L'UMP, la Droite Populaire, le Front National, l'heure d'un bilan annoncé ?

Publié le 13 Mars 2011

          Cet article est une réaction à l'article du NouveObs (journal de gauche et bien pensant) qui souligne semble-t-il, une grande offensive de Marine Le Pen sur la droite de l'UMP. Cette femme est une bête politique qui a bien compris tous les ressorts qui animent la vie politique française. Aussi bien ceux qui sont rouillés que ceux, qui sont déficients.

En effet, beaucoup d'électeurs de l'UMP sans le dire encore clairement, ne voient pas ou plus dans Marine Le Pen, l'épouvantail qu'ils voyaient dans Jean Marie Le Pen. Autant l'un faisait peur autant l'une dégage une envie. Celle de voir ce parti politique se rapprocher du pouvoir au point, non pas de l'exercer seul, mais d'y participer tout au moins. Il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour se rendre compte que Marine Le Pen souhaite exercer le pouvoir contrairement à son père qui s'arrangeait pour ne jamais être en position de le faire. La grande, l'immense différence est là. De ce fait, elle implique, sachant que le Front National ne pourra exercer seul ce pouvoir, trouver des alliances ou au minimum des ententes avec une droite plus classique dite curieusement républicaine libérée des diktats de la gauche et de sa pensée mortifère de la nation française. En clair, les Français ont envie qu'on leur parle de la Nation et de ses valeurs.

Va-t-elle réussir à convaincre les électeurs de cette droite classique ?

Va-t-elle dans le même temps séduire les électeurs d'une gauche populaire qu'essaye de rameuter un Mélenchon démagogique ?

Nul ne le sait encore mais, les sondages indiquent quoi qu'on en pense, une forte poussée du FN nouvelle formule. Marine Le Pen séduit de plus en plus. Elle n'a pas les défauts de son père, elle a reconnu la barbarie nazie et a émis des regrets clairs sur les dérapages de son père

Toute personne, un peu informée ou attentive à la vie politique se rend bien compte qu'elle est en passe de changer la donne. Lui refuser un plateau de télé, une émission de radio sera la preuve qu'elle a raison désormais de se battre contre une intelligentsia plus préoccupée par son confort que par la France.

S'il faut combattre Marine Le Pen c'est sur son programme et non en utilisant des menaces à peine voilées contre des élus UMP qui seraient tentés de passer des accords avec le FN pour excuser du peu, empêcher que les Socialistes deviennent majoritaires in fine, au Sénat à la suite d'une victoire aux cantonales.

Beaucoup à droite y compris parmi les élus, se demandent s'il ne faut pas cesser de se tirer des balles dans le pied et arrêter cette folie qu'est le suicidaire "Front Républicain" et à juste raison. Pour ma part, j'en suis persuadé.

Je ne suis pas, chacun le sait, au Front National mais, je refuse de m'interdire d'en parler et d'analyser le ressenti que j'en ai. L'UMP aurait tout à gagner à ne pas se retrouver marquée comme elle l'est aujourd'hui, dans le camp dit de l"UMPS.

 L'UMP se retrouve trahie par les Centristes (Ce que je dis depuis des années) et coincé par une demande forte d'adhérents véritablement de droite qui se posent des questions sur leur engagement. Sans doute que la Droite Populaire devrait retrouver là, un vrai discours et exiger un positionnement fort pour au minimum, contrer le discours du Front National qui bouscule son message ou établir des passerelles. Sinon, c'est le Front National qui siphonnera les électeurs de l'UMP. Quoi qu'en dise ou fasse Nicolas Sarkozy. (Souvenons-nous que l'abandon du programme de 2007 est dans tous les esprits et que cette abandon est vécue comme une trahison pour beaucoup). J'ai des oreilles, je sais lire et la masse de courriels que je reçois vont dans ce sens.

Pour conclure, je rappellerai que ce que je dis n'est pas nouveau. Cela fait deux ans que j'annonce cette situation en local et en national. J'attends encore et toujours, qu'un écho vienne des instances de l'UMP. Je pense même que je me suis retrouvé en marge du fait de mes prises de positions un "peu en avance". 

Gérard Brazon

 

Les électeurs de l'UMP "ont tous les éléments maintenant pour juger des reculades successives du mouvement à qui ils avaient fait confiance", a déclaré la présidente du FN.


Marine Le Pen 
a ouvertement appelé, vendredi 11 mars, les électeurs de l'UMP à rejoindre le Front national, à neuf jours du premier tour des cantonales.
Marine Le Pen a demandé jeudi "solennellement" au gouvernement "l'annulation dans l'urgence" de la hausse au 1er avril de cinq pour cent du prix du gaz, ainsi que la baisse de 20% de la Tipp, la taxe sur l'essence, pour garantir l'accès à l'énergie, un droit "de plus en plus bafoué". (c) AfpMarine Le Pen a demandé jeudi "solennellement" au gouvernement "l'annulation dans l'urgence" de la hausse au 1er avril de cinq pour cent du prix du gaz, ainsi que la baisse de 20% de la Tipp, la taxe sur l'essence, pour garantir l'accès à l'énergie, un droit "de plus en plus bafoué". (c) Afp

 

La présidente du FN se disposait à lancer "un appel aux électeurs de l'UMP afin qu'ils nous rejoignent", a-t-elle dit devant la presse quelques heures avant une réunion publique programmée vendredi soir près de Perpignan.
Les électeurs de l'UMP "ont tous les éléments maintenant pour juger des reculades successives du mouvement à qui ils avaient fait confiance. Libéralisation, privatisations généralisées, reculade piteuse sur la déchéance de nationalité (...) Même ça, ils n'ont pas osé aller au bout. Reculade sur la maîtrise de l'immigration légale, et sur la maîtrise de l'immigration illégale", a-t-elle dit à Perpignan, où elle était venue soutenir son compagnon, Louis Aliot, candidat aux cantonales.
"Tout cela me paraît justifier que les électeurs de l'UMP quittent un mouvement qui par ailleurs - on le voit - est en situation d'effondrement", a-t-elle dit.

SUR LE MÊME SUJET

"C'est le début de la fin pour l'UMP" 

      Marine Le Pen a argué de la tendance très répandue des candidats de droite à ne pas afficher ouvertement leur appartenance à l'UMP:

"Un candidat sur dix de l'UMP ose mettre l'étiquette UMP sur ses documents de vote, et encore: version timbre poste. Comme ça, avec un peu de chance, ceux qui ont une mauvaise vue ne le verront pas", a-t-elle ironisé.
"Je crois que pour l'UMP, c'est le début de la fin et qu'ainsi on va pouvoir assister à une recomposition de la vie politique française" autour du Front national, a-t-elle dit.
Marine Le Pen a dit accepter "l'augure" d'informations selon lesquelles le président Nicolas Sarkozy redoutait la présence de 150 candidats du Front national, a priori au second tour.
L'ambition du Front national aux cantonales, "c'est de faire mieux, on n'en a pas (de conseillers généraux FN en France), on sera très contents d'en avoir", a-t-elle dit.

Jeudi, Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il n'appellerait pas à voter PS en cas de duel PS / FN aux élections cantonales. Son ministre, Laurent Wauquiez, a de son côté déclaré l'inverse.

Nouvelobs.com

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Jean Valette (Johanny) 13/03/2011 19:22



A Bonapartine:


 


Tout à fait de votre avis d'autant que je fais partie des plus de la moitié qui ont boycotté les dernières élections régionales, pas question de faire "pencher la balance" comme ceux qu'a fort
bien décrit monsieur Georges Frêche en son temps. Je ne suis pas de son bord politique, mais un méridional comme je les aime qui sait s'exprimer avec vigueur et sans hypocrisie ...


 


http://www.youtube.com/watch?v=t55CC7U82nc


 


... J'avoue que pour l'instant je réfléchis aux personnes qui se présenteront au premier tour des futures présidentielles et rigoureusement rien ne peut aujourd'hui démontrer qu'un deuxième tour
aura lieu, on verra le moment venu car d'ici là beaucoup d'eau aura passé sous les ponts ....


 


J'ai aimé votre article !!!.....    Bien cordialement...



jp 13/03/2011 19:09



Quand je parle de la situation de la France à ma famille, à des amis, à des collègues de travail : un même discours revient toujours, Sarkozy nous a trahi, nous allons voter Marine Le Pen.



Bonapartine 13/03/2011 16:00



Bonjour à tous,


Le coup du "vote utile", on nous l'a déjà fait en 2002 : il fallait obligatoirement voter pour Jacques Chirac. La suite, on la connaît ! La France s'est engluée dans le marasme économique et
psychologique qui est aujourd'hui le sien.


J'ajoute à cela qu'il y a une nouvelle donne que n'a pas du tout comprise la classe politique : nous ne sommes plus en 2002 mais neuf ans plus tard. Les Français ne croient plus aux promesses non
tenues et ceux qui ne votent pas Front National n'opteront plus pour autant pour "le vote utile", quel que soit le candidat d'opposition au second tour face au candidat Front National.


Il faut que notre classe politique redescende sur terre si elle ne veut pas s'apprêter à vivre un cataclysme politique sans précédent l'année prochaine ! Qu'elle redesende sur terre et vite,
encore qu'à mon avis, il soit déjà trop tard pour remédier à l'irrémédiable. Il y a trop de souffrance, trop de frustrations, trop de rancoeurs qui se sont accumulées dans ce pays. Un nouveau
quart monde montre son visage sur les trottoirs de nos villes. Je vois parfois, en rentrant le soir du boulot, des gens qui fouillent les poubelles parce qu'ils ont faim ! C'est cela qu'il faut
expliquer à nos hommes politiques.


Bonapartine.



Nancy VERDIER 13/03/2011 15:47



François FILLON s'est "destitué" en incitant à voter socialiste au 2ème tour si le FN passait devant l'UMP. Que croyait-il sauver en avouant sa faiblesse et son incohérence ?  Là c'est
vraiment se tirer une balle dans le pied. Il est donc devenu encore plus "inaudible", c'en est fini et je crois bien aussi que l'UMP va éclater.