Natalité française? La réalité: 1 homme, 4 femmes, 46 enfants

Publié le 2 Mars 2013

C'est un article ancien qui mérite d'être rappelé à notre souvenir. Merci Alain B de nous le faire redécouvrir et nous rappeler que la gauche n'est pas la seule responsable de cette immigration envahissante si généreuse et si forte de sa richesse pour la France suivant la doxa des immigrationistes et autres bien pensants. Il est à noter que la plupart des immigrés sont d'origine musulmane et participent de fait à l'islamisation de notre pays. Immigration devenant de fait, islamisation et construction de Mosquées. Tout cela aux frais des contribuables.

C'était mon coup de gueule de la journée. Merci à l'UMP - UDI, merci le PS, le PC et le FG. Terra-Nova vous remercie également. L'Europe liberticide également. Bientôt les franchouillards auront disparu sous les coups de le la censure, de la mixité, de la multiculturalité et autres joyeusetés! 

Gérard Brazon

****

A Bobigny, Fanta Sangaré accompagne des familles polygames dans leurs démarches, longues et ardues, de "cohabitation". Une volte-face culturelle et matérielle.

Avec ses quatre femmes et ses 46 enfants, Adama (1) était un homme heureux. Ce quinquagénaire, capable de réciter dans l’ordre les prénoms de sa descendance, régnait sur son pavillon de banlieue.

Entre les cinq chambres de la maison, "la vie s’organisait comme elle pouvait", confie-t-il au téléphone. D’abord agent d’entretien, il a cessé de travailler quand le montant des allocations familiales est devenu suffisant pour nourrir son monde (2).

Dans le village du nord du Mali où il a grandi, on parle de sa réussite avec admiration. Il voudrait que ça continue. Il n’a donc pas donné d’écho particulier au bouleversement qu’il vient de connaître : deux de ses femmes ont déménagé, une troisième songe à les imiter. Elles sont engagées dans une "décohabitation", le terme administratif qui désigne la sortie de la polygamie.

"Il nous a fallu dix ans pour en arriver là", raconte Fanta Sangaré, énergique présidente de l’Association des femmes relais de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Sa première rencontre avec Adama a eu lieu à la demande des services sociaux. Avec les autres ménages polygames qu’elle accompagne, le point de départ fut comparable: des enfants attirent l’attention d’une assistante sociale ou d’un enseignant ; mais leurs parents fuient les institutions et ont toutes les peines du monde à parler français. Difficile de les aider.

Il se trouve que tous sont originaires du MaliQuitter son mari est impur", rabâchent les femmes. "Dieu n’a pas demandé que vos enfants soient entassés à vingt dans une même chambre", réplique alors Fanta Sangaré.

Semaine après semaine, l’idée fait son chemin. Jusqu’au jour où les femmes s’approprient le désir d’avoir leur propre logement. En signe de bonne foi, elles doivent le chercher dans une autre commune. Les mains retenant son voile noir et violet, Aminata raconte les trois années de démarches qui lui ont été nécessaires pour régulariser sa situation. Elle a quitté La Courneuve pour Bobigny avec ses quatre plus jeunes enfants. Lorsqu’une épouse part, la honte s’abat sur son mari. "Sa femme a volé son pantalon, maintenant il porte le pagne!", entend-il dans son dos. Adama préfère ne pas y penser. Il prend désormais le RER pour honorer les mères de ses enfants. Une décohabitation hypocrite? "Bien sûr, admet Fanta Sangaré. On nous reproche aussi de créer des familles monoparentales. Mais si ça aide les enfants à s’épanouir et les femmes à devenir autonomes, ça vaut le coup."

Ces femmes, en effet, n’ont jamais vécu seules, n’ont jamais eu d’emploi ni géré de budget. Elles ne savent pas se servir d’une carte bancaire ni remplir un chèque. C’est leur mari qui touchait les allocations familiales, payait les factures et faisait les courses. "Elles ont toujours été infantilisées", insiste Fanta Sangaré. "C’était très compliqué au début de vivre chez moi", confirme Salli, jeune maman de huit enfants. Elle a laissé son mari à sa coépouse et est devenue femme de ménage. Pour être tout à fait "comme les autres", elle essaye de perfectionner sa maîtrise du français. Les mystérieux "couvre-lit", "hippocampe" et "igloo" qu’elle découvre au cours d’alphabétisation lui donnent l’impression d’être encore loin du but. Mais ses amies lui connaissent un nouveau sourire.

(1) Les prénoms ont été modifiés.
(2) (Chiffres de 2010)La Caisse d’allocations familiales verse 441,48 € par mois pour quatre enfants de moins de 20 ans, plus 158,78 € pour chaque enfant supplémentaire. Soit 1.394 € pour 10 enfants, 2.981 € pour 20 enfants, 4.569 € pour 30 enfants, 6.157 € pour 40 enfants. Sans compter d’éventuelles aides au logement.

Mathieu Deslandes - Le Journal du Dimanche

samedi 12 juin 2010

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Polux 17/03/2013 17:24


Salut Henri !


Le sécateur ils s'en servent déjà, mais ils ne vont pas assez loin !!!

henri 11/03/2013 13:33


Une solution ?


Le sécateur quand il y a surproduction ?

Polux 04/03/2013 15:21


Cà y est, je suis énervé pour le reste de la journée !!!

LA GAULOISE 03/03/2013 08:52


ET ON CHERCHE COMMENT REDUIRE LA DETTE NATIONALE? C'EST MARRANT QU ON NE DEMANDE JAMAIS AUX FRANCAIS DE BASE S ILS ON DES IDEES POUR FAIRE DES ECONOMIES : C EST BIEN PLUS FACILE D AUGMENTER LES
IMPOTS DE TAXER ENCORE ET ENCORE ET DE REDUIRE LES RETRAITES. IL FAUDRAIT QUE QUELQU UN DE NEUTRE ET D HONNETE (MAIS OU TROUVER CETTE PERLE RARE EN POLITIQUE?) POUR FAIRE LE BILAN SUR TOUT CE QUE
L ON DONNE ET ENVOIE AUX RESSORTISSANTS ETRANGERS CHEZ NOUS. JE SUIS SURE QU IL N Y AURAIT PLUS DE DETTE.

aupied 03/03/2013 04:42


évidemment c'est interdit en France et pour, nous surtout les français , pourquoi permettre a ces gens là ce que l'on refuse aux Français ( liberté, égalité, fraternité vous connaisssez???? ) moi
je ne reconnait plus mon pays , tellement il part a vau-l'eau c'est bien la france , comme disait un certain tracte pendant la guerre du golfe  ( ti fait li pitis et les cons de français li
paye ) ça c'était en 1990 1991 , et depuis ça n'a pas changer et en plus ces  gens là prennent les Françaises pour des p...s , il faut arrêter tout cela et redonner la France aux français,
ces gens ne nous apportent rien si ce n'est des emmerdes 

isabelle 02/03/2013 20:59


Je trouve que ça s'apparente à du proxénétisme : ce type vit du "travail" de ses femmes, non ?


Ce que je ne comprends pas, c'est comment ces situations sont ouvertement possibles chez nous alors que que la polygamie est interdite.

Dorothee13 02/03/2013 18:49


Quelle richesse pour la France ! Continuons et ns souchiens nous irons habiter chez eux !