"Nous gèlerons tous nos rapports avec l'UE" (R. Erdogan); Pourvu que ce soit vrai!

Publié le 21 Juillet 2011

La Turquie est une force occupante. L'armée turque a envahit l'Île de Chypre en 1974. Ce pays qui prédend devenir un membre de l'Unio alors même qu'il n'a que 3% de son terrotoire en Europe et donc le reste en Asie exige, donne des ultimatums. Ce pays qui est gouverné par des "islamoconservateurs" comme disent les bien pensant pour éviter de dire que la Turquie s'est réislamisé rapidement durant les dernières années. Il est loin le temps de la Turquie de Mustapha Kemal dit Atatürk. Il est loin où de général turc créa la république turque. cet homme avait décidé de faire à la turquie à la mentalité datant moyen âge islamique un formidable bond en avant dans la modernité. La France comme exemple. Ce peuple subit de fait une véritable cure de désontoxication islamique. La Turquie moderne avait soif d'apprendre et son mentor qui était à la fois alcoolique et homosexuel disait-on avait une poigne de fer et des idées sur l'islam bien arrêtées. Voici ce qu'il en disait:

Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d'un vieux sheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu'il apprend à l'ecole, ses coutumes, ses habitudes et jusqu'à ses pensées les plus intimes. L'Islam cette théologie absurde d'un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vie! 

Depuis que les "islamoconservateurs" sont au pouvoir, nous pouvons assister à long retour vers l'obscurantisme. Alors certes, ils ne sont pas responsables de l'occupation de Chypre il n'empêche qu'ils ont repris l'héritage des militaires turcs et qu'en plus, ils exigent que l'Europe se plie à leurs désirs. Combien de temps allons-nous accepter cette verrue en Europe car elle est bien extérieur à l'Europe. ce n'est pas les 3% qui date de leur barbarie et de la traite des blancs du temps de l'Empire Ottoman qui change quoi que ce soit à l'affaire. Ils ne sont pas européen et occupe une Île qui n'est pas à la Turquie et fait partie de l'Union Européenne.

Gérard Brazon

****************************

Erdogan menace l'UE sur Chypre

Le Point.fr -

Le Premier ministre turc a menacé de cesser les négociations avec l'UE si un accord n'était pas trouvé sur le statut de l'île.

Erdogan menace l'UE sur Chypre

Le premier ministre turc recep Tayyip Erdogan a exprimé son inquiétude sur la question chypriote. © Adem Altan / AFP

Recep Tayyip Erdogan a effectué ce déplacement dans le cadre de l'anniversaire de la République autoproclamée de Chypre du Nord. Pour rappel, en 1974, une intervention militaire de la Turquie au nord de l'île a conduit à une partition du territoire en deux parties : La RTCN au Nord, peuplée majoritairement de Chypriotes turcs, et la République de Chypre au Sud, peuplée par les Chypriotes grecs. Cette dernière est la seule reconnue par la Communauté internationale. La Turquie refuse toutefois de considérer sa légitimité.

Ce partage de l'île entraîne des blocages économiques conséquents, ainsi que des affrontements récurrents, physiques et diplomatiques, entre Grecs et Turcs. Un projet de négociations, le plan "Annan", a été mis en place par l'ONU en 2004. Ce plan de réunification a été massivement rejeté par les Chypriotes grecs, malgré l'accord des Chypriotes turcs. Les négociations ont repris en 2008. Elles n'ont pour l'instant donné aucun résultat.

"Nous gèlerons tous nos rapports avec l'UE" (R. Erdogan)

Le gouvernement turc condamne fermement l'Union européenne pour son soutien à la République de Chypre. "Il ne nous est pas possible de discuter avec l'administration chypriote grecque", a déclaré Recep Tayyip Erdogan.

Si l'UE ne reconnaît officiellement que la partie sud, il est précisé dans le traité d'adhésion que toute l'île est concernée juridiquement par l'entrée dans l'Union. Toutefois, seule la partie sud de l'île bénéficie des avantages économiques et sécuritaires que représente l'UE.

"Aucune raison de céder" (A.-M. Le Gloannec)

Directrice de recherche au CERI, Anne-Marie Le Gloannec n'envisage pas que l'une ou l'autre partie de l'île revienne sur ses positions : "Il n'y a aucune incitation particulière. Les deux côtés ont des intérêts opposés. La Turquie veut une fédération serrée ; la Grèce, une fédération lâche."

L'UE a par ailleurs invité les deux parties de l'île à trouver un accord d'ici le mois d'octobre, afin que celui-ci puisse être validé par un double référendum avant que Chypre ne doive assumer son tour à la tête de la présidence de l'Union, en juillet 2012. D'après la chercheuse, il est peu probable qu'une solution soit trouvée d'ici là : "La Grande-Bretagne a bien assumé ce statut pendant la guerre civile en Irlande du Nord. On fera avec."

"C'est comme lors de la création d'un bouchon sur une route, l'un refuse de céder le passage à l'autre et vice versa... Rapidement, plus personne ne peut sortir", déplore la chercheuse. Une impasse qui dure donc aujourd'hui depuis 37 ans.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

kafirpride 21/07/2011 18:16



Pardonnez moi cher Monsieur mais l'argument géographique à propos de la Turquie ne tient pas la route. Je dirais même qu'il relève du discours politico-islamo-correct pour ne pas avoir à dire que
le problème qui bloque l'entrée de la Turquie en Europe n'est autre que l'islam et rien d'autre.


Faisons un peu d'histoire-fiction: si Byzance n'avait pas perdu la bataille de Manzikert en 1071 et si l'empire byzantin était resté maître en Anatolie, on ne se poserait même pas la question
aujourd'hui de savoir si ces territoires sont européens ou pas. La Grèce serait intégrée ainsi que sa partie anatolienne dans l'Europe actuelle. A contrario l'argument géographique employé se
retourne contre ceux qui l'emploient, si on regarde la position de Chypre qui pourtant a été intégrée!


Non, surtout ne faisons pas comme les politicards qui disent n'importe quoi en nous prenant pour des...billes! Et surtout continuons à nous battre bec et ongles contre ce naufrage de la pensée et
de la liberté d'expression qu'est cette lamentable manie du discours politico-islamo-correct. Soyons islamo-lucides, fermement, simplement, sur des bases solidement documentées. En récusant
toutes les accusations et "reductio ad hitlerum" de tous les idiots utiles de l'islam".


 



Loly 21/07/2011 17:49



Surtout, qu'ils ne changent rien, qu'ils congèlent même définitivement tous rapports avec l'UE et BON DEBARRAS!!