Non au mariage gay et à la reconnaissance juridique de l' homoparentalité. Par Georges Polo

Publié le 7 Avril 2012

J'ai reçu par courriel ce texte qui est une opinion négative sur le mariage homosexuel et l'homoparentalité. Il est vrai que c'est un débat de société qui mérite d'être traité.

Pour ma part, si je n'ai rien contre les orientations sexuelles de mes concitoyens, je partage cette opposition au mariage homosexuel et à l'homoparentalité. Je reste convaincu que le mariage est l'union de deux sexes opposés dans le but de fonder une famille et faire, par eux-même, des enfants. De plus, je crois profondèment que l'image d'un père et d'une mère sont la meilleure représentation pour éduquer et transmettre à un enfant. C'est aussi le fondement de notre société.

Alors certes, on peut en discuter et en débattre! Je n'ai pas la science infuse, je suis déjà un homme du passé. Mais je n'imagine pas, en tant que vieux con peut-être, une nouvelle société basée sur les "genders". Un homme est un homme, une femme est une femme et ils sont complémentaires et ont des fonctions naturelles différentes, si ce n'est pour la procréation. Ce qui n'enlève rien à l'amour que deux personnes peuvent avoir l'une pour l'autre quand ils sont du même sexe! Reste à trouver les mots qui pourraient satisfaire les désirs et envies de chacun et surtout l'amour de deux êtres. Là ou je diverge avec George Polo, c'est sur l'utilisation du mot "déviant" qui me paraît excessif voire, insultant ainsi qu'avec le mot "paire" qualifiant le "couple" homo! Pour conclure, il ne faut pas oublier que pour beaucoup de sexologues, ce serait la bisexualité qui serait "la norme".

Si vous souhaitez donner votre avis, n'hésitez pas!

Gérard Brazon

******* 

Débat sur le mariage gay et l'homoparentalité par George Polo


Le langage 

L'habitude a été prise, depuis une douzaine d’années, d’utiliser les termes d’homosexualité ou d’hétérosexualité, au point que personne ne parle plus d'orientation sexuelle normale ou d'orientation sexuelle déviante. Certains sympathisants de la cause homosexuelle refusent même l’emploi du terme « normal » quand il s’applique à la sexualité. Ils ne tolèrent pas que l’on puisse ainsi porter un jugement de valeur sur les orientations sexuelles ni, par conséquent, réfléchir sur le mariage gay et l’homoparentalité. 

De plus on ne peut donner un même nom, en l'occurrence "couple" à l'union homosexuelle et à l'union hétérosexuelle. L'union d'un homme et d'une femme est différente de l'union entre deux hommes ou entre deux femmes, à moins de considérer que l'homme est identique à la femme. Il n'y a pas égalité entre un comportement sexuel normal et un comportement déviant. Il n'est donc pas donc discriminatoire de donner à ces deux types d'union un nom différent, "couple", comme on l'utilise depuis toujours pour les unions hétérosexuelles et "paire" pour les unions homosexuelles, même si cela doit faire pousser des cris de vierges effarouchées à certains membres du lobby gay. 
Malgré ces cris on ne peut que constater que si le couple et la paire unissent chacun deux êtres l'une des unions refuse l'altérité sexuelle alors que l'autre se fonde sur la complémentarités des sexes. Ces unions n'ont qu'un point commun , le chiffre deux, ce qui n'est pas suffisant pour qu'on les confonde et qu'on leur donne un même statut juridique, par exemple le mariage. 


La loi et le mariage 

Le mariage n’a pas été créé pour permettre au législateur de remettre en cause la liberté individuelle en se préoccupant de sexualité récréative, homo ou hétéro, ni pour s’occuper d’amour. Le maire n’a d’ailleurs pas à demander aux futurs époux s’ils s’aiment ou non. Il ne leur demande pas non plus leur orientation sexuelle, cette dernière, quelle qu'elle soit, ne confère aucun droit. 
A la base de la vie, se trouve la différenciation sexuelle. Aucune autre relation ne contribue au bien commun autant que l'union entre un homme et une femme. Avec l'institution du mariage la loi tient compte d' une réalité : L'homosexualité est une forme d' intolérance à l'altérité sexuelle alors que l'hétérosexualité fait vivre la complémentarité sexuelle. C'est pourquoi la loi , par le mariage, consacre, depuis toujours, l' alliance d’un homme et d’une femme. 

Le mariage ne crée pas une injustice envers les personnes qui sont incapables d’établir une relation complète avec le sexe opposé. Il n'y a pas égalité biologique entre un comportement hétérosexuel et un comportement homosexuel. Malgré le chantage à l'homophobie , le législateur n’a pas à modifier le mariage, d’autant plus qu’ avec le mariage, le plus souvent, un tiers est concerné : l’enfant . 


L’enfant 

Le législateur, par le mariage, propose un cadre au couple afin de l’aider à se stabiliser et protéger ainsi l’enfant né ou à naître. 

S’il est exact que des homosexuels peuvent avoir la charge d’enfants, la demande de reconnaissance juridique de l’homoparentalité comme une forme de paternité apparaît inintelligible, l'enfant ayant un état civil et donc un régime juridique clair. S’agissant d’homosexuels cette reconnaissance juridique de la vie à deux n’offre pas plus de pertinence qu’une reconnaissance juridique de la vie à trois, quatre ou cinq. Si l’on autorise l’adoption d’un enfant par deux hommes ou deux femmes, on ne voit pas pourquoi l’on refuserait un cadre juridique à 2 hommes et 3 femmes qui souhaiteraient élever un enfant ensemble : ce serait la destruction volontaire de la cellule familiale sur laquelle repose en grande partie le pacte social des sociétés durables. 

Une fraction du lobby homosexuel souhaiterait assimiler le couple avec enfant et "une paire" d ' homosexuels élevant un enfant. En effet l’apparence de ces derniers se rapproche de celle du couple normal. Les demandes d’accès au mariage et à l’adoption peuvent de ce fait apparaître comme destinée à faire oublier le caractère spécifique de l’homosexualité. L’enfant deviendrait alors un moyen mis au service d’une cause qui n’est pas la sienne. Cette instrumentalisation de l'enfant au profit des parents adoptifs pose un vrai problème d'éthique. 

De même les maltraitances d' enfants doivent être sanctionnées si des parents sont indignes. Les enfants placés dans une famille d’adoption doivent y retrouver le père et la mère qui leur manquent. On ne doit pas utiliser le malheur de ces enfants afin de démontrer qu’ils seraient mieux dans une famille de deux hommes ou deux femmes que dans leur famille d’origine et les transformer ainsi en propagandiste obligés de l’homoparentalité. Quant à l’adoption par un célibataire elle existe de manière traditionnelle pour que des enfants puissent être adoptés par leur oncle, leur tante, ou un autre membre célibataire de sa propre famille. Le principe en a été depuis dévoyé. C’est au législateur de prendre les dispositions pour que soit respecté l’esprit initial de ces formes d’adoption. 


Non au mariage pour les gays 

Avec le mariage la société reconnaît juridiquement l’union d’un homme et d’une femme car cette union est vitale pour assurer son avenir. 
La loi n’a pas à entériner toutes les situations de fait découlant du comportement de tel ou tel individu sauf à créer une règle par individu et par situation ce qui entraînerait la disparition de la notion même de droit. 
L’homosexualité a toujours existé. Elle est admise par notre société. Ce comportement n’a cependant pas vocation à être à l’origine d’une modification de la législation sur le mariage.

George Polo

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Bernard LAINÉ 07/04/2012 18:53


Il va de soi que la nature ne connaît comme "NATUREL" pour les humains que le couple procréateur masculin/féminin. Si l'on peut comprendre que certains "penchants" partent une minorité vers
l'homosexualité il faut appeler un chien un chien et un chat un chat. ces déviants sont des anormaux; des MALADES qu'il faut soigner et traiter et non pas éliminer comme s'y emploie l'islam.! De
là à accepter, fi de la loi naturelle; de "marier" ces malades et leur confier des enfants à élever; qu'ils sont incapables de faire il y a un monde de confusions; que les couples "normaux" ne
peuvent accepter. La loi est déjà allée très loin en instituant les PACS mais j'espère que nombre d'associations familiales poursuivraient en justice pour annulation une loi qui conférerait ce
titre de "MARIAGE" à des individus qui tous comptes fait ne sont que des "FOUILLES MERDE" ou des "LÈCHES CRAMOUILLES". Personnellement; marié depuis 58 ans et père de deux enfants, je me
sentirais SALI par une telle CONFUSION si elle devenait LÉGALE.!  Et j'ose espérer qu'au simple plan de la signification, le pays de DESCARTES ne s'y laissera pas aller ... !

BARRET Alain 07/04/2012 09:13


Bonjour Gérard ,


Un grand merci pour ton billet plein de bon sens qui a retenu toute mon attention. IL n'y a rien à changer , pas même une virgule , et c'est cet exemple que beaucoup devraient suivre ... J'espère
avoir le plaisir de te voir à l'AG de Vannes , à bientôt.


@LAIN .

Epicure 07/04/2012 08:52


Je trouve une fois encore que le "débat" est à coté de la plaque car l'affronter reste insoutenable de dégradation pour les "intéressés"et insoutenable de mise en danger pour les homophobes qui
craignent pour leur "intégrité" mentale-psycho-sexuelle. Les "immatures narcissiques homoérotiques" selon la psychanalyse de Jean Bergeret se disputent avec les petits (ou grands) paranoïaques
dont la structure homoérotique "parait" mieux défendue mais aussi précaire....


L'ignorance neuro-scientifique (laissons  la psychiatrie obsolète et nosomaniaque à se desherance!!!!) sur les problèmes biologiques (certains et probables en partie) ne nous aide en rien
dans ce débat évité et faussé tout à la fois...


Oui,la tolérance à l'égard des pathologies du choix d'objet sexuel doit être grande sauf pour ceux qui peuvent être "criminels"...mais comment trouver une limite? A quel MOMENT les Curés
pédophilesdevraient donc être "diagnostiqués"? pourquoi interdire et sanctionner l"inceste ou la Zoophilie? sont-ce des CHOIX libres comme le prétendent justement les "pêrsonnalités
perverses"?......


Voilà, si vous cherchez comme juge (et partie) des psy tordus ou des paranoiaques homophobes,( vous en trouverez beaucoup soyez en sûrs!) vous aurez deux options diamétralement opposéesqui auront
le Label de la Tolérance d'une part et de la Normalité (sic) d'autre part; aussi fausses et malades l'une que l'autre...!