Mythes, mensonges et réalités sur la Palestine - par Jean-Marc Moscokowicz. Préface Gérard Brazon

Publié le 7 Décembre 2012

Si on suit le raisonnement de certains, Israël ne serait pas chez lui sur ses terres.

Si on suit ce même raisonnement, tous les pays du monde devraient "rendre" les territoires obtenus par la conquête, par la guerre défensive ou non. Cela concernerait la France qui n'a pas toujours eu cette forme, comme la Russie qui n'a rien à voir avec son berceau d'origine, comme les Etats-Unis bien sûr mais aussi quasiment tous les pays d'Amériques latines ainsi que le Canada, sans parler de la Chine, de l'Inde et enfin le monde musulman. Refuser à Israël le fruit d'une (re)conquête de ses territoires obligerait à modifier bien des cartes géographiques politiques, et bien des règles de droits internationaux. 

Israël existe depuis bien longtemps et fût l'objet d'attaques avant même que Mahomet soit né, avant que le christianisme ne soit né. Qu'Israël est retrouvé un territoire, son territoire d'origine après avoir subi deux "déportations" de fait (Babylone et Romaine au conséquences bien connues) puis le génocide nazi de la diaspora européenne avec l'aval du grand mufti de Jérusalem Al Husseini. Israël est légitime et il est tout de même incroyable qu'en 50 ans on balaye d'un revers de main saoudien plusieurs siècles d'histoire.

Voici un article de Jean Marc Moskowicz, trop long pour vous le mettre en l'état, mais qui explicite ma préface!

Gérard Brazon

*********

 Par Jean-Marc MOSKOWICZ pour Europe-Israel.org 

A l’heure où l’ONU dans un vote inique reconnait implicitement un « Etat Palestinien » fantôme et fantoche, cet article daté de 2010 remet clairement les choses en place sur la réalité du « grand mensonge » d’un peuple qui n’a été créé que pour détruire Israël mais dont l’existence n’est qu’une invention de pure propagande.

Aujourd’hui, ces populations arabes qu’on appelle « palestinien » sont une réalité avec laquelle Israël doit co-exister mais pour autant ces arabes n’ont aucune légitimité sur la terre de Judée-Samarie et encore moins sur Jérusalem. A t on déjà vu dans l’histoire de l’humanité les vainqueurs de conflits donner leur propre terre à des groupes de réfugiés hétéroclites  ?

 

Depuis la Guerre des Six Jours de 1967 pendant laquelle Israël infligea une défaite cuisante aux armées Arabes qui s’étaient coalisées pour détruire ce jeune pays, les populations arabes déplacées se sont réfugiées en Jordanie, au Sud Liban, en Syrie et en Cisjordanie.

Puis vint la Guerre du Kippour, nouvelle attaque d’Israël par ses voisins aux fins de détruire Israël et rejeter les « juifs à la Mer ». Cette guerre fût meurtrière mais Israël en sortit à nouveau vainqueur infligeant une nouvelle défaite aux pays arabes belligérants.
 

Constatant ainsi l’échec de cette politique de guerres contre Israël qui semblait de plus en plus invincible, certains intellectuels Arabes dont Yasser Arafat, jeune égyptien qui n’avait jamais réellement vécu en Palestine, commencèrent à penser à une autre forme de lutte armée contre Israël. Leur seul but n’était pas de créer un état Palestinien mais de rejeter les Juifs à la Mer car ils ne supportaient pas la création d’un Etat Juif depuis 1948.

De cette nouvelle forme de guerre contre Israël sont nés plusieurs mythes palestiniens qui, à force d’être mille fois rabâchés, ont fini par devenir une sorte de « vérité ».

Le premier de ces mythes est celui de la présence Palestinienne sur ces terres depuis toujours :

 

- Israel a été créé par l’Europe pour sa culpabilité dans L’holocauste. Pourquoi les Palestiniens devraient ils en payer le prix ?

- Celui des « Lieux Saints de l’Islam.

- D’autres Mythes-mensonges plus récents ont vu le jour depuis et je vous renvoie à l’article «le Top 10 des mensonges anti-Israel 2010 » du Centre Simon Wiesenthal :

http://www.europe-israel.org/2010/09/10/le-top-10-des-mensonges-anti-israel-2010-par-le-simon-wiesenthal-center/ 

"Palestina"-

Carte Israel Biblique

 

Plan de Partage lors du vote de la Société des Nations en 1922

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article