Oui, nous avons déjà gagné la guerre islamique - Par René Marchand

Publié le 2 Juin 2014

Dupontcoupdepiedaucul

Par René Marchand pour Riposte-Laïque

Français, ne doutons plus ! Nous avons d’ores et déjà gagné la guerre subversive que l’Islam conduit contre nous depuis une quarantaine d’années en vue de nous asservir, puis d’anéantir notre civilisation.

Le totalitarisme vert disposait de deux armes, et de deux armes seulement : la démographie (« le Grand Remplacement », bien théorisé par l’écrivain Renaud Camus) et la taqiyya, c’est-à-dire la ruse, le mensonge, la dissimulation. Or, ces deux armes sont devenues inefficaces.

Pourquoi ? Une guerre par subversion suppose que le peuple adhère aux visées de l’agresseur ou « laisse faire », et le peuple français dit maintenant à son agresseur : Non ! Un Non franc, massif et définitif. Et ce Non suffit pour assurer la victoire.

Pendant longtemps, l’agresseur avait accumulé les victoires. Il s’était montré très habile. Il nous connaissait si bien et nous, nous étions tellement ignorants de lui. Tolérance religieuse, accueil de l’étranger, égalité, antiracisme… il avait su, sous le masque d’une religion, retourner contre nous nos plus nobles principes pour s’implanter chez nous, recruter en masse collabos et idiots utiles, réduire ses adversaires au silence et à l’impuissance, installer ses bastions avancés, occuper des portions de territoire, … Mais, peu à peu, la belle mécanique de l’invasion s’est détraquée : au fur et à mesure que la communauté des Croyants grossissait et s’affichait, le vrai visage de l’Islam se dévoilait et ce visage a fait peur à un géant invincible que beaucoup croyaient mort alors qu’il n’était qu’endormi : le peuple français. Désormais, une immense majorité de Français sait que l’Islam est incompatible avec nos valeurs et notre mode de vie, qu’il est un danger pour notre civilisation, la démocratie, la paix civile. En conséquence, une immense majorité de Français dit : « Nous ne voulons pas d’Islam chez nous ». Et, dans notre civilisation de libres citoyens, ce que le peuple veut, il finit toujours par l’obtenir, par le vote et la loi du nombre, par la force si nécessaire.

Certes, la bataille n’est pas achevée, elle peut durer plusieurs années, elle ne se déroulera pas sans épreuve, peut-être sera-t-elle parfois tragique, mais son issue est certaine. Les sondages et, mieux encore, les dernières élections ont montré de quel côté on trouvait les troupes et les réserves les plus nombreuses, mais aussi où  étaient la dynamique, la volonté, le courage… Pour des raisons à la fois matérielles, numériques, mathématiques, mais aussi pour des raisons morales, spirituelles, la France ne peut plus être vaincue. Champagne !

Le camp ennemi : sur la voie de la déroute

Parmi nos ennemis musulmans, distinguons :

– Les « islamistes », « djihadistes » (peu importe la dénomination)… Les chefs de la guerre subversive ont toujours redouté ces furieux qui, en commettant des attentats, risquaient de rassembler immédiatement l’ensemble de la population dans un grand mouvement contre tous les Musulmans sans distinction derrière un slogan du genre : « La valise ou le cercueil ». Ils n’ont sans doute jamais été aussi nombreux dans l’hexagone, recrutant à tout va dans nos 3000 mosquées, installant leur police, accumulant les armes, mais faut-il les considérer comme des atouts du côté de l’islamisation de notre pays ou, au contraire, par le dégout instinctif qu’il provoque chez nos concitoyens, comme des accélérateurs de la désislamisation ?

–  Plus redoutables, les taupes de l’Islam DE France (Chebel, Chalgoumi, Boubakeur, Bouzar, les pseudo Fils de France…). Ce sont eux les véritables soldats de la guerre subversive. Les Français ont constaté que ces « modérés » refusent de condamner les régimes dictatoriaux de l’Organisation de coopération islamique, qu’ils demeurent attachés à des articles stupides ou cruels de la Loi musulmane, qu’ils n’osent même pas prendre leurs distances avec les pires crimes de Boko Haram de crainte d’être condamnés par les « savants » de leur « religion ». Leur potion verbale, désormais éventée, perd chaque jour de sa force anesthésiante. Même nos ministres de l’Intérieur ne leur accordent plus la moindre considération. Bientôt, ils feront rigoler.

Que va-t-il se passer dans le camp des collabos et idiots utiles sans qui l’Islam n’aurait pu se développer en France et sans qui il est condamné à s’affaiblir continûment jusqu’à disparaître ?

–  Les politiques. Ils ne sont aimantés que par un seul but : conserver leur siège et les prébendes et avantages divers qui lui sont attachés. Réalistes par intérêt, ils sont en train de comprendre qu’il serait suicidaire pour eux de continuer à favoriser une minorité rejetée avec force par la majorité. Au plan national, quand droite et gauche s’équilibraient, la gauche pouvait espérer faire la différence, mine de rien, avec le « survote musulman », comme Hollande en 2012. Aujourd’hui, la partie se joue à trois avec le Front national. Si l’un des trois s’attache à récolter les miettes du vote musulman, il le fera à son détriment : le vote musulman est devenu un handicap. Localement, le jeu électoral se calque de plus en plus sur le schéma national. On peut donc espérer à moyen terme la fin des pompes aspirantes de l’immigration, puis, quand la préférence nationale s’imposera, par la loi ou de fait, le début de la remigration.

– Les patrons des grands médias et les journalistes. Egoïsme bien compris également, ils suivront la majorité de leurs clients.

– Les magistrats à la botte. Ils obéiront aux donneurs d’ordre en place. Tradition oblige !

–  Les collabos avoués. Ils sont rares, très rares (différence avec l’Occupation entre 1940 et 1945) tant l’Islam est peu « présentable ». Ils ne comptent pas.

Seuls importent les collabos passifs ou inconscients, les idiots utiles.

– Les associations antiracistes, droit-de-l’hommistes… Elles dépériront faute de subventions et devant l’indifférence des médias à leur égard.

– Les hiérarques des Eglises chrétiennes. Il n’y a plus guère que l’ineffable Pape François, ignare irénique, Barbarin, Tauran et quelques « syncrétinistes » incurables pour fermer les yeux sur le martyre des chrétiens partout où l’Islam se sent en position d’appliquer sa Loi et faire semblant d’ignorer que les Musulmans ont pour devoir sacré d’éradiquer partout le christianisme, ce polythéisme qui offense Allah l’Unique

– Les « représentants » de la communauté juive. Pour se distinguer des imposteurs et sous peine de perdre tout crédit, il va bien falloir que ceux d’entre eux qui sont honnêtes disent publiquement ce qu’ils savent de science certaine : l’antijudaïsme est constitutif de l’Islam ; un Islam qui ne prêcherait pas la haine des juifs, qui s’étale dans le Coran et le hadîth, est aussi inconcevable qu’un judaïsme sans la Torah.

– Les francs-maçons. Ces seigneurs de l’ombre, si nombreux au gouvernement, au parlement, dans les médias, la justice, la police… vont-ils se cacher encore longtemps que leur « philosophie » est exécrée par les Musulmans, que les principes sur lesquels elle se fonde : tolérance, liberté de conscience, droits de l’homme… sont contraires aux dogmes et pratiques des Musulmans ?

Reste le cas d’ennemis (un peu) plus subtils : nos faux amis de l’étranger.

– Les Britanniques commencent à s’interroger. N’ont-ils pas nourri un monstre qui pourrait bientôt se révéler bien peu fair play ? A suivre.

– Les Etats-Uniens et la finance internationale : Le rêve d’un Occident réduit à un magma indifférencié d’esclaves consommateurs est en train de se briser sur le roc des identités, peuples et nations. Faut-il poursuivre la réalisation d’une utopie ou se garder des alliés dans les grands combats qui s’annoncent à l’échelle planétaire ? A suivre.

La guerre est mondiale et la France n’est pas seule

Dans toutes les nations d’Europe, sans exception, les peuples refusent l’Islam. La désislamisation est en marche et rien ne l’arrêtera.

Hors d’Europe, nous pouvons compter, dans notre lutte contre l’Islam, sur l’approbation et, si nécessaire, sur l’appui de la Russie, notre allié naturel, de la Chine, bien décidée à mater ses Ouigours, de l’Inde, où est arrivé au pouvoir le BJP, qui, ouvertement, veut prendre une revanche sur l’Islam sanguinaire, constamment choyé par le colonisateur britannique…

Partout dans le monde, l’Islam, qui ne se fait connaître que par des pratiques obscurantistes, des massacres, des enlèvements, des trafics, qui se révèle incapable d’assurer à ses populations un minimum d’instruction et de bien-être, l’Islam voit se dresser face à lui, les uns après les autres, les peuples que, en soumission à son dieu, il cherche à détruire. La guerre islamique est mondiale. Et l’Islam, partout, sera vaincu. Et d’abord, à cause de ce qu’il est et qui est insupportable aux autres : sa haine et son mépris des non-Musulmans, son agressivité, sa violence, son obscurantisme… En dehors de l’umma, c’est l’humanité tout entière qui le diagnostique comme un cancer, et de ce cancer, elle veut guérir, et elle sait qu’elle guérira.

Agir

Chez nous, dans notre France, que faut-il faire pour hâter le processus et éviter qu’il ne comporte trop de drames et de tragédies ? Comment prendre part aux batailles en cours et à celles qui viendront inévitablement.

Se rappeler à tout instant l’importance de l’enjeu : nous sommes en guerre pour la survie de notre civilisation ; être persuadé de la victoire ; n’avoir peur de rien ; afficher nos valeurs avec fierté… Bref, agir en combattant résolu, sûr de lui et de la justesse de sa cause.

Voter, et si possible militer, pour les partis ayant pris nettement position contre l’islamisation de nos pays, exiger d’eux des engagements publics et des actes, et d’abord qu’ils affirment leur volonté de débusquer le totalitarisme islamique de son statut de religion, véritable cheval de Troie qui lui donne toutes ses aises dans notre démocratie pour son entreprise de mort.

Dans chacune de nos villes, dans chacun de nos villages, ne rien céder à l’envahisseur : pas une mosquée de plus, pas un politicien au diner de ramadan… Ne pas hésiter à emm… jour et nuit les élus, les patrons de presse et les journalistes, les curés, rabbins et vénérables… Leur  faire comprendre : « Ce sera eux ou nous. Et vous savez bien, au fond de vous-mêmes, que c’est nous qui sommes les plus nombreux et les plus forts. Choisissez votre camp ! »

A chacun de nous d’agir. Concrètement, pratiquement, ici et maintenant.

Résistance. Libération. Renaissance.

 

René Marchand

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 02/06/2014 19:22


Que Dieu t'entende ... mon fils .... ! MAIS ............... ! L'OPTIMISME NE FAIT PAS TOUT .!