Une lettre que m'envoie un lecteur. Un témoignage d'une misère réelle.

Publié le 28 Avril 2011

          Je publie une lettre que m'envoie un lecteur. Je ne sais pas qui est ce Gérard mais son accent de sincérité me touche.

         Je sais que nous sommes gouvernés par des femmes et des hommes qui ignorent tout de ce que veut dire la misère. Si vous leur en parlez entre quatre yeux, ils vous sourient et vous renvoient à l'image "Des Misérables" comme si cette image était d'un autre temps.  

        Certes, c'est en partie vrai. Aujourd'hui tout le monde pense que Gavroche s'appelle Mohamed, Cosette Aïcha et Jean Valjean pourrait s'appeler Moustafa. A la vitesse ou l'on va. Pour autant, je ne suis pas sûr que ce soit ceux là les plus malheureux, les plus démunis, les plus défavorisés. Je pense aux Arlette, aux Antoinette et autres Marie qui ont travaillé toutes leurs vies pour ne toucher qu'une retraite de misère! Parfois, si ce n'est souvent, moins que le minimum que l'on donne à des étrangers qui n'on jamais cotisés en France. Je pense aux Raoul, aux Pierre, aux Théophile qui se taisent par orgueil parce qu'ils n'ont pas su offrir à leurs femmes un minimum de confort et s'inquiète de savoir comment elles vont vivre s'ils meurent avant. Je pense aux Léon, aux Pierrette qui vivent chichement dans une maison de retraite qui les regardent à peine. Toute une vie de labeur et d'espoir face au néant, à l'ignorance et au mépris le plus souvent.

    Tous ces politiques qui nous gouvernent ne voient que des chiffres, des tableaux, des comptes, des faits déshumanisés. Ils parlent de millions d'Euros par ci, des milliards par là. Assurent chaque soir qu'ils feront mieux la prochaine fois. Qu'ils travaillent au bonheur des français.

        Mais pourquoi les français ressentent-ils cette lassitude? Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent se disent-ils! Ils n'ont plus envie d'y croire. Ils se contentent d'observer leur porte monnaie et d'entendre sur toutes les radios de France et de Navarre que ce ne sont pas eux qui sont défavorisés mais toute une population venant de l'autre côté de la méditerranée. Eux, qui ont tout donné à ce pays, qui ont été élevé aux mamelles de la France qu'ils croyaient et parfois encore insubmersible, sont déjà de l'autre côté, dans la colonne pertes et profits de nos comptables nationaux. 

Gérard Brazon

          Sur ce blog, tous mes textes sont libres d’accès. Ils ne sont pas protégés par copyright. Le combat des idées nécessite cette liberté de copier et de diffusion. Pour autant, par simple respect, il vous est demandé de citer l’auteur des articles et de mettre en liens le site. Merci d’avance. Gérard Brazon / http://puteaux-libre.over-blog.com 

************************** 

 

               Depuis plusieurs mois, pour ne pas dire des années, notre pays se croirait en guerre de civilisation. Le Président Sarkozy a pris le pouvoir en parlant des travailleurs, des pauvres, des ouvriers des usines en leur promettant plus d’euros contre plus de sueurs. Je vous avoue, et n’étant pas feignant pour un sou, que sa promesse m'a séduit. Et c’est donc sans hésiter que je lui ai offert ma voix afin de voir mon quotidien s’améliorer.

            Puis, près de 4 ans se sont écoulés depuis l’arrivée de ce Président dont il n’a de talent que le mensonge et la trahison et dans ma vie, rien n’a changé. J’ai perdu mon emploi il y a 3 ans ; j’étais ouvrier depuis 32 ans dans la même usine ; elle a fermé ses portes en fermant celle de ma vie avec. Certes, l’on me dira que c’est aussi le Président d’une crise, imprévue et soudaine mais justement, c’est en ces temps difficiles qu’il faut protéger les plus vulnérables, les plus fragiles, sachant que les autres ont de quoi vivre décemment. Mais il a jugé bon de dresser une digue financière, morale et idéologique pour protéger les plus riches pour ne pas prendre le risque de voir ne serait-ce qu’un euro fondre de leur patrimoine. Tandis que moi, je suis resté sur ses bonnes paroles comme un idiot de Français qui a cru que la bonne heure des ouvriers, des pauvres était enfin arrivée.

            Le Président a commencé sa campagne en traversant ma vie pour porter mes préoccupations ; mais il n’a fait qu’une traversée et comme un éclair, n’a fait que passer dans mon quotidien et celui de millions de gens pour, au final, bifurquer rapidement sur une autre route, estimant que nous, pauvres ouvriers ou chômeurs, ne pouvions plus lui assurer le matelas électoral indispensable à son maintien à l’Élysée. Mais "chômeur" ou "ouvrier" n’est pas le synonyme "d’illettré" ou encore "d’électeur abruti" incapable d’avoir une opinion politique ou de participer à la vie de la cité. Et je me dois de rappeler que la culture, la connaissance, les savoirs ne sont pas le monopole de Parisiens qui penseraient les gens des campagnes sans cerveau et juste bon à braire comme des moutons.

          Je suis donc passé aux oubliettes, sauf pour tous les organismes sociaux où je me rends très fréquemment pour y quémander quelques sparadraps afin de colmater les fissures de ma vie et éviter ainsi à ma famille de voir l’effondrement probable de notre foyer. Et voilà que d’autres citoyens viennent détrôner ma misère au profit de l’exercice d’une pratique dont je me fiche comme de l’an quarante.

            Me voici donc seul, face à mon caddie de bouffe hard discount, de services sociaux qui me demandent dix fois les mêmes papiers, ou de la tronche d’un Coluche qui me regarde à chaque fois que je vais remplir mon sac de papier recyclable. Le Président nous a unis, moi et des milliers d’autres Français, puis nous a quittés aussitôt, et très vite, nous a remplacés dans son agenda. Du 1er janvier au 31 décembre, il fête la laïcité, les musulmans, les Roms, la sécurité, la racaille des cités, les banlieues. Et tout le monde suit son calendrier ; des médias, jusqu’aux partis politiques, tout le monde marche à pas cadencé, guettant les évènements de toutes ces festivités politiques que le Président a décidé de partager, contre vents et marées, avec les Français et le pays tout entier. 

          Dans mon village de l’Est de la France, moi, Gérard, je ne vois pas beaucoup d’étrangers, encore moins de femmes déguisées ou de grandes tours de béton peuplées de gosses les capuches arrimées sur leur tête. Par contre, j’entends le clocher de l’église qui sonne les heures interminables de mes journées de chômeurs et me rappellent que Dieu, lui aussi m’a oublié. Je me fiche de savoir si des Français peuvent prier 5 fois par jour et où ils doivent le faire, manger du porc ou s’en passer parce que dans mon village, c’est manger trois fois par jour convenablement qui nous intéresse Il y a plus de cents ans, l’histoire s’est prononcée et c’est pour cela que personne ne me lapide lorsque je ne me rends pas à l’église de mon village tous les dimanches avec une partie de mes voisins qui eux, s’y rendent régulièrement. Alors, si certains veulent mettre des robes, et partir pied nu vers leur lieu de culte à un jour précis, grand bien leur fasse et je ne vois pas en quoi cet exode hebdomadaire ébranlerait ce que d’autres ont inscrit dans notre république.

Certains me diront que mon village ignore toute la dangerosité de ces nouveaux citoyens et nous ne pouvons donc pas comprendre à quel point la république est en danger ! Sauf que la révolte a plus de chances d’arriver quand on a le ventre vide que la spiritualité affamée et quelques pays pas très loin de chez nous viennent de nous le rappeler. Débattez donc Monsieur le Président, vous et vos amis de l’UMP d’un sujet dont vous seul avez décidé qu’il devait occuper notre nation, son peuple, sa démocratie, son petit écran car pendant ce temps, des milliers de gens débattent aussi pour savoir comment nous allons mettre fin à la diversion que vous avez orchestrée et faite pour nous oublier. Vous avez fait vos débuts comme apprenti de la France d’en bas ; Et vous m’avez eu, ainsi que des milliers d’autres comme moi, comme compagnon ; Votre entêtement à nous ignorer ne devrait pas tarder à vous gratifier du titre de Maître du Grand Front National de France.

Et c’est vous qui l’aurez voulu !...

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis CLAUDE 29/04/2011 07:18



Hè oui monTrés chers Gérard (pas JB) pour moi aussi il atteins la maitrise de l'imfanie, et nous sommes des millions de Français dans votre cas ou petit retraité comme moi qui voient avec
horreur l'argent de la France et des Français dillapidée pour des causes qui non seulement n'en vallent pas la peine mais sont les prémisses d'une évolution dans contraire a nos coutumes. X
milliards pour les pauvres tunisiens qui ont fait une révolution....x milliards pour les lybiens ...x milliards pour les algériens ......x milliards pour les marocains x milliards pour les
ivoiriens  x milliards pour faire une guerre en afghanistant et maintenant en lybie, sachant ,a moins que nos politiques soient des anes batés, que tous ces pays vont passé avant une decade
sous le jouc de l'islam pur et dur ( Français avez vous une idée du cout d'une heure de vol d'un de nos chasseur de combat en situation de guerre non...heuresement pour vous)ces milliards
viennent bien entendu s'ajouter a tous ceux que nous distribuons déja a tous nos chancres habituels qui sous de faux pretextes genre francophonie nous sucent financiérement a longeur
d'années depuis leurs indépendances! alors comme le dit si bien Mascara en 2012 malgres toute la tolérance toute la fraternité toute l'égalité que j'ai pu aquérir lors de mes voyages je dit non a
ces politiques de droite et de gauche qui depuis 40 ans nous saignent et je voterais FN en 2012 et inciterais mon entourage et toutes mes relations a faire de méme, et si je nous nous plantons
nous aurons eut au moins le bénèfice d'avoir essayer de faire changer les choses en France, mais il sera difficile de faire plus mal que ce que nous connaissons en ce momment!!


j'ai écrit...



island girl 28/04/2011 19:46



Tout est dit ,la famille d'abord ,les vrais français ensuite, puis les immigrés   européens et les sangsues au panier!



MASCARA83 28/04/2011 15:52



Cher Monsieur,


Votre désarroi est très touchant. En effet, il relate bien la misère qui règne ds notre si beau pays qu'est la France! Malheureusement, pour les citoyens comme vous et moi, et j'en connais pas
mal malheureusement,  c'est: "passez, il n'y a rien à voir, faire ou demander!!!" sauf, pour les immigrés avec familles nombreuses... ou les sans papiers! J'espère qu'en
2012 vous ne commettrez pas la même erreur que des millions de Français ont faite en votant sur le programme "poudre aux yeux" de Nicolas Sarkozy,(moi comprise).  Un proverbe dit que:
lorsque le loup a faim il sort de sa tanière! je pense que vous avez également bien analysé la situation, cher Monsieur... En 2012 il ne nous reste plus que le FN, puisque depuis une trentaine
d'années, on nous sert que des promesses jamais suivies d'effets... du fait qu'à chaque fois, ils doivent traiter des prob. graves et urgents. Donc, à nous, chômeurs, petits retraités et autres
sans aucune aide de nous serrer la ceinture d'un cran de plus chaque année...



Charle MartelI 28/04/2011 15:41



Bien mon cher Gérard je compatis tres sincerement a ta detresse,hélas ton cas ne fait que se propager a d'autres,et bien malin celui qui inversera le phenomene.