Non, François Hollande le petit, n’a pas grand chose à voir avec Napoléon III le grand. Par Gérard Brazon

Publié le 3 Décembre 2013

Je ne suis pas étonné de voir appliqués à François Hollande les propos assassins que Victor Hugo adressait à l’Empereur Napoléon III.

Gérard Brazon interview3  Par Gérard Brazon pour Riposte Laïque

Que peut-il ? Tout ! Qu’a t’il fait ? Rien Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eut changé la face de la France, de l’Europe peut-être. Seulement voilà, il a pris la France et n’en sait rien faire.

Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c’est le mouvement perpétuel; mais, hélas ! Cette roue tourne à vide.

Victor-Hugo.jpg  Victor Hugo était un géant de la littérature et de la poésie. Il était capable d’additionner les alexandrins et d’en faire des livres. Il a su décrire une période, une époque. Il ne fut pas le seul à savoir le faire. Mais ce géant reconnu par tous, a eu comme l’a écrit Siréne dans son article sur Riposte-Laïque, un parcours politique plus que mitigé.

Royaliste sous Napoléon 1er avec pourtant un père général dans la Grande armée, il devint Napoléonien sous la restauration, puis de nouveau royaliste et pair de France sous Louis Philippe. Pendant la Révolution de 1848, il défendit la monarchie, puis devint Républicain et siégea aux côté de la droite conservatrice (Pire que l’UMP, c’est tout dire) . Il vote la loi du 9 août 1848, qui suspend certains journaux républicains en vertu de l’état de siège. (Un vrai progressiste)

Peu à peu, il a affûté son opposition au Prince Louis Napoléon Bonaparte comme Président de la République. Il est devenu un républicain acharné de type centre gauche après le coup d’état du 2 décembre 1852 et la mise en place du second empire.

Son discours se radicalisa et devint par la suite une véritable insulte permanente. Comme de longs crachats lancés depuis son île Anglo-normande sur le second empire. Des grands cris moralisateurs lancés confortablement installé entre sa femme et sa maîtresse ! La moralité à géométrie variable et l’oubli de ses prises de positions précédentes durant sa longue carrière. Celui qui détestait les bourgeois vivait finalement et surtout comme un bourgeois de l’époque.

Sans logique, sans esprit critique, une haine farouche l’animait y compris malgré les appels d’offre du nouvel Empereur. Ce qui donna ce jugement à l’emporte-pièce lu plus haut qui fait penser à François Hollande. Jugement démenti par l’Histoire du second empire comme l’a expliqué un homme comme Philippe Seguin  dans son livre « Napoléon le grand » pour combattre ce titre ravageur et injuste de « Napoléon le petit » du grand poète mais piètre politique qu’était Victor Hugo.

Mon propos n’est pas de défendre Napoléon III à tous crins, mais d’aider à rétablir sa mémoire. Interdire si possible que l’on puisse comparer ce grand souverain à ce petit homme qu’est le triste sire François Hollande. La grandeur de la France de cette époque n’a rien à voir avec cette France d’aujourd’hui qui subit le grand remplacement et la misère économique provoqués par des incapables politiques, des impuissants sociaux, des industrieux de la déchéance nationale !

Certes, on ne peut pas comparer les presque deux ans de gouvernement socialiste avec 20 ans de gouvernement napoléonien.

Pour mémoire, la France de Louis Philippe dont Victor Hugo était un personnage important, était un pays en voie de développement tranquille. Tant sur le plan industriel, que sur le plan militaire. Certes, il y avait eu auparavant Charles X et la conquête progressive des territoires de l’Afrique du Nord et les débuts d’une colonisation qui nous vaut le retour de bâton d’aujourd’hui par une occupation progressive de notre propre territoire. Rien à voir avec ce grand pays moderne que l’Empereur réalisa en si peu de temps.

La société française se transforme sous le Second Empire plus vite qu’en aucune autre période de son Histoire. C’est à ce moment qu’elle accomplit sa révolution industrielle.

Napoleon-III.jpg L’empereur signe un traité de libre-échange avec le Royaume-Uni. Il institue aussi une union monétaire qui englobe, jusqu’à la Première Guerre mondiale, de nombreux pays. Il accorde le droit de grève aux ouvriers et relance l’instruction publique.

Imbu de principes humanitaires et désireux de faire prévaloir en Europe le «principe des nationalités» (une nation, un pays), l’empereur mène une diplomatie « nationale. Il s’engage avec les Anglais dans la guerre de Crimée, secourt les chrétiens d’Orient (…) source Hérotode

Pour conclure et finir de vous convaincre que l’Empereur n’a pas grand-chose à voir avec le nain politique que nous avons aujourd’hui au pouvoir, il suffit de prendre connaissance de ces avancées surWikipédia pour commencer. En espérant que ce grand homme soit un jour réhabilité. Le plus rapidement possible.

Les Radicaux-Socialistes de l’époque ont sali sa mémoire, son régime, ses avancées sociales et j’en passe. Des socialistes qui tout au long de leur existence, ont bien des choses à se faire pardonner dans les différents tribunaux de l’Histoire et à toutes les époques où ils ont pris le pouvoir.

Quant à la révolution industrielle, ce grand souverain fit de la France un grand pays, une puissance qui dépassa et de loin la puissante Angleterre au point de lui faire de l’ombre y compris sur mer.

Gérard Brazon (Puteaux-Libre)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

aupied 03/12/2013 17:29


hollande , et sa clique ne ressemble a personne des GRANDS d'antan , qui a la voter ?? si ce n'est des gens d'ailleurs , des gens qui avaient tout a gagner sur notre dos nous les Français , et
que nous ont apporter ce gens là des emmerdements , on en a marre , je ne suis pas contre les etrangers , mais il faut qu'ils travaillent , mais il faut admettre que tout ceux qui arrivent c'est
uniquement pour l'argent , et a force de donner nous n'en avons plus alors ASSEZ plus etrangers