois, pas de Coran que l’on aurait vu brûler, ou de « nom d’Allah » prononcé de façon éhontée comme au Pakistan ou en Indonésie, mais un chef d’accusation aussi simple qu’explicite : « avoir apostasié l’islam ». Sauf que la jeune femme, élevée par sa mère orthodoxe en l’absence de son père musulman, n’a jamais changé de religion. Chrétienne, elle l’a toujours été. Mais pour l’honorable cour qui a rendu le verdict, naître d’un parent musulman, c’est être musulman, sinon c’est qu’on a un problème, un vice caché, enfin un truc qui va pas. Puis, circonstance aggravante – qui lui vaut d’ailleurs d’être aussi condamnée à cent coups de fouet —, elle a épousé un chrétien.

Pour cette jeune femme, ce sera donc la mort par pendaison. On fera, si l’on peut dire, d’une pierre deux coups puisqu’on tuera aussi l’enfant dans son ventre. (Où sont les bonnes âmes de gauche, les associatifs droits-de-l'hommiste, les féministes, l'Eglise de France, la Vatican, le MRAP, la LICRA, la LDH, le CRAN et j'en passe.)

La chrétienté offre ici une nouvelle fois un exemple de ce qu’est véritablement un martyr, nom dévoyé par les terroristes islamistes – pourtant prompts à en faire chez les autres – qui le donnent à leur moindre poseur de bombe ou tireur embusqué. Si la sentence de mort est confirmée, cette jeune femme viendra s’ajouter, pour les chrétiens, à la très longue liste de de véritables martyrs de la foi qui, des arènes de Rome aux échafauds de Grande-Bretagne, de la guillotine française aux pelotons mexicains ou aux chambres froides communistes, sont morts d’être restés fidèles, en silence, sans autre violence que celle qu’ils acceptent de subir.

L’Occident, affligé d’une incroyable surdité volontaire, saura-t-il voir ce énième avertissement ? Ici, des centaines de jeunes filles sont enlevées et finiront leurs jours dans un harem. Là, les invités d’un mariage chrétien sont mitraillés. Là encore, des religieuses sont tuées… jusqu’en France, où les églises profanées commencent à inquiéter, enfin.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article