Napoléon : l’opéra rock interdit à Paris - Par Eric Brunet

Publié le 25 Mars 2011

Napoléon : l’opéra rock interdit à Paris. Par Eric Brunet


Angela Merkel célèbre Napoléon… Delanoë refuse !

L’exposition intitulée « Napoleon und Europa. Traum und Trauma », jeu de mots entre « Rêve et blessure », rencontre actuellement un gigantesque succès à Bonn en Allemagne.

Dernièrement, Laurence Ferrari au JT deTF1 s’étonnait qu’une telle exposition soit impossible à concevoir en France, commentant  même en direct : « On n’est plus capable de promener un regard objectif sur Napoléon ».

              Effectivement, la dernière grande exposition en France sur Napoléon remonte à 1969, année du bicentenaire de sa naissance. Depuis, rien… Même le bicentenaire de la victoire d’Austerlitz, le 2 décembre 2005, a été étouffé par le premier ministre Dominique de Villepin après une manifestation d’une centaine de Français d’origine antillaise devant les Invalides invoquant les lois mémorielles, Napoléon le tyran, l’esclavagiste…

         Les Parisiens devront donc franchir le Rhin et parcourir 500 kilomètres s’ils veulent découvrir l’exposition européenne. Signe que, deux siècles après l’Empire, un regard distancié commence à être possible hors de nos frontières… Organisée sur plus de 2000 mètres carrés, cette manifestation est officiellement parrainée par Angela Merkel, la chancelière allemande. Elle a déjà été vue par des centaines de milliers de visiteurs européens.

Delanoë dit non…

            On découvre à la lecture du programme de l’exposition consacrée à « Napoléon l’européen » en Allemagne, qu’un groupe de rock français, Historock, auteur d’un opéra moderne sur Napoléon, se produira les 24 et 25 mars à Bonn. Savoureux paradoxe : le ministère allemand de la culture n’a pas hésité à programmer Historock,  alors que dans le même temps, Bertrand Delanoë et son équipe de l’Hôtel de Ville de Paris refusaient toute manifestation sur le Premier empire ainsi qu’un projet de concert d’Historock aux pieds des Invalides, le 28 juin prochain… Pas un centime pour le « dictateur », aurait même répondu un membre du service culturel de la ville en prenant connaissance du projet. La Mairie de Paris n’a pas, pour autant, renoncé aux manifestations culturelles historiques: elle vient de programmer une expo à l’Hotel de Ville sur la Commune de Paris. Expo qui fait elle même suite à deux manifestations culturelles consacrées à l’esclavagisme et au colonialismeL’obsession française confine à un curieux masochisme : l’Opéra rock « Napoléon » part bientôt à Londres et Bruxelles mais demeure interdit à Paris et en France… Un gâchis d’autant plus navrant que l’Education nationale vient de supprimer Napoléon de l’enseignement de l’Histoire.

          Les 116 pages d’instructions pour les nouveaux programmes scolaires, publiées récemment nous informent qu’à la rentrée 2012, Napoléon 1er et l’Empire deviendront optionnels dans l’enseignement de l’histoire en France au programme de 4è. C’est-à-dire que Napoléon 1er ne sera plus enseigné dans le cursus d’un élève français à partir de septembre prochain.

           Tout ceci démontre une fois de plus que Napoléon peut être abordé sereinement en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, mais pas en France. Le Napoléon que célèbrent nos voisins est celui qui pensait unifier l’Europe en imposant le Code civil… Partout où il s’est établi, le servage et la féodalité ont disparu.

           Un grand merci aux néo pédagogues de l’Education nationale, aux quelques lobbysistes et militants antillais qui ont eu l’oreille de la puissance publique et à Xavier Darcos qui, on ne sait pourquoi, a accepté de signer cette directive.

            J’ai dénoncé avec vigueur ce scandale dans mon émission sur RMC, Carrément Brunet du 10 Mars 2011Je vous invite à signer la pétition pour le maintien de Napoléon et Louis XIV au programme d’Histoire de collège

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

rosalie 26/03/2011 15:59



Si je n'ai pas eu vraiment d'attirance pour l'homme et ce qu'il représentait parfois dans certaines occasions, je n'ai jamais cessé d'en parler et de l'enseigner à mes jeunes élèves, qui
d'ailleurs le connaissaient et bien souvent l'admiraient. La France devient un pays inculte qui nous dicte ce qu'il faut penser, ce qu'il faut enseigner, pour qui il faut voter, un pays qui se
fagelle jour après jour, qui nous culpabilise pour des faits que nous n'avons pas connus. Bientôt il ne restera plus rien de notre histoire, que ce que ceux qui nous dictent leurs lois et leurs
exigences acceptent que nos enfants apprennent. C'est devenu intolérable et il faut vraiment que nous nous élevions contre cette pensée unique qui veut nous enfermer dans un cadre bien défini. Je
vais de ce pas signer la pétition et s'il faut d'autres actions regroupons nous pour les mener.



Nancy VERDIER 25/03/2011 20:38



On voit bien où mène le sectarisme, l'étroitesse d'esprit du Maire de Paris,  Delanoë et de toute son équipe, sectarisme aussi des gens de l'Education Nationale, de ces ministres médiocres
qui ne comprennent même pas ce qu'ils font. Quelle tristesse...!!! Mais les Palestiniens, biensûr, on va nous les resservir sans cesse. Destruction et destructuration progressive
de l'âme de ce pays...C'est un drame pour la formation d'esprit de la jeunesse. Les jeunes français ne seront plus "performants" au sens où ils auront perdu le sens de leur propre
histoire. Donc, ils n'auront plus la capacité de se mesurer aux autres, d'avancer des arguments. C'est un mécanisme de détérioration pour pousser l'individu vers la soumission à d'autres
individus conquérants. Tout est voulu, tout est programmé. Adieu l'esprit de finesse, de critique et de répartie qui faisait toute la richesse de la pensée, de l'histoire et de la
littérature française. Bonjour l'effondrement...à moins que...surgisse la révolte des esprits...!!!



Esther 25/03/2011 18:34



Pauvres PS...et UMP...qui n'arrivent pas à assumer le passé de la France et ne cessent d'accumuler bourdes sur bourdes...!


Sans Napoléon, auraient-ils un code ?


Oui ce fut un grand homme, qui s'est perdu dans sa mégalomanie...


Nos politiques actuels ne sont pas mieux avec "UNE CERTAINE IDEE DE LA FRANCE" en MOINS....!


Pourquoi accepter dans un musée des photos pro-palestiniennes et horribles, juste pour stigmatiser Israël et les Juifs de France par là, même..Et refuser Napoléon, qui est un morceau de notre
histoire, glorieuse et montrant la décrépitude de la "FOLIE  DES GRANDEURS"...!