Non à la folie de Trierweiler à Locmariaquer

Publié le 1 Octobre 2012

Du côté de la Bretagne

 / Le Floc'Hington Post

Les Bretons ont appris par la Renommée, le meilleur média qu’il soit, que la favorite du Présiflan a acquis un terrain en bordure de la rivière Crach sur la commune de Locmariaquer, en vue d’y construire une maison. Outre que la première concubine choisit mal la région où venir donner l’aumône à des sujets ravis, le sujet relance le problème des résidences secondaires qui occupent outrageusement l’espace littoral Breton.

 La Bretagne est certes une Nation dont le rapport de forces avec la France manque de vigueur et se fait essentiellement par voie politique, avec des va-et-vient qui le rendent sujet aux manifestations d’ego des uns et des autres et aux pressions de l’Etat colonial français. Mais, même si Mme Rottweiler ne court pas le risque que des résistants viennent pisser en brigade internationale dans sa piscine (tout en chantant en Corse) ou évaluer avec force dynamite la solidité des futurs murs, une telle résidence offre une cible de choix à qui voudrait se soulager de ses revendications catégorielles en arrosant les ardoises avec force boulons, en lâchant des cochons dans la piscine ou des poules dans le jardin. C’est que ça picore, des poules. Effet garanti sur la pelouse de la première Poule de France. Et ce même si sa présence assurera des retombées touristiques certaines, et remplira les hôtels de la ville et des alentours avec les paparazzi et autres journalistes avides d’interview et de photos au débotté.

Moralité, des poulets, des vrais, des dodus et français vont se trouver réquisitionnés pour garder une future maison occupée quinze jours de l’année. Evidemment, alors que l’exécutif Hollande impose au pays une rigueur et des  impôts supplémentaires exceptionnels qui repoussent plus loin encore les limites duracket légal que constitue la pieuvre fiscale française, personne ne se demandera si d’une part cette maison de plaisance Bretonne n’est pas un luxe insultant envers l’ensemble des français, et d’autre part, combien cela coûtera aux contribuables Bretons de payer sa garde. 

Il y a quelque chose de pourri à gauche, qui rappelle malencontreusement les errements de la IIIe République des années 30, au bon temps où la France était dirigée par Aristide Briand que Léon Daudet qualifiait de “pleutre grandi sur les genoux des prostituées de Saint-Nazaire“. A la bonne époque des affaires du Crédit Municipal de Bayonne, Stavisky etc. que les emplois fictifs du PS ont depuis renvoyé à de bien piteux amusements d’enfants. Mélenchon, ce faux jeton soi-disant au service des prolétaires, a un château en Dordogne (estimé à plus de 700.000 €). Le couple Hollande cède à la lubie par la femme, que cela soit à la Rochelle ou ailleurs. Au XVIIIe, une maison de plaisance sur les bords de l’Erdre à Nantes était appelée une folie. De par les riches dépenses qui y étaient engagées par des marchands prêts à se surpasser mutuellement dans le luxe et le raffinement. On peut le dire, au vu du contexte et de la souillure de la Bretagne qu’elle cause, cette réalisation à venir est une folie.

Par ailleurs, les régions littorales de la Bretagne sont envahies de résidences secondaires occupées un mois et demi de l’année. Deux ou trois mois parfois. Des maisons-parasites qui minent l’espace naturel et alimentent une hausse des prix tout à fait spéculative, parfois avec le concours de maires peu scrupuleux qui touchent une généreuse commission à chaque fois qu’ils donnent à un terrain agricole le statut de constructible. Nos îliens, nos jeunes du littoral doivent refluer vers l’arrière-pays, au bénéfice des colons. Nombreux ils sont à être bien intentionnés. Mais de toute évidence, le couple Hollande-Trierweiler ne l’est pas. Il représente tout ce que la Bretagne abhorre. La racaille politique, l’amateurisme, l’impréparation, l’absence de stature et de vision d’avenir, la souillure sur le blanc immaculé d’une hermine qui préféra mourir plutôt qu’être salie. Du balai !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

DURADUPIF 01/10/2012 18:59


Du balai...ouf ! Chassez les tous chacun reconnaîtra les siens. Ces gens là faut aussi qu'ils habitent principalement  quelque part et qu'ils résident secondairement ailleurs, le tout dans
un Pays qui s'appellent La France !

mfh 01/10/2012 13:27


presente a vannes en juin, je fais confiance a nos amis bretons...mf

DUVAL Maxime 01/10/2012 12:10


Il serait dommage que mon commentaire, critique sur votre sigle (ben oui, il faut se tordre le cou pour pouvoir le lire)... vous fasse penser que ma critique s'adresse aussi a votre façon de
juger de nos dirigeants actuels. Mais je n'aime pas qu'en Bretons nous parlions de la France notre pays (mère ? à tous), comme d'un colonisateur honni de nous.