Non à l'appel au meurtre antisémite en Tunisie par Souhail Ftouh

Publié le 9 Janvier 2012

PÉTITION CONTRE L’APPEL 

« TUER LES JUIFS EST UN DEVOIR » 

(Aéroport de Carthage…).

 

 

La Tunisie est une terre de tolérance, son identité arabo-musulmane a toujours su préserver et enrichir les relations avec les autres composantes religieuses de son identité.

Les hommes et les femmes de toutes convictions ont toujours pu trouver en Tunisie un lieu de travail, d’études ou de loisir qui soit accueillant et sécurisant.

 

La Tunisie que nous aimons est plurielle, nous ne pouvons accepter que soient lancés des appels aux meurtres contre une partie de sa population en raison de leur appartenance religieuse.

 

L’histoire de la Tunisie et la mémoire de sa révolution, démocratique et exemplaire ne peuvent être entachées d’une telle insulte indigne de l’identité, de l’histoire et de la culture Tunisienne.

 

L’histoire du Monde que la Tunisie a marqué d’une pierre blanche avec un mouvement révolutionnaire unique dans l’histoire du monde dans son ampleur et ses aspirations démocratiques ne peut être ensevelie par la montagne noire de l’indignation mondiale, par le souvenir insoutenable de l’extermination d’hommes, de femmes et d’enfants au nom de leur religion.

 

 

La peste brune qui a ravagé l’Europe il y a 70 ans a commencé par un appel au meurtre dans la rue, suivie de pogrom …et de trains vers des lieux d’exterminations de masse.

 

 

Le silence coupable du monde a permis, l’inacceptable, … plus jamais ça avaient dit nos grands-parents.  Fidèles à leur mémoire et au nom de la dignité Mondiale, des valeurs humaines et de l’idéal démocratique qui nous unit, nous dénonçons avec force les appels aux meurtres de juifs proférés à Carthage le 05 Janvier 2012.

 

Devant l’abominable nous sommes tous des Juifs Tunisiens.

 

 

Nous demandons solennellement à Monsieur le Président de la République Tunisienne, Monsieur Moncef MARZOUKI, et à Monsieur le Premier Ministre de Tunisie Mr Hammadi JBELI, de dénoncer publiquement ces agissements, d’interdire toute manifestation ou propos appelant au meurtre raciste.

 

 

Miguel de Unamuno disait « Il y a des circonstances où se taire, c'est mentir », … le gouvernement Tunisien ne peut se taire devant de tels agissements.

 

Christian JEAN et Sondés JEAN-LABIDI (http://www.tunisunis.com)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Vanpyperzele 09/01/2012 14:01


Faut pas rever, jamais ces musulmans de quelques pays que ce soit changeront d'attitude envers tous les non musulmans de la terre.Il faut aussi se mefier de ceux qui ont un comportement
pacifiques, ce sont des guerriers dormant attendant des ordres du califat.