Non à la Charia (4) - Quelques propositions contre la dictature islamique en France et en Europe

Publié le 2 Janvier 2013

Propositions de lois (extrait du site belge "Shariah")

Le musulman vivant dans un pays occidental est quelqu’un qui nous dit en substance :

“Je revendique la liberté de dire, d’écrire et de faire TOUT CE QUE JE VEUX, au nom de VOS principes, pour vous refuser cette même liberté, un jour, AU NOM DES MIENS ! »

 

Voici notre réponse:

- Les lois du peuple belge sont les seules autorisées à être appliquées. Il est interdit d’imposer ou de faire référence à des us et coutumes d’une quelconque croyance religieuse dun autre pays. Ceux-ci  ne peuvent en aucun cas être appliqués  et passent après la constitution du peuple belge.

Ces lois ne s’appliquent pas à la religion catholique ( avec toutes ses composantes)

- Toute forme de signe extérieur d’une appartenance religieuse est interdite dans toutes les administrations, appareil d’Etat à tous les niveaux de pouvoir,  en ce compris l’enseignement.

 - Tout étudiant qui oppose des préceptes religieux aux lois scientifiques officiellement enseignées peut se voir refuser son diplôme.

- Tout enseignant qui refuse les théories scientifiques au profit de théories religieuses se verra renvoyé de l’enseignement  et perdra ses avantages sociaux.

 - Le refus d’embauche pour cause de  port de voile islamique n’est plus recevable comme discrimination à l’embauche.

 - Un employeur peut interdire  ou exclure tout employé qui, par le fait de porter des signes religieux, peut être considéré comme   du prosélytisme.  Cela peut être considéré comme faute grave sans avoir à se justifier  et être motif de renvoi sans indemnités

-Toute personne qui décide de porter un voile islamique sur le lieu de travail après son engagement rompt  de fait son contrat de travail unilatéralement et peut être licenciée sans indemnités. Les certificats médicaux sont sans valeur dans ce cas.

 - Le refus d’un logement sur base de signes extérieurs d’appartenance à une communauté religieuse n’est pas accepté comme discriminatoire.

 -La religion catholique faisant partie de l’héritage culturel et historique de la Belgique, elle sera autorisée sans  limitation (fêtes, évènements familiaux, politiques,…)

 - La polygamie étant interdite, toute personne qui est polygame  sera interdite de séjour en Belgique même si elle est autorisée dans le pays d’origine de la personne.

 - La répudiation étant contraire aux droits de l’homme, la répudiation entrainera une exclusion de tous les avantages sociaux  et 2 ans de prison ferme à l’auteur de la répudiation. Si la personne est d’origine étrangère elle sera passible d’exclusion après avoir purgé sa peine d’emprisonnement.

 - Toute personne qui menace la sécurité du pays ou d’un groupe de pays incluant la Belgique  avec un discours  religieux sera passible d’un emprisonnement ferme de 2 ans  et ensuite d’expulsion vers son pays s’il a la double nationalité et de 5 ans fermes s’il est né en Belgique. Cette peine passera à 7 ans s’il a été naturalisé depuis moins de 5 ans  lors des faits qui lui seront reprochés. Ces peines sont incompressibles. Il sera aussi déchu de la nationalité.

 - Pendant sa détention, la personne condamnée sera privée du droit de culte  et d’avoir un contact avec des  aumôniers. Il sera cependant soumis  à de cours de citoyenneté et de civisme.

 - S’il apparaît que plusieurs personnes  qui ont été condamnées,  ont fréquenté le même lieu de culte, celui-ci sera fermé pendant un temps égal à la détention cumulée des différents condamnés.  Et si un ou plusieurs d’entre eux a/ont été coupables d’actes qualifiés de « terroristes »  et qui ont entrainé des victimes, le lieu de culte cité plus haut  sera  démonté, le terrain revenant à l’Etat et les biens saisis  serviront à l’indemnisation des victimes.

 - Les enseignants religieux  qui ont professé pendant cette période seront considérés comme solidaires et seront : soit interdits de séjours en Belgique s’ils sont à l’étranger ,soit ils seront arrêtés et condamnés pour incitation à la haine religieuse.

 - Les croyants modérés doivent s’engager via leur lieu de culte  attitré  à signer une convention  et une « charte de modération religieuse et  de  bonne conduite » dont le contenu fera l’objet d’un document séparé,  et  dans lequel ils s’engagent à exercer leur foi à titre privé, ne pas faire de prosélytisme et à ne pas  mêler ni imposer  leur foi aux affaires politiques du pays.

- Ils s’engagent aussi à ne pas  opposer  leurs croyances religieuses aux lois du pays qui les accueille ni aux programmes officiels de l’enseignement scolaire.

 Ils s’engagent aussi à refuser et à dénoncer tout discours d’un ministre de culte qui prône la haine interreligieuse.

- Si plusieurs membres d’un lieu de culte qui a signé cette convention sont coupables d’un des faits cités plus haut, l’ensemble de la communauté du lieu de culte pourrait être considéré comme solidaire et pourrait subir les sanctions prévues plus haut.

- Tout lieu de culte qui refuserait de signer cette convention sera considéré comme diffusant la haine religieuse envers les habitants du pays ne partageant pas leur foi et  sera fermé pour une période indéterminée.

 - Si un ou des agents de la force publique se font agresser ou subissent des jets de projectiles de la part d’un groupe composé de plus de 3 personnes qui forment une association  momentanée ou pas de malfaiteurs,  il seront autorisés à faire usage de leurs armes de service ou de tout autre moyen leur semblant nécessaire pour rétablir l’ordre. Ils n’auront pas à se justifier pour cela même si les agresseurs sont des mineurs d’âge.

 - Si les auteurs de ces faits sont  des mineurs d’âges, les parents seront pénalement responsables  avec saisie des biens immobiliers qui serviront à indemniser les victimes. S’ils sont insolvables ils seront passibles peine de prisons. 

 Cet article ne s ‘applique pas en cas de conflit social sur un lieu de travail.

 - Les lois du Danemark et de l’Australie et du Kazakhstan seront appliquées.

- Il sera interdit à un musulman de siéger comme membre d’un gouvernement  quel qu’en soit le niveau (fédéral, région, sénat, chambre, province, commune)

- Tout musulman décédé doit être évacué dans son pays d’origine ou doit être incinéré. Il lui est interdit d’être enterré dans le sol belge.

- Toute personne ayant commis des actes répréhensibles selon la loi belge, au nom de l’islam sera jugée par un tribunal spécial anti-islamique. Avec addition des peines du droit belge et les peines prévues par la Shariah.

- Les mosquées sont interdites en Belgique.

- Plus aucun demandeur d’asile musulman ne sera accepté sur le sol belge. Il sera reconduit immédiatement dans son pays d’origine. S’il ne se « souvient » plus du pays ou il vient il sera extradé par avion cargo, vers  Afghanistan ou le Sud Soudan, au choix. 

Autres  règles d’immigration en vigueur

1. Il n’y aura pas de programmes en langues étrangères dans les écoles.
2. Toutes les annonces du gouvernement et les élections se dérouleront dans la langue nationale.
3. Toutes les questions administratives auront lieu dans notre langue.
4. Les étrangers ne seront pas un fardeau pour les contribuables. Pas de sécurité sociale, pas d’indemnité de repas, pas de soins de santé ou tout autre avantage public ne seront accordés. Tout abus provoquera la déportation.
5. Les étrangers peuvent investir dans ce pays, mais le montant doit s’élever au minimum à 40.000 fois la moyenne journalière de subsistance.
6. Si les étrangers achètent de l’immobilier les possibilités sont limitées. Certains terrains, en particuliers les biens immobiliers disposant d’accès à l’eau courante, seront réservées pour les citoyens nés ici.
7. Les étrangers ne peuvent pas protester chez nous. Aucune manifestation, aucune utilisation d’un drapeau étranger, aucune organisation politique. Aucune calomnie sur notre pays, le gouvernement et sa politique. Toute violation conduira à la déportation.
8. Si quelqu’un pénètre dans ce pays illégalement, il sera traqué sans merci. Arrêté, il sera détenu jusqu’à ce qu’il soit expulsé. Tous ses biens seront saisis.

Sans pitié, inhumain, trop dur ?…

Les règles ci-dessus sont les règles d’immigration en vigueur en Arabie Saoudite et dans les Émirats Arabes Unis !

A méditer.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Aaron 06/01/2013 23:44


Oui effectivement à méditer, surtout la seconde partie des règles clairement énoncées.


Ce sont en tous cas de bonnes mesures de protection d'un état, quel qu'il soit.