Ouverture d'une enquête sur le pantouflage au sein de la Commission européenne

Publié le 15 Février 2013

Le Monde.fr avec AFP 

 

Le médiateur de l'Union européenne a annoncé, jeudi 14 février, avoir ouvert une enquête préliminaire sur le pantouflage au sein de la Commission européenne, à la suite d'une plainte de plusieurs organisations non gouvernementales (ONG).

Barroso1.jpg

"Nikiforos Diamandouros a ouvert une enquête sur la façon dont la Commission européenne applique ses règles sur les conflits d'intérêts dans des cas de pantouflage", ont expliqué ses services dans un communiqué. Cette décision fait suite à une plainte de Corporate Europe Observatory, Greenpeace, LobbyControl et Spinwatch, tant sur les fonctionnaires européens qui passent dans le privé que sur les mouvements en sens inverse.

Les ONG ne demandent pas l'interdiction totale de tels recrutements, mais un renforcement des règles existantes. "Le médiateur va examiner les accusations sur des manquements systématiques de la Commission dans la gestion de tels cas", explique le communiqué.

"LES LOBBYISTES JOUENT LES CHASSEURS DE TÊTE AU SEIN DE LA COMMISSION"

Dans un premier temps, le médiateur demandera à la Commission de lui fournirune liste de "cas potentiels" sur les trois dernières années. Il décidera ensuite quels dossiers examiner plus avant. "S'il trouve des indications d'un problème systémique, il ouvrira de sa propre initiative une enquête", qui sera assortie de pouvoirs d'enquête plus importants.

L'ouverture de cette enquête survient après l'affaire Dalli, du nom de l'ancien commissaire européen à la santé John Dalli, poussé à la démission en octobre à la suite d'un rapport de l'Office européen de lutte contre les fraudes le soupçonnant d'avoir couvert une tentative d'extorsion.

"Le 'Dalligate' a montré que les contacts personnels au sein de la Commission étaient extrêmement utiles pour les lobbyistes qui veulent promouvoir leurs intérêts", a commenté dans un communiqué Rachel Tansey, de Corporate Europe Observatory, qui fait campagne contre l'influence des lobbies dans la politique de l'UE. Selon elle, "beaucoup de consultants et de lobbyistes jouent les chasseurs de tête au sein de la Commission parce que cela leur apporte une connaissance et des contacts d'une grande valeur", une "stratégie que la Commission ne peut pas ignorer".

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

mika 15/02/2013 12:40



Soyez rassurés. L’enquête vous confirmera que le fonctionnement de l’UE est totalement démocratique. Dans le cas contraire, si ses membres se recrutent par «cooptation» à l’entrée et par «out
placement» à la sortie, il faut déménager le Parlement en Sicile qui est le berceau de ce type d’organisation.