Opacité de Greenpeace! Par Jacques Myard. Associations diverses. un point de vue par Gérard Brazon

Publié le 9 Novembre 2011

Toujours au sujet de ces associations qui vivent de subventions. Il y a là un formidable audit financier à réaliser qui donnerait la possibilité de vérifier si ces associations ne sont qu'une vitrine pour permettre à des permanents de vivre grassement aux crochets des contribuables! Par exemple, SOS racisme n'auraient plus qu'un peu plus de 400 adhérents soit un nombre inférieur à une association nouvelle comme Résistance Républicaine qui vit uniquement des cotisations de ces membres sans avoir pour autant les portes grandes ouvertes sur toutes les chaînes de radios et de télévisions ni même pouvoir s'offrir des concerts à la charge des contribuables.

Qui osera mettre un coup de pied dans la fourmillière? Toutes ces associations droit-de-l'hommistes sont une insulte aux comptes de la nation! A l'heure de la rigueur annoncée, il serait temps de passer un coup de serpillère!

Gérard Brazon

************

 

A/S Les vecteurs privés d'influence internationale / opacité de Greenpeace

 

J. Myard et J.M. Boucheron ont présenté le 18 octobre 2011 à la Commission des affaires étrangères leur rapport sur les vecteurs privés d'influence internationale (n°3851).

 

Le phénomène des relations  transnationales n'est pas nouveau mais depuis quelques décennies et le développement des moyens de communication modernes dont internet, elles ont pris une importance inégalée et des formes multiples : ONG, entreprises, multinationales, milliardaires agissent directement sur la scène internationale. Ces entités privées exercent une influence, diffuse ou directe, marquée dans certains secteurs, comme celui des droits de l'homme, de l'environnement, des normes techniques et comptables.

 

Leur objectif n'est pas d'imposer leur vue par l'imperium, la force qui demeure l'apanage des Etats, leur objectif est de développer des stratégies d'influence, de conquérir les esprits. Dans cet exercice, les Etats-Unis ont su se doter de très nombreux laboratoires d'idées (Think tanks) qui bénéficient d'un régime fiscal très favorable et font la promotion de la société américaine.

Ces laboratoires d'idées se défendent de prendre leurs ordres à la Maison-Blanche ou au Département d'Etat, mais la réalité est plus subtile dans la mesure où des laboratoires d'idées véhiculent les conceptions américaines dans tous les domaines. Ils constituent aussi des soutiens efficaces de la diplomatie de Washington.

Relevons que la Chine commence à se doter de fondations sur le modèle américain. 

Les rapporteurs souhaitent que la France se dote de ce genre de fondations pour renforcer sa stratégie d'influence. 

Lors de leurs travaux, les rapporteurs avaient demandé à rencontrer l'ONG Greenpeace. Après avoir accepté de rencontrer les rapporteurs le 7 juin 2011, Pascal Husting président de Greenpeace France a décliné sèchement l'invitation des rapporteurs au prétexte que les positions « défendues par J. Myard sur un certain nombre de questions sociétales (... ) étaient incompatibles avec les valeurs défendues par Greenpeace.»(Un peu facile tout de même! Ndlr Gérard Brazon) Relancée pour répondre par écrit à un questionnaire, Greenpeace a refusé de répondre. 

J. M. Boucheron a adressé une ferme mise au point à Greenpeace, soulignant que le refus de transparence de l'association  soulevant un problème d'incompatibilité avec J. Myard n'était qu'un « prétexte pour esquiver les questions posées. »

 

A l'évidence, Greenpeace est une organisation opaque et qui ne souhaite pas faire trop de lumière sur ses méthodes  et surtout ses financements.

 

Vous pourrez prendre connaissance du rapport de J. Myard et J.M. Boucheron à l'adresse suivante : http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i3851.asp

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article