Nos ministres n’ont aucune parole ! par Pierre Cassen

Publié le 14 Janvier 2013

Par Pierre Cassen sur Bd Voltaire

Aurélie Filippetti, notre ministre de la Culture, vient de se faire prendre en flagrant délit de mensonge, dans l’exercice de ses fonctions. Son ministère a officiellement nié un voyage d’amoureux à l’Ile Maurice, que des photos deVoici l’ont obligée à reconnaître. Je pensais, éternel candide, que lorsqu’un ministre, qui engage la parole de la France, mentait aussi cyniquement, le minimum de décence, pour préserver la crédibilité de son gouvernement, aurait été qu’elle présente sa démission, et que celle-ci soit acceptée. J’ai tout faux, mais je m’accorde des excuses !

Incorrigible candide, je croyais, moi athée, que les promesses d’un homme devenu président de la République étaient parole d’Évangile.

Je pensais que, lorsque celui-ci donnait l’ordre, avec moult effets de communication, à ses ministres d’être mobilisables pendant les fêtes dans les 2 heures, c’était valable aussi pour Filippetti et Fabius, parti lui à Zanzibar. Certes, avec Tapie et Mellick, on pouvait faire Béthune – Paris en 1 heure. Mais Maurice et Zanzibar en 2 heures, c’est plus dur à vendre…

Je pensais que, lorsque le candidat Hollande annonçait qu’il ne prendrait dans son équipe personne qui ait eu des ennuis avec la justice, cela concernait aussi son Premier ministre. Tout faux !

Je pensais que pour l’image du Parti dont il est issu, il veillerait – bien que « Moi président » soit au-dessus de tout cela – à ce que le futur Premier secrétaire du PS n’ait pas, lui non plus, eu de problèmes avec la justice. Ce fut Harlem Desir : encore tout faux !

Je n’imaginais pas une seule seconde que « Moi Président » pourrait écrire à la 17e chambre correctionnelle de Paris, appuyé par le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, pour soutenir sa compagne, par ailleurs journaliste, dans le procès qu’elle intente à deux confrères, qui ont écrit dans un livre des choses qui lui déplaisent souverainement. Tout faux !

Je pensais que lorsque le Premier ministre donnait l’ordre à ses ministres de ne pas manifester pour la défense du mariage homo, c’était aussi valable pour Cécile Duflot, et que toute désobéissance serait sanctionnée d’un licenciement. Encore tout faux !

Je pensais que lorsque Vincent Peillon tançait l’école privée, exigeant la neutralité sur le mariage pour tous, aucun ministre ne serait assez sot pour se faire prendre en flagrant délit de « propagandastaffel » dans une école publique. Nous eûmes pourtant Najat Vallaud-Belkacem dans le Loiret, et elle est toujours en place. Encore tout faux !

Je n’avais pas voulu comprendre que le sommet de l’État était occupé par de médiocres carriéristes, sans conviction, sans éthique, sans honneur, et surtout sans parole.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Banro 15/01/2013 22:17


J'espère M. Cassen que vous mettrez cet article sur Facebook et sur Twitter afin qu'Anormal 1er ou ses sbires puissent le lire !

mika 14/01/2013 19:38


 


Et que dire du ministre de l'intérieur..


Un policier dénonce les zones de non-droit : " M. Valls ne supporte
pas la vérité…"


http://www.youtube.com/watch?v=PwAsDbMcPXs&feature=youtube_gdata_player