Organisation des religions: De Napoléon Bonaparte à Nicolas Sarkozy

Publié le 17 Octobre 2010

                Dans une époque comme la nôtre ou la religion n'a pas ou ne devrait pas s'impliquer dans le politique!

            Une époque qui 200 ans après Napoléon Bonaparte aborde la montée d'une religion dominatrice sans la contrôler. Une époque ou un ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy a voulu organiser la religion musulmane sans pourtant réussir à faire la même chose que l'Empereur avec les représentants de la religion juive et les Protestants. Hélas d'ailleurs! Trois fois hélas. 

             Là ou l'Empereur a imposé une feuille de route que les Rabbins et les Pasteurs ont acceptés, les Imams eux n'ont pas eu de feuille de route imposant les règles de la République comme la liberté d'expression, l'abandon d'une grande partie de la Charia qui condamne à mort l'apostasie, l'homosexualité et l'égalité de la femme par rapport à l'homme et j'en passe.

          

            Oui il fallait organiser cette religion d'autant plus qu'elle est dominatrice, prosélyte et n'a comme seul but avoué celui de conquérir l'Occident et transformer l'Europe en terre d'islam. Comme on peut le constater, cette ambition, cette volonté de conquête, n'a rien à voir avec la modestie des protestants et des juifs de l'époque trop heureux qu'ils étaient à l'époque d'intégrer la nation française même au prix de quelques concessions religieuses.

               Il n'en est rien avec les représentants du Conseil Français des Musulmans de France qui ont trouvé normal de demander l'interdiction d'une réunion POLITIQUE dans l'enceinte LAÏQUE des locaux de l'Assemblée Nationale. Plus grave, ils ont obtenue cette interdiction. Cette situation lamentable d'un Président d'Assemblée, Bernard Accoyer qui cède devant des religieux aurait été inconcevable du temps de l'Empereur Napoléon 1er. Autres temps, autres mœurs sans doute mais cela prouve que la France a perdu de sa grandeur et de son aura quoiqu'on en dise dans les médias et milieux politiques. Il y a bien longtemps que la France est "abimée" comme le Martine Brochen-Aubry, bien longtemps que le drapeau à "une tache sur lui" comme l'affirme de Villepin! Cela remonte après la mort du général de Gaulle qui lui était le dernier des Bonapartistes, c'est à dire amoureux de la France, de sa liberté et de sa grandeur.

             Alors j'ai bien conscience que je vais encore passer pour un vieux  con suranné mais je m'en fiche complètement. Je préfère mille fois un Maréchal de France millionnaire chargeant l'Anglais ou l'Autrichien en 1812 et risquant ou mourant au combat pour la France que ces maréchaux d'entreprises ou de partis politiques allant se planquer en Suisse ou ailleurs quand la France est en danger. 

             Je rêve au fond d'hommes politiques amoureux de la France. Car comment aimer la France quand ceux qui la gouvernent depuis 40 ans la méprise ou s'en servent comme d'une bourse ou un coffre fort! Alors c'est sûrement "populiste", et bien je m'en moque sachez-le!

Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

muller marie-claire Islamiste expulsé de France à coups de pieds au cul – par Jean-Patrick Grumberg coupdpiedocul1--1-.gif Dessin de Stephane Bergol, visible sur son blog2 Il a fallu que mon contact sud américain me fasse part d’une dépêche parue en anglais, pour que j’apprenne que Brice Hortefeux, notre ministre de l’intérieur, vient de virer, pour la seconde fois, Ali Ibrahim El Soudany, un islamiste qui prêchait la haine de la France, des français et de nos valeurs républicaines, à la mosquée de Pantin, mosquée où l'on prêche la religion de paix de tolérance et d’amour. Le site internet du Ministère de l’intérieur a publié un communiqué de presse, ce jeudi 19 août à 15h30, expliquant que ce sale type s’était déjà fait virer avec pertes et fracas en janvier dernier, et qu’il est donc revenu. Au moment de la dépêche, il serait dans un avion qui le ramène en Egypte, son pays natal. Le communiqué de presse ne donne pas beaucoup d’informations, alors qu’en démocratie, des informations, le peuple est en droit d’en demander, et d'en obtenir. De toute évidence, cela ne s'applique pas à la France. On aimerait bien savoir, par exemple, depuis combien de temps il est revenu, quels nouveaux dégâts il a pu commettre, et quelles étaient ses activités, depuis son retour clandestin en France. Comment a-t –il pu entrer en France alors qu’il est, en théorie, sur les listes des « happy few persona non grata » ? Comment les autorités se sont aperçues de sa réapparition, puisque que personne n’a détecté son entrée sur le territoire ? On ignore dans quelles circonstances, et à quel endroit, il a été repéré. On peut tout imaginer, y compris que les lieux que fréquente cette crevure d’iman de mes deux sont surveillés ou infiltrés d’indics, et qu’il a été repéré. Mais dans ce cas, se posent immédiatement plusieurs nouvelles questions. Pourquoi surveillons-nous des lieux musulmans ? A quel point sont-ils dangereux ? Combien ont-ils de « visiteurs » habitués ? Combien de musulmans fréquentent la mosquée de Pantin ou prêchait cette crevure d’imam de mes deux, ou si vous préférez, à quelle mosquée les musulmans modérés, qui n’ont rien à faire ni de près ni de loin avec l’islam violent, allaient ils prier lorsque cet imam faisait ses sermons jihadistes ? Réagissaient-ils ? Se plaignaient-ils auprès des autorités ? Tous témoignages de musulmans modérés qui fréquentent la mosquée de Pantin sont les bienvenus, puisque les journalistes d’investigation français, selon mes observations des médias et des blogs, en cette fin de week end, sont restés totalement indifférents et mollassons vis-à-vis de cet évènement que je considère comme sérieux. Combien de musulmans non modérés ont-ils été intoxiqués par le discours jihadiste de l’imam, et que sont ils devenus, que fomentent ils ? Combien de musulmans modérés, mais au caractère malléable, ont-ils été convertis à l’islam colonialiste et violent par les sermons hostiles à la démocratie de l’imam ? Y a-t-il des connexions entre les lieux de non droit de la Seine Saint Denis ou cette crevure d’imam de mes deux professait sa haine, et la même haine affichée par les sales types qui crachent ouvertement sur la France (alors qu’ils n’ont pas les couilles d’aller vivre loin des français qu’ils haïssent, c'est-à-dire dans un pays musulman, n’importe lequel) ? De plus, si nos frontières sont ainsi gardées, comme une passoire, qu’en est-il des 125 autres islamistes radicaux (source Ministère de l’intérieur), qui ont été expulsés de France depuis 2002 ? Combien sont revenus ? Que font-ils ? Combien d’émules ont-ils fait ? Combien de temps va-t-il se passer avant que Ali Ibrahim El Soudany ne revienne une troisième fois, et, un homme averti en valant deux, en prenant ses précautions afin de ne plus se faire repérer comme un bleu ? Tant de questions, si peu de vrais journalistes pour y répondre… Jean-Patrick Grumberg 17/10/2010 20:52




Islamiste expulsé de France à coups de pieds au cul –
par Jean-Patrick Grumberg











Dessin de Stephane Bergol, visible sur son blog2





 


Il a fallu que mon contact sud américain me fasse part d’une dépêche parue en
anglais, pour que j’apprenne que Brice Hortefeux, notre ministre de l’intérieur, vient de virer, pour la seconde fois, Ali Ibrahim El Soudany, un islamiste qui prêchait la haine de la France, des
français et de nos valeurs républicaines, à la mosquée de Pantin, mosquée où l'on prêche la religion de paix de tolérance et d’amour.


 


Le site internet du Ministère de l’intérieur a publié un communiqué de presse,
ce jeudi 19 août à 15h30, expliquant que ce sale type s’était déjà fait virer avec pertes et fracas en janvier dernier, et qu’il est donc revenu. Au moment de la dépêche, il serait dans un avion
qui le ramène en Egypte, son pays natal.


 


Le communiqué de presse ne donne pas beaucoup d’informations, alors qu’en
démocratie, des informations, le peuple est en droit d’en demander, et d'en obtenir. De toute évidence, cela ne s'applique pas à la France.


 


On aimerait bien savoir, par exemple, depuis combien de temps il est revenu,
quels nouveaux dégâts il a pu commettre, et quelles étaient ses activités, depuis son retour clandestin en France. Comment a-t –il pu entrer en France alors qu’il est, en théorie, sur les listes
des « happy few persona non grata » ? Comment les autorités se sont aperçues de sa réapparition, puisque que personne n’a détecté son entrée sur le territoire ?


 


On ignore dans quelles circonstances, et à quel endroit, il a été repéré. On
peut tout imaginer, y compris que les lieux que fréquente cette crevure d’iman de mes deux sont surveillés ou infiltrés d’indics, et qu’il a été repéré. Mais dans ce cas, se posent immédiatement
plusieurs nouvelles questions. Pourquoi surveillons-nous des lieux musulmans ? A quel point sont-ils dangereux ? Combien ont-ils de « visiteurs » habitués ? Combien de
musulmans fréquentent la mosquée de Pantin ou prêchait cette crevure d’imam de mes deux, ou si vous préférez, à quelle mosquée les musulmans modérés, qui n’ont rien à faire ni de près ni de loin
avec l’islam violent, allaient ils prier lorsque cet imam faisait ses sermons jihadistes ? Réagissaient-ils ? Se plaignaient-ils auprès des autorités ? Tous témoignages de
musulmans modérés qui fréquentent la mosquée de Pantin sont les bienvenus, puisque les journalistes d’investigation français, selon mes observations des médias et des blogs, en cette fin de week
end, sont restés totalement indifférents et mollassons vis-à-vis de cet évènement que je considère comme sérieux.


 


Combien de musulmans non modérés ont-ils été intoxiqués par le discours
jihadiste de l’imam, et que sont ils devenus, que fomentent ils ? Combien de musulmans modérés, mais au caractère malléable, ont-ils été convertis à l’islam colonialiste et violent par les
sermons hostiles à la démocratie de l’imam ? Y a-t-il des connexions entre les lieux de non droit de la Seine Saint Denis ou cette crevure d’imam de mes deux professait sa haine, et la même haine
affichée par les sales types qui crachent ouvertement sur la France (alors qu’ils n’ont pas les couilles d’aller vivre loin des français qu’ils haïssent, c'est-à-dire dans un pays musulman,
n’importe lequel) ?


 


De plus, si nos frontières sont ainsi gardées, comme une passoire, qu’en est-il
des 125 autres islamistes radicaux (source Ministère de l’intérieur), qui ont été expulsés de France depuis 2002 ? Combien sont revenus ? Que font-ils ? Combien d’émules ont-ils
fait ? Combien de temps va-t-il se passer avant que Ali Ibrahim El Soudany ne revienne une troisième fois, et, un homme averti en valant deux, en prenant ses précautions afin de ne plus se
faire repérer comme un bleu ?


 


Tant de questions, si peu de vrais journalistes pour y répondre…


 


Jean-Patrick Grumberg



jp 17/10/2010 11:29



Si cela était expliqué aux français, alors il y aurait des millions de vieux cons en France dont je ferai parti.



mfh 17/10/2010 11:13



en theorie ca aurait du etre plus simple pour sarkozy; il avait deja la loi de 1905;on l applique: et point barre...ca c est yaka...pour napoleon il lui a fallu penser un texte pour rendre
compatible ces deux religions avec l art de vivre a la francaise de l epoque:donc a priori plus de travail ,car il ne lui a pas simplement suffi  de brandir les textes relatifs a la
laicite...alors chercher l erreur....Napoleon  etait MAITRE chez lui...et SARKOZY tente la politique du "moins" mal...car nous sommes en eurabia depuis le choc petrolier....alors la
solution? a mon sens les elus actuels suivront le peuple en revolte contre tout ca....pas le contraire....alors AGISSONS et vite...surtout avant 2012....mfh



Bonapartine 17/10/2010 10:16



Merci pour Napoléon Ier, tellement dénigré actuellement. Je sais bien que tout n'est pas que Lumière dans son chemin de vie personnelle, politique et militaire. Mais enfin, sachons aussi ne pas
jeter aux oubliettes l'oeuvre qu'il a laissée derrière lui et qu'il doit en grande partie à son génie.


Merci pour lui donc; çà me change d'un Claude Ribbe qui nous expliquait voici quelques années que Napoléon Bonaparte était Hitler. Je n'ai jamais pardonné cette phrase. Je ne pardonnerai jamais.


 


Bonapartine.