Nouvelles tensions entre jeunes et policiers à Amiens.

Publié le 4 Juin 2012

On peut changer de gouvernement, on ne change pas pour autant la réalité! Les "jeunes" restent des "jeunes voyous" et les policiers restent les dindons de la farce, les boucs émissaires! Quant à la Justice avec Taubira, rien de bon ne peut arriver. Mais ce qui m'amuse c'est de voir nos doctrinaires socialistes confrontés à ces réalités. Comme ils ont de l'imagination et toute la presse avec eux, on peut supposer qu'il va y avoir des prouesses de dialectiques politiciennes.

Gérard Brazon

***

 

Nouvelles tensions entre jeunes et policiers

Le quartier Philéas-Lebesgue à Amiens a encore été marqué par des violences urbaines, dans la nuit de vendredi à samedi. Un individu a été interpellé.

«Cela fait quinze jours que ça dure. Les policiers et les pompiers sont appelés quasiment tous les soirs. C'est infernal ». Dans la nuit de vendredi à samedi, les habitants des rues Edmond-Rostand et Philéas-Lebesgue ont encore été réveillés en pleine nuit.

 

Peu après 23 heures, des jeunes du quartier ont incendié une armoire électrique, plongeant tout le quartier dans l'obscurité. Sapeurs-pompiers, effectifs de la brigade anticriminalité, CRS sont intervenus pour sécuriser les lieux en raison de la présence d'une vingtaine de jeunes particulièrement énervés. 

Jets de projectiles sur la police

Des forces de l'ordre qui sont revenues sur place deux heures plus tard, cette fois pour des feux de poubelles sur la voie publique. Une intervention qui a tourné à l'affrontement, les policiers essuyant des jets de projectiles. «Les jeunes ont volontairement incendié l'armoire électrique afin que le quartier soit dans la pénombre et qu'ils puissent en découdre avec les policiers. C'est ce qu'ils recherchaient », explique un témoin qui a d'ailleurs été incommodé par les fumées.

Suite à ces tensions, un individu a été interpellé et placé en garde à vue. Des débordements qui s'étaient déjà produits dans ce secteur d'Amiens Sud-Est dans la nuit de mardi à mercredi. Les forces de l'ordre avaient d'ailleurs été contraintes d'utiliser flash-ball et grenades lacrymogènes. 

"L'été on peut à peine ouvrir les fenêtres"

Dans le quartier, les habitants sont excédés. «On ne se sent plus en sécurité. j'ai déjà eu une voiture brûlée et une seconde dont la vitre a été brisée », souligne un habitant de la rue Edmond-Rostand, qui souhaite garder l'anonymat, redoutant «des représailles ». Même dans son logement, il ne se dit pas serein. «L'été, on peut à peine ouvrir les fenêtres car des individus lancent des projectiles dans nos maisons ».

Christophe Berger du Courrier Picard

 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Claude Germain V 06/06/2012 08:45


Vous n'avez que ce que vous avez voulu avoir ,votez Sarko ou Hollande .......et .......demerdez vous ..........

island girl 04/06/2012 22:50


tant que les gens feront les moutons cela continuera!

S. Dekerle 04/06/2012 17:23


Un grand merci à tous nos politicards qui ont transformés la Douce France en enfer!