Nîmes, une loi permet d'expulser les mal-logés des campings

Publié le 24 Janvier 2012

Tandis que nos "éminentes personnalités" s'interrogent sur le bien être de nos pauvres immigrés et migrants y compris en situation irrégulière, des français qui ont trouvé refuge dans les campings se voient expulsés pour des raisons de fiscalité! Espérons qu'ils sauront s'en souvenir... 

Gérard Brazon

*********

En pleine crise du logement, un projet de loi a été adopté à l’unanimité en première lecture à l’Assemblée Nationale le 16 novembre 2011 dans un hémicycle désertLa loi Léonard a pour but d’éviter que des personnes élisent durablement domicile dans un camping.

Soutenu par Etienne Mourrut, maire UMP du Grau-du-Roi, ce projet de loi n’a pas suscité de vive réaction de la part de l’opposition. Dans la région, le nombre de personnes vivant à l’année dans les campings est inconnu.

 Le camping ou la rue

Nîmes, le camping municipal abrite une vingtaine d’occupants. C’est dans ce cadre verdoyant que vit  Léopold, 20 ans, étudiant. Étudiant en deuxième année de droit, le jeune homme de 20 ans s’y est installé depuis quatre mois. Son chez-lui ? Une maison en plastique de 23m2 qu’il loue environ 310 € par mois. 

Un choix purement financier pour le jeune homme. "Suite à une dispute avec mes parents, je me suis retrouvé dehors, sans aide boursière, sans argent", confie-t-il. "J’avais le choix entre le camping et la rue". Et il n’est pas le seul à vivre ici.

Depuis 9 ans au camping

Alain, retraité de 67 ans, réside au camping depuis neuf ans. Un choix de vie qui lui permet de se "croire en vacances à l’année". Nostalgique, il se souvient encore de "l’époque où on était une soixantaine".

Dans les environs de Nîmes, en Petite Camargue, un camping reçoit appels sur appels de gens désireux de trouver un logement. Pour Chrystelle, la gérante, "le camping est l’intermédiaire entre la rue et les logements trop chers".

Contactée quotidiennement par le conseil général et des assistantes sociales, elle est dans l’obligation de "refuser de loger du monde. La semaine dernière, une dame est venue pour vivre dans mon camping, mais elle n’avait que sa voiture pour dormir, c’était impossible." Avant d’ajouter que son "camping n’est pas un logement social".

La question fiscale ?

Ne payant ni taxe d’habitation ni taxe foncière, les habitants de campings ne sont pas oubliés pour autant. Ils doivent s’acquitter d’une taxe de séjour de 0,30 € par jour et par personne. Pour bon nombre de résidents du camping situé en Petite Camargue, "ce projet de loi est orienté pour faire payer encore plus d’impôts !"

Dominique s’est retrouvé à la rue du jour au lendemain. Locataire d’une maison à Lunel-Viel, son bail n’a pas été renouvelé. Accompagné de sa femme et de sa fille, il estime que cette loi est "dégueulasse, discriminatoire et incompréhensible".

Des loyers trop chers

Même son de cloche du côté de Gérard, son voisin. "Qu’on nous foute la paix", s’insurge-t-il. Pour lui, son choix se résume à "confort, bien-être et indépendance sans les contraintes d’une maison".

Un avis partagé par Paul, retraité de 64 ans. Il vit en pleine nature depuis quatre ans. "Le mode de vie et les loyers trop chers" l’ont conduit à choisir le camping. "Qu’on nous fasse payer une taxe d’habitation", s’exclament Paul et Gérard.

S’ils devaient justifier une adresse permanente, certains se serviraient de celle de leur entourage. "Celle de ma fille" pour Alain, "de mes beaux-parents" pour Dominique. Quant à Gérard, il monterait à bord de son camping-car pour "de nouvelles aventures, vers de nouveaux horizons".

Paul sourit et voit une tout autre solution se dessiner. Pour lui "c’est clair, si je ne peux aller vivre dans un logement social, qu’on me met dehors, j’irai vivre chez Étienne Mourrut !"

L’étudiant nîmois, Léopold, avoue qu’il ne saura que faire s’il doit justifier un domicile. "Je me retrouverais à la rue, sans aide, avec pour seul but de m’en sortir en me disant que je ne peux pas tomber plus bas !" conclut-il, se retournant vers ses livres, dans l’espoir de valider son année... et réussir sa vie.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

jpb 25/01/2012 13:11


si cette loi passe ses peut être un bien,car on va pouvoir expulser tout les immigrés se disant mal logés.