ONU : Obama appelle à la fin de la présence juive en Judée Samarie.

Publié le 25 Septembre 2013

Nous savons depuis longtemps que les Etats-Unis n'ont aucun état d'âme face aux peuples qui les dérangent. Ils ne font pas dans le détail et s'il le faut, ils bombardent eux ou leurs supplétifs de l'OTAN dont hélas la France. Hier c'est le Kosovo berceau de la Serbie, aujourd'hui c'est la Judée-Samarie, demain ce sera Marseille et le sud de la France, ou le département de Saint Denis. Au nom de quoi ?

Gérard Brazon

Palestine britannique

*****

Europe-Israël

Le président américain Barack Hussein Obama, proche des Frères Musulmans et prêt à tout pour les satisfaire, lors de son discours à l’ONU a osé demander au peuple Juif de renoncer à la Judée Samarie, berceau du peuple Juif depuis plusieurs millénaires ! « Ad mataye ? » Jusqu’à quand le peuple Juif devra se taire et « composer » selon les desiderata de dirigeants américains ou européens vendus à la cause islamiste ?

Hevron qui abrite le  Caveau des Patriarches du Judaïsme a déjà été abandonné par Netanyahu aux « palestiniens », ces arabes émigrés de fraîche date des pays voisins. Les juifs qui désirent prier à Hevron sont obligés de le faire sous la protection des soldats de Tsahal et ne peuvent accéder aux Caveaux des Patriarches que quelques jours pas an. D’autres villes juives de Judée Samarie ont été abandonnées aux palestiniens en signe de bonne volonté lors des Accords d’Oslo.

Obama a déjà « tendu la perche » aux palestiniens en évoquant pour la première fois les « lignes de 1967″, simples lignes de cessez le feu, qui n’avaient jamais été évoquées lors des précédentes négociations.

Il va cette fois un peu plus loin en feignant d’oublier que la Judée Samarie a toujours été une terre juive. La seule période de son histoire où les juifs durent fuir la Judée Samarie fût de 1949, date de l’occupation Jordanienne, à 1967, date de la libération par les troupes israéliennes. En seulement 18 ans d’occupation illégale les arabes auraient la prétention de s’approprier le berceau du Judaïsme avec l’aide d’Obama ! 

La Judée Samarie devait faire partie du « Foyer national Juif » selon la résolution de la société des Nations de 1922. Cette résolution reste valable juridiquement ! 

Les implantations israéliennes en Judée-Samarie ne sont pas des colonies. La présence juive dans la région s’est poursuivie sans discontinuer depuis plus de 3000 ans. Il s’agit de localités juives en territoire laissé aux arabes selon les Accords d’Oslo de même qu’il existe des localités arabes en Israël.

Dans leur ensemble, ces implantations ne représentent que 5% du territoire de Judée-Samarie.

De plus, depuis 1996, Israël n’a construit aucune implantation nouvelle dans la région, et en a même démantelé 4 en Samarie septentrionale en 2005. Les constructions réalisées depuis 1996 l’ont été dans des implantations déjà existantes en réponse au besoin de croissance naturelle de la population

Obama a parlé en soutien aux négociations de paix entre Israël et l’AP actuellement en cours, et a dit qu’il était heureux de voir ce qu’il a appelé une « reconnaissance croissante au sein d’Israël que l’occupation de la Judée Samarie déchire le tissu démocratique de l’état juif. »

Les jeunes arabes de Ramallah sont « naturellement cyniques » concernant les pourparlers et « frustrés par leurs familles supportant l’indignité quotidienne de l’occupation, » a déclaré l’ôte de la Maison Blanche.

La Judée Samarie, patrie historique du peuple juif, a été peuplé par les juifs et les arabes jusqu’en 1948, lorsque la Jordanie a pris le contrôle de la région lors de sa guerre contre l’état juif naissant. La Jordanie avait alors déporté tous les juifs présents dans la région.

Israël a récupéré le territoire 19 ans plus tard, en 1967, et on estime qu’actuellement 600 000 juifs israéliens vivent dans la région. Les estimations du nombre d’arabes de l’autorité palestinienne vivant dans la région vont de 1.5 à 2.4 million.

L’autorité palestinienne réclame la Judée Samarie pour y établir un état arabe qu’elle appellerait « Palestine ». L’autorité palestinienne insiste sur le fait qu’aucun juif ne serait autorisé à vivre en Judée Samarie, à l’image de la politique nazie des années 1940.

Obama, ignorant l’histoire, a déclaré que « les amis d’Israël, y compris les Etats-Unis, doivent reconnaître que la sécurité d’Israël… dépend de la réalisation d’un état palestinien. » Obama oublie volontairement qu’avant 1967, Israël était encore moins en sécurité qu’aujourd’hui, même si il ne possédait pas un centimètre carré de la Judée Samarie, et que durant toutes ces années, jamais un arabe n’a évoqué la création d’un état « palestinien ».

« Les états arabes, et ceux qui ont soutenu les palestiniens, doivent se rendre compte que la stabilité ne sera obtenue que par une solution a deux états avec un Israël en sécurité, » a ajouté Obama.

« Déjà, les dirigeants israéliens et palestiniens ont manifesté la volonté de prendre des risques politiques importants, » a déclaré Obama. « Le président Abbas (dictateur de fait de l’AP, ndlr) a mis de côté les efforts visant à prendre un raccourci pour la poursuite de la paix et de venir à la table des négociations. Le premier ministre Netanyahou a libéré des prisonniers (terroristes, ndlr), et a réaffirmé son engagement en faveur d’un état palestinien. »

Il est surprenant que la libération par Israël de terroristes palestiniens soit si importante aux yeux d’Obama qu’il en parle à la tribune de l’ONU. Les Etats-Unis, même sous le pro-islamiste qu’est Obama, ont-ils jamais libéré un seul terroriste ?

Obama a ajouté que la paix entre Israël et l’autorité palestinienne « sera un outil puissant pour vaincre les extrémistes de la région, » comme si une très hypothétique paix entre Israël et l’AP allait empêcher les musulmans de la région de tuer les chrétiens, les chiites de tuer les sunnites, les sunnites de massacrer les chiites, etc. Une rhétorique digne d’un fumeur de joint, Obama confondant la tribune de l’ONU avec sa chambre universitaire.

Obama a également abordé l’instabilité en Egypte et en Syrie. Il a fait allusion à une volonté de continuer à soutenir une intervention militaire en Syrie sur l’utilisation d’armes chimiques.

Parfois, a-t-il dit, la violence contre les civils devient si grave « que la communauté internationale sera appelé à agir. »

« Même lorsque les intérêts américains ne sont pas directement menacés, nous sommes prêts à faire notre part… pour protéger les droits fondamentaux de l’homme, » a-t-il dit.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Repost 0
Commenter cet article

Aaron 26/09/2013 15:49


Ce président-sorcier a, semble t-il, de sérieuses lacunes en Histoire...Je disais récemmentà l'une de mes relations, qu'il était la onzième plaie d'Egypte.

mika 25/09/2013 22:40


info ou intox (surprenant article de 2011)


http://jssnews.com/2011/05/11/le-demi-frere-juif-dobama-etait-en-israel-la-semaine-derniere/