Est-ce que tout les coups bas sont permis en politique? Par Bonapartine.

Publié le 16 Mars 2011

Chers lecteurs.

        Voici l'exemple qu' a prisJean-François Copé, hier au palais des Congrès de Marseille, et qui est donné dans cet article, je cite : "Qui, dans cette salle, peut dire que son enfant n'a jamais pris de drogue ? " Et voici comment il fait le lien avec Marine Le Pen favorable au rétablissement de la peine de mort : " Marine Le Pen propose la peine de mort pour tous les trafiquants." 
         Il faut donc comprendre : " Votre enfant consomme de la drogue, donc il est susceptible de faire l'objet d'une peine de mort car dans l'esprit du FN, il n'y aura aucune différence entre un trafiquant et un consommateur de drogue, même mineur." Je ne sais pas ce que vous en pensez mais le raisonnement est d'une part tiré par les cheveux et, d'autre part, le procédé est limite douteux car il consiste à jouer sur la peur - la vraie cette fois-ci alors que ce sont ces politiques qui n'arrêtent pas de dire que les Français auraient "peur"
!

Bonapartine.

 Jean-François Copé sonne la charge contre le FN

Le Point.fr      Le patron de l'UMP est prêt pour "un duel" avec Marine Le Pen.

Jean-François Copé sonne la charge contre le FN

Entouré de Jean-Claude Gaudin et de Renaud Muselier, Jean-François Copé refuse de diaboliser les électeurs du FN. © Anne-Christine Poujoulat / AFP

Click here to find out more!De NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE À MARSEILLE, SÉGOLÈNE GROS DE LARQUIER

 

"À aucun moment, nous ne baisserons la tête. Nous ne tendrons pas la deuxième joue." Dans une salle archicomble du palais des Congrès de Marseille, le patron de l'UMP Jean-François Copé poursuit, mercredi soir, son offensive contre le Front national. À quatorze mois de la présidentielle, la publication du sondage Harris Interactive qui place, pour la première fois, Marine Le Pen en tête des intentions de vote pour le premier tour en 2012, donne des sueurs froides aux dirigeants de la majorité. Pour le patron de l'UMP, il y va de la "survie des valeurs de la République" : il faut dissuader les Français du vote FN et faire dégonfler la vague "bleu Marine", prône-t-il. Après l'avoir maintes fois répété à la presse ces derniers jours, Jean-François Copé argumente cette fois devant quelque six cents militants réunis lors d'un meeting pour les élections cantonales sur des terres où le vote FN est important.

"Puisque les dirigeants du FN veulent le duel, eh bien, ils vont l'avoir ! Nous allons attirer le FN sur le terrain des propositions", prévient le député-maire de Meaux, entouré de Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille, et de Renaud Muselier, patron de l'UMP dans les Bouches-du-Rhône. Accusant Marine Le Pen de se focaliser uniquement sur les questions d'immigration, il poursuit : "Balancer un problème sur la table enrobé d'une belle formule, cela prend quinze secondes. Mais le vrai défi est d'apporter de vraies solutions aux problèmes des Français."

Le test des cantonales

Pour étayer son argumentaire, le secrétaire général de l'UMP désosse les propositions frontistes. Il tente ainsi de démontrer l'absurdité d'une sortie de la France de la zone euro, mesure-phare de la nouvelle patronne du FN. "En clair, il s'agit de revenir à une monnaie isolée - le franc -, de faire marcher la planche à billets pour payer la dette et, par l'inflation, de faire la ruine de tous ceux qui ont un revenu fixe, comme les retraités", estime-t-il. Jouant sur la corde sensible, le député-maire de Meaux aborde ensuite avec les militants la question de la lutte contre le trafic de drogue. "Marine Le Pen propose la peine de mort pour tous les trafiquants. Qui, dans cette salle, peut dire que son enfant n'a jamais consommé de la drogue ou dealé une petite barrette de shit ? Eh bien, Marine Le Pen veut la peine de mort pour cet enfant", s'emporte-t-il.

Mais Jean-François Copé ne veut pas diaboliser les électeurs du FN. "Je ne les place pas sur le même plan que les dirigeants du FN. Les premiers expriment leurs inquiétudes, alors que les seconds ne font qu'exploiter un fonds de commerce électoral", juge-t-il. En abordant ces sujets, la majorité entend damer le pion au parti frontiste. Et c'est parce qu'elle se montre soucieuse de "répondre aux préoccupations des Français" qu'elle ne veut pas laisser le champ libre au FN sur le terrain de l'immigration ni sur les valeurs de la nation ou du "vivre-ensemble".

C'est aussi pour ne pas laisser le parti d'extrême droite préempter la question de la laïcité et de l'islam que l'UMP tient coûte que coûte à organiser une convention sur le sujet, le 5 avril. "Parler de l'islam ne fait pas monter le FN. C'est l'inverse !" insiste Jean-François Copé. Des mesures concrètes seront avancées, notamment sur la place de la cuisine halal dans les cantines ou sur la formation des imams. "Jamais, nous ne laisserons stigmatiser une communauté. Ce sont les extrêmes qui stigmatisent, car ils caricaturent", lance Jean-François Copé, à la fois pour rassurer son propre camp et faire taire les critiques à gauche. En attendant la présidentielle, les élections cantonales, les 20 et 27 mars, auront valeur de test. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Thouvenin 18/03/2011 17:59



Le discours de J.F.Copé est d'une rare hypocrisie. Terrorisé par les progrès de Marine Le Pen dans l'opinion, il essaye de nous faire croire que tout va bien et qu'il n'y a pas lieu de
s'inquiéter de l'avance de l'islamisme rampant. Faux cul !


 


Ce qui caractérise l'UMP, son président et le Président de la République lui-même, c'est le manque de cou...rage : au lieu de belles paroles et de promesses, pourquoi n'applique-t-on pas tout
simplement les lois ? Un signe clair serait, par exemple, qu'un maire (ou un préfet) courageux décide de faire évacuer par la police, le vendredi après-midi, les centaines de musulmans qui
bloquent les rues pour leur prière, à commencer par Puteaux ! Si un automobiliste indélicat bloquait toute une rue, on lui enverrait immédiatement cinq agents et un véhicule-grue, fourrière et PV
en plus...


Mais la simple application de la loi deviendrait une STIGMATISATION de l'Islam et une atteinte aux droits-de-l'homme. Alors, Monsieur Copé peut toujours discourir et baver sur Marine, c'est plus
facile...


 


Il y a un mot scintillant que l'on emploie beaucoup aujourd'hui, c'est le mot CITOYEN. On le met à toutes les sauces parce qu'il fait bien, respectable, républicain, un peu 1789 (salut, citoyen
épicier !). Un chroniqueur a même évoqué l'autre jour "un islam citoyen" !


Cela fait bien dans les discours et allocutions des maires...


 


Eh bien, le citoyen que je suis aimerait que ce mot fût plus un substantif qu'un adjectif que l'on peut aisément remplacer par CIVIQUE. Un comportement civique a plus de sens qu'un comportement
citoyen.


 


J'ai constaté que sur tous les panneaux électoraux de Puteaux, seule l'affiche du Front National est déchirée. Cela veut dire que des citoyens putéoliens, très inciviques, se sont conduits comme
des gougnaffiers.



roy 17/03/2011 16:59



D'accord avec Anne Marie Muller



roy 17/03/2011 16:58



Il prend ses désirs pour des réalités mais je pense que l'UMPva dans le mur



muller marie-claire 16/03/2011 19:55



Quand je vois Copé fanfaronner au sujet de l'avancée de Marine le Pen,quand j'entend Fillon dire qu'il s'opposera à la stigmatisation des musulmans quant au débat sur l'islam!alors qu'il nous a
imposé l'inauguration d'une mosquée!je comprend qu'on appelle umps cette politique suicidaire!J'étais adhérente à l'ump c'est fini!!!! j'ai compris que ces politicards sont sans scrupules et même
cyniques!


Je voterai FN