Nuit de noces en Algérie : transportée aux urgences le soir même...

Publié le 23 Octobre 2012

L'Algérie qui demande à la France de s'excuser en permanence n'a que faire de ses citoyens et singulièrement de ses sous-citoyennes de seconde zone!

En direct d'Algérie:

Des femmes comme Amina, elles sont plus que nombreuses en Algérie. Mais le sujet est tabou car il relève de la sexualité intime des couples et rares sont celles qui osent en parler. Mais lorsque le lendemain, on se retrouve à l’hôpital, la douleur finit par délier les langues.

Neila, 27 ans, n’est pas prête à oublier son premier rapport sexuel avec un mari qu’elle déteste à chaque fois qu’elle repense à sa nuit de noces. Elle avait 23 ans quand elle  s’est mariée et le sexe «était un univers inconnu pour moi», relate-t-elle.  «Je devais, comme toute fille de bonne famille, attendre mes noces pour enfin connaître les plaisirs de la chair. Toutefois, je fus particulièrement déçue car, mon époux s’avéra un rustre qui ne sait même pas comment s’y prendre avec le corps d’une femme», raconte-t-elle non sans avouer qu’elle fut victime d’un viol.

« La vérité, c’est que j’étais violée par mon époux qui ne comprenait pas mes plaintes à chaque fois qu’il essayait de me faire l’amour. Pour lui, c’était normal d’entretenir de cette manière un rapport sexuel puisque je lui appartenais. Il n’a paniqué que lorsque j’ai fait une hémorragie. Ma nuit de noce s’est terminée ainsi dans les urgences où j’étais transférée», révèle notre interlocutrice les larmes aux yeux. A sa sortie de l’hôpital, Neila n’a jamais pu pardonner à son mari. Quelques semaines sont passées et le couple finit par se rendre à l’évidence : le divorce est devenu inévitable !

Et puis une autre de ce pays peuplé d'anges et de victimes. Est-ce la aussi la faute des anciens colonisateurs? devrions-nous Monsieur le Président nous excuser aussi?

 

5 personnes ont abusé d’une jeune fille et l’ont violée à plusieurs reprises dans un douar de Ain Ouelmène près de Sétif.

D’après nos informations, les faits remontent à la semaine dernière. Une jeune Algérienne originaire de Sétif a été la victime d’un piège orchestré par un chauffeur de taxi. Ce  dernier a profité d’un trajet qu’effectuait la victime à bord d’un taxi clandestin, en direction de chez son médecin. Le chauffeur a subitement changé de direction pour se diriger dans un lieu isolé.

Il semble que le conducteur avait des complices dès le départ, puisque à l’arrivée dans un lieu isolé il y avait 4 personnes qui attendaient la victime. La jeune fille témoigne alors qu’elle a été victime d’une séquestration et d’un viol collectif par ce groupe d’hommes.

Malheureusement ce genre d’affaire devient récurrent. Ce fait divers rappelle la dramatique histoire de B.K, une jeune algérienne de 17 ans qui avait été violée 16 fois par 10 hommes en une seule nuit.

Source

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article