Nations Unies : Le Congrès de Durban III. Un point de vue arabe. Traduit par Nancy Verdier .

Publié le 19 Septembre 2011

by Khaled Abu Toameh

Traduit de l’anglais par Nancy  VERDIER


Les dictateurs arabes et les musulmans fondamentalistes vont se sentir pousser des ailes la semaine prochaine quand les Nations –Unies vont accueillir le congrès « antiraciste »  Durban III à New - York.

Mais ce n’est pas seulement les israéliens et les juifs qui finalement paieront le prix de cette incitation à la haine. C’est aussi les quelques arabes et musulmans modérés qui  existent encore.


Comme par le passé, le congrès servira de tribune de propagande pour tous ceux qui détestent Israël et les juifs et cherchent à détruire l’Etat juif. 

Les messages antisémites et  anti - israéliens  de la Conférence onusienne seront une fois encore utilisés par les ennemies de la paix et de tout compromis au Moyen-Orient  pour  justifier  leur violence contre Israël et les juifs. 

La foule haineuse qui a attaqué l’ambassade d’Israël au Caire le week-end dernier, utilisera sans nul doute les messages  émanant  de  ce congrès pour justifier leur crime.

L’iranien Mahmoud Ahmadinejad et ses acolytes du Hamas et Hezbollah diront que la conférence est bien la preuve qu’ils sont dans leurs droits quand ils prônent l’élimination d’Israël.


En accueillant des orateurs comme Ahmadinejad,, les Nations Unies contribuent à la lecture de ce message de haine et d’antisémitisme.
Ahmadinejad et ses alliés sont toujours heureux d’exploiter de tels rassemblements pour promouvoir leur déni de l’Holocauste et leur voeux d’effacer Israël de la surface de la terre.

Cette année, le congrès de l’ONU se tient à une époque où les sentiments anti-israéliens, en particulier dans le monde arabe et islamique  atteignent des sommets. Il coïncide aussi avec une “Intifada diplomatique”  que l’Autorité palestinienne mène contre Israël dans l’arène internationale.  

C’est une “Intifada” qui est en priorité destinée à isoler Israël sur la scène internationale en décrivant l’état juif  comme une source d’instabilité par  son refus de se plier aux exigences de l’Autorité Palestinienne pour un retrait total des territoires de 1967. L’ Autorité Palestinienne espère qu’en devenant membre de l’ONU  ses représentants auront accès  à  nombre d’organisations des Nations Unies où elles prétendent poursuivre les israéliens pour crimes de guerre et  faire en sorte qu’Israël soit expulsé de ces organismes.  


Le congrès de Durban III se tiendra presque le même jour que celui où l’Autorité Palestinienne a prévu de demander aux Nations Unies la reconnaissance d’un état palestinien   -  une démarche qui est susceptible de mettre un terme au processus de paix et de plonger la région dans une dangereuse période d’incertitudes et de tensions.    Dans la région, il est déjà beaucoup question de confrontations violentes entre palestiniens et israéliens  conséquences de la demande d’Etat faite aux Nations Unies.  

Les messages anti- Israël qui émergeront du congrès vont encore accroître les tensions et accélérer l’éruption d’un nouveau « cycle de violence ».  Le congrès se tient à un moment où le Hamas  et le Hezbollah ont des milliers de missiles dirigés vers Israël et prêts à être utilisés à tout moment. . Ceux qui scandaient “Mort à Israël" dans les rues du Caire et  de Amman seront heureux de voir que leurs messages seront repris en chœur dans les corridors des Nations Unies la semaine prochaine. 

Le dictateur syrien Bashar el Assad bénéficiera aussi de "Durban III" qui détournera  l’  attention  des massacres quotidiens que ses forces de sécurité   sont en train de perpétrer contre le peuple syrien. 


Il aurait été préférable que cette année la conférence de l’ONU soit consacrée à discuter des droits de l’homme en Syrie et dans le reste du monde arabe. Mais en pointant uniquement Israël l’ONU  se met à la merci de radicaux et de dictateurs de la région en leur fournissant la légitimité dont ils ont besoin pour poursuivre leur rêve  de détruire l’Etat juif.

Ce dont le Moyen-Orient a besoin ce sont des congrès  qui fassent la promotion de la paix et de la coexistence, pas de la haine et de la violence.


Note annexe sur l’auteur :

Khaled Abu Toameh est né en 1963 dans la ville de Tulkarem sur la rive ouest du Jourdan, d’un père arabe israélien et  d’une  mère arabe  palestinienne. . Il fit ses études en littérature anglaise  à l’ Université Hébraïque de Jérusalem. . Il vit à Jérusalem avec sa femme et ses trois enfants.
Il est journaliste et réalisateur de films documentaires. Il est le correspondant de Gaza et de la Cisjordanie  pour le Jerusalem Post. . Il a aussi travaillé pour NBC news. et a produit des articles pour le Sunday Times.,et le Daily Express. Il écrit aussi pour le Hudson Institute  dont il est membre senior et conseiller spécial.

Toameh se  considère comme "israélien -arabe- musulman-  palestinien", et sa vision d’un monde parfait  se résume dans cette formule :   « Si un juif veut vivre en Palestine il est le bienvenu  et si un arabe veut vivre en  Israël il est aussi le  bienvenu . . Dans une situation idéale, la paix signifie que les gens peuvent vivre où bon leur semble. »

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Epicure 19/09/2011 11:26



Ceux qui nient la Shoa, c'est pour pouvoir en réaliser une, meilleure, la absolument définitive celle-là!


Aussi, comme le dit la Tradition hébraïque puis juive, tous ceux qui "maudissent les tentes de Jacob" sont maudits et conduits par eux-mêmes à l'auto-destruction.


C'est ainsi que cela s'est passé, toujours...Mais comme nous ne croyons guère à l'Interventionisme divin, la plupart du temps aux abonnés absents..(Yaveh ! ça ne se voit pas...! mais la Sainte
Vierge qui se fracasse sur le sol de l'église détruite par un séisme,ça la fout mal..!!!)  nous avons à présent la psychologie et la psychiatrie qui rendent bien compte de la nature
Pathologique paranoïaque, Psychotique, d'une telle folle haine; et par conséquent qui conduit "Nécessairement" à la démence socio-politique: depuis Les roitelets cannanéens à Aman le ministre
Perse, premier "imaginant" d'un génocide complet des Juifs, puis des Inquisiteurs à Hitler et Staline ...... Un malade mental, fût-il une Société entière, ne saurait gérer avec succès un projet
dément.


Ils échoueront donc, non sans, comme Néron, "mettre le feu à Rome" !