Obama n’a pas gagné, le relativisme si! par Lucien Oulahbib

Publié le 9 Novembre 2012

par Lucien Oulahbib

Les principaux États pourvoyeurs en délégués la Californie (55) et New York (29), qui ont voté Obama, sont composés de toute la génération du baby boom ayant porté haut lessixties et leurs révolutions informatiques et morales dans leurs sens positifs, tels que la prise en compte de la jeunesse comme force majeure, le fait que la valeur ne tient pas compte du nombre des années, la place des femmes, le changement dans l'autorité entre parents/enfants, employeurs/employés, etc, mais il existe aussi des aspects très négatifs, et le relativisme en est un, un rejeton de taille, qui en effet continue à détruire, à ronger de l'intérieur l'Occident en général, les USA (et la France) en particulier.

C'est, rappelons-le, l'idée que tout se vaut, qu'il n'existe pas de vérité, d'objectivité, que tout est construit, inventé, que l'on peut à la fois in fine critiquer tout "ordre moral" et considérer l'islam comme quelque chose de "cool" ("don't panik" écrit Pascal Boniface) jusqu'à aboutir à la théorie du genre qui veut effacer non seulement l'idée de nation mais aussi la différence entre les sexes au profit d'une combinatoire in(dé)finie à l'instar de ces cubes dont on peut composer différentes faces, le tout pour le seul plaisir néronien de voir brûler la nature humaine sur le bûcher de l'idéalisme snobinard des assoiffés de sang mauvais affalés dans les sofas IIIe République des Salons parisiens berlinois ou new-yorkais.

Si les Républicains ont tenté de s'élever contre cela, surtout depuis Reagan, puis après le le 11 septembre, ils l'ont fait, hélas, comme en Europe dans les années 30 (et aujourd'hui aussi) : sur la défensive, malgré les tea party, ce qui ne fait que renforcer leurs tendances mortifères, celles de ce conservatisme teinté de bigoterie et non pas de cette persistance à être, même si cela ne suffit pas puisque en position défensive (Ligne Maginot) il n'est plus question d'affinement, c'est-à-dire d'élévation optimum à la fois des comportements et des solutions concrètes, mais de terre brûlée ou comment agiter les principes moraux alors que souvent l'on s'assoie dessus ; ainsi l'Église catholique aurait été bien plus forte dans son fight en permettant désormais l'ordonnancement de femmes comme prêtres par exemple, de mariage des prêtres séculiers aussi, ce qui serait bien plus profond que le changement de liturgie tel le prêtre officiant face aux fidèles alors qu'en réalité la gestuelle traditionnelle du prêtre les accompagnant en priant dans le même sens qu'eux avait déjà prouvé que le prêtre est inclut dans le Mystère, dont il est la pointe avancée, tout en continuant à en éclairer le sens secret du haut de ces belles chaires en bois sculpté plutôt que de chercher à seulement expliquer avec des mots humains ce qui les dépasse.

Or, plutôt que d'attaquer en indiquant que la droiture c'est précisément la justice elle-même, il s'avère que tout le mouvement du monde libre qui a su rester droit tout le long des épreuves communistes fascistes et nazies se voit défié désormais par tous ceux qui pensent que les problèmes permanents du genre humain sont uniquement le produit d'un régime honni qui, mis à bas, laisserait place à une humanité réconciliée ou le discours du Caire d'Obama qui a eu les résultats naïfs que l'on sait: l'implosion du nationalisme arabe au profit de son frère ennemi imitant pourtant l'impasse de ceux qui ont fait du coran un "incréé" empêchant de ce fait non seulement toute réforme mais son idée même.

En France également, la défaite de la droite conservatrice depuis dix ans n'a pas été analysée, pas plus que l'impossibilité des libéraux de pouvoir faire admettre que ce sont eux qui pensent le mieux "au plus grand nombre" (comme le disait Bentham) alors que les socialistes ne pensent qu'à devenir la nouvelle aristocratie, la classe dominante capable désormais de ne plus payer d'impôts tout comme à l'époque des Trois Ordres en exonérant ses "oeuvres" non pas de charité mais celles de Narcisse tant la plupart d'entre-elles ne tiennent que par la densité cosmétique de la spéculation conceptuelle capable de vendre toujours plus cher ce qui n'est que bulles de savon en passe de devenir elles-aussi des bulles financières.

Qu'Obama soit par exemple majoritaire parmi les célibataires des foules solitaires hantant les grands centres urbains (avant de voir bientôt leur logement trop grand pour eux squattés par les "sans") et que Romney le soit plutôt dans les familles traditionnelles en dit long sur le degré de décomposition avancée d'une société occidentale en voie d'implosion accélérée qui sape la branche sur laquelle elle est assise, la branche de cette évolution du genre humain qui a aussi engendré le changement vers le mieux plutôt que le seul même voulant désormais se démultiplier en images identiques sans autre altérité qu'un reflet sans qualités, ombres tactiles s'effaçant sur les tablettes ces couettes new age.

Le problème n'est pas tant de savoir si la société doit être "ouverte" mais qu'elle le sache et donc circonscrit un dedans et un dehors plutôt que de n'avoir ni dedans ni dehors, un ni ni, le nini, le Ninive des relativistes dont le nihilisme est lié à la recherche effrénée de ce qui paradoxalement le soumettra, telles ces célibataires revenus de tout et qui se convertissent à une religion dont le premier geste reste de renforcer leur servitude volontaire en les voilant, dévoilant ainsi sa capacité à les soustraire du réel commun.

Mais, plutôt que de montrer du doigt que le roi du ni ni est nu, que la gauche qui l'incarne c'est la réaction tordue des envieux avides de mise en misère exponentielle pour pouvoir mieux la dénoncer, il se trouve au contraire que les ténors de ce qui se prétend droit acceptent de jouer là où on leur dit de faire et donc de se vêtir du rôle du "méchant" tels ces bourgeois de Calais cherchant à vendre la corde qui les fit pendre parce que ici ou là quelques-uns trichent ou s'empiffrent alors que ces cas appartiennent à l'écume des jours à laquelle ne peut se réduire l'océan de vie. Celui-ci draine l'Humanité vers le mieux permanent lorsque l'on regarde derrière nous à 10 000, 100 000 ans de distance. La démocratie, le régime de la liberté, ont à peine 500 ans, peanuts donc dans la nuit du Temps, c'est de cela qu'il faut parler plutôt que de participer à ce body art qu'est le mariage pour tous c'est-à-dire pour "personne" ce masque tyrannique. 

Aux USA, en Europe, la tyrannie a désormais pignon sur rue, et d'autant plus qu'elle se fait insidieuse, telle cette grenouille qui se sent de mieux en mieux dans une marmite d'eau pourtant de plus en plus bouillante avant de sombrer ensemble c'est tout.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Claude Germain V 10/11/2012 15:46


Une majorité de gens ayant voté pour Obama se caracterisent par le fait d 'etre sous le pretexte de solidarité ,se caracterisent par le fait d'etre des assités faits  ou en puissance ..
Bizarrement nous y retrouvons l'archetype de l'assistanat français fait ou a venir ..... Ce qui est quand meme paradoxal aux USA c'est de voir ces millions d'assistés ,qui le sont pour beaucoups
a cause de problemes physiques . Il faut etre aux USA pour admirer ces centaines de milliers voir de millions de gros ,d'immenses ,de gigantesque troupeaux d'obeses plus que sur alimentés
,ignobles pousshas de graisse ambulante qui ne respectent plus leurs corps de generation en generation .Veritable calamité nationale dont la bien pensance evite de parler et qui est depuis de
nombreuses decennies un des plus gros probleme US ....Il ne faut pas s'etonner que ces millions de broillieurs et d'avaleurs de nourriture creent un deficit chronique aux services medicaux US
.... Ce qui prouverait que plus il y a d'assistanat dans ce pays plus les problemes de travailleurs vaillants et courageux va s'agraver .. Et Obama sait pertinement que l'argent des aides
sociales pour des millions d'assités passe par l'absorption de graisse destructrice ..... on ne parle pas ici de discrimination on parle tout simplement de respect de soi et des autres ... et de
courage devant la vie ....