Ou sont les associations homosexuels? On vous tue en Iran et vous ne dites rien en France.

Publié le 2 Septembre 2010

               Je me fais l'écho de crimes exécutés ou en passe de l'être en Iran. Une femme dans sa geôle attend son exécution, d'autres accusés faussement attendent d'êtres pendus. C'est l'horreur! Ce régime est la honte d'une ancestrale civilisation Perse puis Iranienne. Toujours cette religion qui donne le prétexte à assassiner.

          Je me souviens d'un "leader" politique homosexuel qui, autrefois, dénoncé mon islamophobie, ma supposé xénophobie et même mon homophobie sous prétexte que je le combattais politiquement. Ou sont ces grands discours? Ou sont passés ses protestations face à l'Iran des mollahs assassins. Ou sont donc ces grands élans du cœur face à cette honte de pendre des hommes qui n'ont souvent rien commis le plus souvent ou seulement commis un acte qu'une religion considère comme devant relever de la peine de mort.

            Ah si c'était Rome qui appelait à pendre les homosexuels, à lapider la femme adultère! Mais non, ce  sont des pays musulmans: Iran, Arabie Saoudite, l'Indonésie, les Maldives, le Pakistan, l'Afghanistan, le Yémen, la Somalie et j'en passe car, il y a 57 pays musulmans qui appliquent peu ou prou la dictature de la Charia. 

         Ou sont ces beaux parleurs qui vous insultent pour faire de l'audience ou cherchent à vous nuire alors qu'il serait temps qu'ils se réveillent enfin. Messieurs les prétendus défenseurs de la veuve et de l'orphelin et de l'homosexuel, on tue en Iran, on assassine des hommes que vous devriez défendre! Je ne vous entends pas. Serai-je devenu sourd? Ni dans ma ville, ni ailleurs. Il ne suffit pas de défiler et de cracher votre haine contre l'adversaire politique il faut aussi tourner votre ardeur vers ceux qui vous détruiront un jour si vous les laissez faire.

Gérard Brazon

 

Texte de Christine Tasin de Résistance Républicaine

L’Iran condamne à mort un jeune homme accusé de sodomie 6072010 Article publié le 5 juillet par Yagg (voir aussi l’article de Rue 89) : Ebrahim Hamidi. Voici le nom du nouveau condamné à mort, à Tabriz, au nord-ouest de l’Iran. Il est accusé, sans la moindre preuve et sans le moindre témoignage à charge, d’homosexualité et d’acte de sodomie. C’est l’IRQO (Iranian Queer Organisation), l’association iranienne de défense des droits LGBT basée à Toronto, au Canada, qui l’a annoncé dimanche 4 juillet dans un communiqué de presse, après avoir recueilli le témoignage de Mohammad Mostafai, l’avocat des prévenus, spécialiste des questions de droits humains et des cas de mineurs condamnés à mort. Dans cette affaire, quatre jeunes hommes étaient initialement accusés d’acte de sodomie mais « seul l’un d’eux vient d’être condamné à l’exécution, les trois autres ont été acquittés » a expliqué l’avocat à l’association. En Iran, l’homosexualité est punie par la peine de mort, par pendaison.Les quatre jeunes amis avaient été accusés plusieurs mois auparavant par un cinquième jeune homme avec qui ils s’étaient disputés. Celui-ci s’était cependant rapidement rétracté et avait alors déclaré qu’il avait menti, que ses parents l’avaient forcé à porter plainte et qu’Ebrahim Hamidi ne l’avait jamais agressé sexuellement d’aucune manière. TORTURES ET FAUSSES ACCUSATIONS Pourtant, depuis, Ebrahim Hamidi a été condamné à la peine de mort après avoir été torturé et forcé à confesser des actes de sodomie. Les quatre jeunes hommes ont rapporté à leur avocat qu’on leur avait demandé d’accuser l’un d’eux et que les autres seraient ainsi libres, mais qu’ils avaient refusé de prononcer de fausses accusations contre leur ami. Bien que cette affaire ait été rejetée à deux reprise par la Cour Suprême d’Iran – après que celle-ci a relevé de nombreuses fautes de procédures – la Cour de la province de Tabriz a insisté pour maintenir son verdict et condamner à mort l’un des quatre accusés. D’AUTRES CAS Dans son communiqué, l’IRQO rappelle qu’elle s’occupe actuellement d’un autre cas, totalement similaire. Il s’agit également d’un jeune homme arrêté avec trois autres amis. Pendant l’enquête, les quatre jeunes ont été eux-aussi torturés pour accuser l’un des membres du groupe. Depuis, l’un des jeunes ne peut plus se servir de ses mains, cassées et sévèrement blessées, après qu’elles ont été frappées et attachées. C’est la personne chargée de l’interrogatoire qui a finalement signé elle-même une fausse accusation à sa place, accusation qui est désormais utilisée dans un tribunal, contre l’un de ses amis. « Ebrahim Hamidi est pour l’instant le seul jeune homme accusé d’acte de sodomie et condamné à mort qui a la chance d’avoir un avocat et ses parents pour le soutenir dans cette affaire », explique Saghi Ghahraman, président de l’association iranienne, dans ce communiqué. « Nous n’avons cependant aucune nouvelle des cinq autres jeunes qui sont actuellement sous le coup de la même condamnation dans le pays, qui sont détenus dans des conditions inconnues à Tabriz, Sardasht, Ardabil et Shiraz », conclut-il. Rappelons que le 2 novembre dernier, Nemat Safavi, un autre Iranien de 21 ans, emprisonné depuis l’age de 16 ans, était lui aussi condamné à mort sur le même chef d’accusation.

 

Iran : soutien d'écrivains français à Ebrahim Hamidi Les écrivains français Philippe Besson et Gilles Leroy, rejoints par près de vingt autres personnalités du monde de la culture, lancent un appel en faveur d'un jeune homme condamné à la pendaison en Iran pour homosexualité, publié dans Le Monde daté de mercredi. Intitulé "Ebrahim Hamidi a 18 ans et il va être pendu", cet appel est notamment soutenu par Alfredo Arias, Dominique Blanc, Arnaud Cathrine, Isabelle Gallimard, Vincent Josse, Claude Lanzmann, Camille Laurens, Jonathan Littell, Paul Otchakowsky-Laurens ou Atiq Rahimi. "Après Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée à la lapidation pour adultère, l'Iran persiste et signe en condamnant à la pendaison un jeune homme soupçonné d'homosexualité", soulignent les écrivains. "Cette seule perspective suffirait à nous horrifier, tant elle est contraire à la notion même d'humanité et nous laisse imaginer la terreur dans laquelle vivent les homosexuels iraniens", poursuivent-ils. L'accusation, selon eux, "aurait été montée de toutes pièces à la suite d'une rixe banale et les aveux d'Ebrahim extorqués sous la torture. Au cours de son procès, l'accusé n'a pas eu droit à la moindre représentation légale. Quant au verdict, il a été prononcé par un magistrat qui s'en est remis à son propre jugement, procédure utilisée lorsqu'il n'existe pas de preuve formelle". De plus, en juillet, la "victime" présumée d'Ebrahim Hamidi a reconnu avoir porté contre lui de fausses accusations sous la pression de ses parents. La sentence n'a pas été annulée pour autant, rappellent les auteurs. "Il va mourir, si nous ne nous mobilisons pas (...). Si nous ne crions pas haut et fort et partout que cette condamnation est insupportable et qu'elle doit être cassée", conclut l'appel. Mis en ligne le 01/09/2010 illico.com

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis CLAUDE 02/09/2010 21:12



moi ce qui me fait peur c'est que toutes nos gesticulations enervent ces sauvages et qu'ils exécutent a tout va les condamnés .....pour ce qui concerne les homosexuels lors de mes voyages j'ai
souvent rencontré des hommes de bien musulmants accompagnés de leurs "pages" de jeunes ephébes et les résidents Français ou autres européens savaient que ces gens la avaient une maxime: les
femmes c'est pour faire les enfants les hommes pour prendre du plaisir .  alors ces homosexuels la n'ont pas du avoir de bons protecteurs...et comme le mensonge est permis dans le coran la
suite est limpide..