Nabil Amdouni accusé de gérer un site djihadiste près de la Mairie de Toulon. Le récit de son interpellation

Publié le 5 Juillet 2012

Il a 34 ans, est déclaré sans emploi, et depuis son appartement du centre-ville de Toulon, il dirigeait en toute discrétion un réseau phénoménal de soutien à une demi-douzaine d’organisations terroristes, islamistes radicales.

Nabil Amdouni vivait avec sa compagne à une cinquantaine de mètres de la mairie de Toulon, dans un petit immeuble du centre ancien.

Mardi, la section anti-terroriste du parquet de Paris l’a mis en examen, des chefs d’"association de malfaiteurs, en vue de préparer des actes de terrorisme" et de"financement d’une entreprise terroriste", au terme de 96h de garde à vue.

Interpellé "en short et tee-shirt"

Le matin de l’intervention, vendredi dernier à Toulon, un voisin a été stupéfait de découvrir, sur la place au pied de l’immeuble, "une demi-douzaine d’hommes lourdement équipés et armés".

Il était 6 h du matin. Les policiers de la direction centrale du renseignement intérieur et de la section anti-terroriste venus de Paris, étaient prêts pour une opération décrite comme "extrêmement sensible".

Deux heures plus tard, vers 8 h, deux personnes étaient emmenées dans des voitures banalisées aux vitres teintées, "un homme et une femme, dont les visages étaient cachés sous des cagoules", relatent plusieurs ouvriers qui travaillent dans le voisinage.

"Ils portaient short et tee-shirt, pas des habits traditionnels", poursuivent ces témoins.

La compagne relâchée

Les policiers ont saisi ordinateur et disques durs, "cela fait partie de la suite des investigations qui seront menées", indique le parquet de Paris, pour qui il s’agit d’un"dossier exceptionnel et emblématique."

Pour l’instant, aucune poursuite n’a été retenue à l’encontre de la jeune femme, âgée de 36 ans, et dont la garde à vue a été levée. Elle a été remise en liberté.

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Marie-claire Muller 05/07/2012 17:54


Il serait temps de dire la vérité au bon peuple car il ya des réseaux terroristes dormant,comme ici concernant l'usine AZF; l'enquête a été baclée pour "raison d'état" L'ex juge anti terroriste
Bruguiére avait dénoncé que les enquêteurs avaient "enterré" les preuves d'un acte terroriste l'affaire refait surface à cause du frére Mérah soupçonné à l'époque:


AZF: La défense note un lien entre l'explosion, les islamistes locaux et Mohamed Merah


Lu dans 20 minutes du 4 juillet


"La défense de Grande Paroisse (groupe Total) dans le procès de l'usine AZF a adressé deux «notes en
délibéré» à la Cour d'appel de Toulouse en vue du jugement le 24 septembre,
dont l'une relie un groupe islamiste à l'explosion de 2001 et au frère du tueur de mars 2012 Mohamed
Merah, a-t-on appris ce mercredi auprès de son avocat.


Me Daniel Soulez-Larivière a précisé que ces notes «déposées lundi et remises à toutes les parties»
visaient à «donner pendant la période de délibéré des informations à la cour, dont elle appréciera librement la valeur». L'audience d'appel pour homicides involontaires contre le directeur de
l'usine Serge Biechlin et son propriétaire Grande Paroisse a duré quatre mois et demi pour s'achever le 15 mars. Le jugement sera rendu le 24 septembre.


La piste intentionnelle «négligée»


La défense a plusieurs fois regretté pendant les débats que les enquêteurs aient «négligé la piste
intentionnelle».


Me Simon Foreman, notamment a fait remarquer que dès 2000-2001, la communauté d'Artigat (Ariège) était «un
foyer islamiste radical structuré» et déplorait qu'il n'y ait eu «aucune vérification» sur une possible relation de cette communauté avec deux salariés maghrébins d'AZF.


La communauté devait être au centre en 2007 d'une enquête sur une filière de candidats djihadistes vers
l'Irak, débouchant sur un procès et huit condamnations.


L'enquête sur les tueries de Mohamed Merah entre le 11 et le 19 mars 2012 a rapidement révélé que le nom
de son frère aîné, Abdelkader, était apparu plusieurs fois dans cette procédure mais celui-ci avait alors bénéficié d'un non-lieu. Depuis la mort de Mohamed Merah le 22 mars en résistant aux
policiers du Raid, Abdelkader est seul mis en examen et incarcéré pour complicité d'assassinats.


Le procès AZF s'est terminé le jour où Mohamed Merah tuait deux militaires à Montauban et en blessait
grièvement un troisième. «Nous ne pouvions alors savoir où cela menait. Nous avons beaucoup travaillé depuis, cela nous traumatisait, l'affaire Merah n'a pas poussé comme un champignon», a
indiqué Me Soulez Larivière pour expliquer sa note adressée à la cour d'appel.


Le quotidien La Dépêche du Midi, qui révèle mercredi
l'existence de ces notes, rapporte la vive réaction de l'avocat d'une des parties civiles «l'association des sinistrés du 21 septembre», Me Thierry
Carrère. «Il serait temps que Total et sa défense respectent la douleur et la soufrance des Toulousains au lieu de l'instrumentaliser», a-t-il déclaré."

sahabas 05/07/2012 16:47


Dans la plupart des affaires de terrorisme, on retrouve systématiquement des manipulés par les services sercets occidentaux :


www.alterinfo.net/Al-Qaida-au-Maghreb-appartient-aux-services-secrets-francais-videos_a53645.html


 


www.youtube.com/watch?v=2Qz49PtMIVk


 


A voir absolument : Mossad et 11 septembre, analyse par un journaliste du Figaro très respecté, Eric Laurent : www.youtube.com/watch?v=BR6N6IYTNBg


 


Bonus : on en parle peu mais voici des juifs, prétendument convertis à l'Islam, qui on fait partie d'Al Qaida et salissent ainsi les musulmans...édifiant :
www.dailymotion.com/video/xj9deo_al-qaida-et-le-mossad_news?start=3