Patronat et Syndicats tous unis pour plus d'immigration?

Publié le 18 Avril 2011

           L'immigration sert de révélateur au fond. La complicité de facto du Patronat avec les Syndicats de gauche est manifeste.

        Doit-on pour autant imaginer cette complicité sur tous les terrains? Economique y compris? Cela va être difficile pour des syndicalistes d'expliquer à leurs syndiqués "de souche" ou d'immigration ancienne que malgré 5 millions de demandeurs d'emplois, l'immigration n'est pas un soucis majeur. Que l'on se trompe de débat.  Difficile d'expliquer que des entreprises du bâtiments ferment leurs portes et licencient du simple fait de la concurrence d'une immigration illégale et non déclarée qui bosse au noir. 

      Cela m'a toujours étonné ce mélange des genres. Peut-on être syndicaliste et politique. Je me souviens des débats de ce genre que je menais contre la CGT. J'étais déjà le fasciste du syndicalisme. C'est tellement plus simple de stigmatiser (mot à la mode) que d'expliquer. L'invective plutôt que le débat d'idée.

        Tout le monde connaît les sympathies de la CGT avec le parti communiste. Les sympathies de la CFDT et de l'UNSA avec le parti socialiste. On connaît moins les sympathie de la CFTC (Confédération Française des Travailleurs Chrétiens) mais on peut s'inquiéter d'apprendre que dans les formations de ce syndicat, c'est le mot constructif qui est cité plutôt que chrétien. Il est vrai que ce syndicat, comme à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle, est composé à majorité de musulmans.

         Le gouvernement souhaite mettre en place une mesurette sur l'immigration et voilà "les improbables" qui montent aux créneaux pour défendre l'immigration. Les uns pour des raisons mercantiles les autres par "humanisme syndicale" Les deux pour le fric que cela ramène dans les caisses !  L'immigration nouveau prolétariat ? C'est évident. Personne pour parler du chômeur qui se demande comment faire pour trouver du boulot. Je parle de celui qui cherche vainement du boulot.

     Cela étant dit, quand Marianne écrit qu'il y a plus de 57000 offres dans la restauration  (du Cuisinier jusqu'au Plongeur), que ces emplois sont peu rémunérés et que Pôle emploi ne trouve que 18000 demandes, on peut se demander pourquoi Pôle Emploi n'est pas plus directif. Est-ce que finalement, le chômage n'est pas plus lucratif pour certains? N'est-ce pas là aussi, une alliance du syndicalisme et du patronat sur le dos du monde du travail dans son ensemble ? 

Gérard Brazon

Patronat et syndicats sont pour une fois d'accord... Tous sont très sceptibles sur la proposition du gouvernement de réduire l'immigration du travail.

Syndicats et patronat, pas chauds pour réduire l'immigration du travail

Bernard Thibault, Jean-Claude Mailly, Laurence Parisot et François Cherèque le 18 septembre 2007.  

REUTERS/Benoit Tessier

 

C'est un débat lancé par Claude Guéant début avril: faut-il réduire l'immigration par le travail? Pour le ministre de l'Intérieur, c'est oui. Pour Christine Lagarde, ministre de l'Economie, c'est plutôt non.  

Ce dimanche, le sujet a trouvé un second souffle. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a annoncé son intention de réduire la liste des métiers autorisant le recours à la main d'oeuvre étrangère. 

Un arrêté de janvier 2008 fixe une liste de trente "métiers en tension", dont les difficultés de recrutement justifient un recours à des ressortissants de pays tiers, sans que la situation de l'emploi soit opposable. 

"Vous ne pensez pas que ma responsabilité, c'est plutôt de former les demandeurs d'emploi pour occuper ces postes ?", a déclaré Xavier Bertrand, citant comme exemple la profession de conducteur de travaux du BTP, lors de l'émission Le Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro. 

En opposant immigrés et chômeurs, le ministre du Travail a réussi à unir contre lui syndicats et patronat. Chez les premiers, on dénonce un discours anti-immigration. C'est "une façon déguisée de faire du discours contre l'immigration", a estimé sur France Info le secrétaire général de la CFDT François Chérèque. 

Parisot minimise le sujet

"Quand il y a des propositions de ce type dans le contexte actuel, ça sent mauvais" a ajouté Jean-Claude Mailly sur BFM TV/RMC. "Il y a aujourd'hui des discours qui sont dangereux [...]. La France est une terre d'accueil, il ne faut pas l'oublier", a t-il poursuivi. 

Quant à la patronne du MEDEF, Laurence Parisot, elle ne se dit pas opposée à cette idée, mais s'interroge sur sa pertinence: "Je ne crois pas dans ce contexte que la question de l'immigration légale liée au travail soit un enjeu", a-t-elle déclaré. 

"On confond dans le débat général, dans le brouhaha général sur le sujet, on mélange des questions différentes [...]. Je pense qu'on confond l'immigration légale et l'immigration illégale".a déclaré Laurence Parisot au micro de France Inter. 

De plus, elle a posé la question de l'intérêt d'une telle mesure: "Encore une fois, on parle de 20 000 personnes. Est-ce qu'il y a un sujet sur 20 000 personnes?" 

 



 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Nancy VERDIER 20/04/2011 00:15



Des Ripoux, c'est vrai Island Girl. Ils rendent l'air irrespirable avec toutes leurs manigances. Le syndicalisme en France est quand même très particulier. Il paraît que c'est en Allemagne que
les choses se passent plus normalement. Ce sont de vrais syndicats, de vrais intermédiaires entre le patronnat et les ouvriers.



island girl 19/04/2011 16:21



Des ripoux il suffit de regarder cette brochette de faux derches pour comprendre !



dldl 18/04/2011 17:30



"Tout le monde connaît les sympathies de la CGT avec le parti communiste.
Les sympathies de la CFDT et de l'UNSA avec le parti socialiste."


Et est-ce que vous pouvez nous parler de Force Ouvrière ?


Parce que vous semblez passer sur les options politiques de votre ancien syndicat
?



R de Bourgogne 18/04/2011 16:31



bien lu ton article de RL sur les syndicats qui trahissent le monde du travail, je partage cela à 100
%


 


il faut dire que les syndicats se réclament de la convention97 de l'OIT sur les travailleurs migrants, très favorable bien sûr à ces travailleurs, ce qui peut se comprendre, s'ils s'agissait
simplement de travailleurs, mais qui est de plus en plus utilisée pour justifier un discours fraternitaire et mondialiste gauchiste


 


cette convention qui date de l'après-guerre si mes souvenirs sont bons demande d'éviter la "propagande trompeuse sur l'émigration et l'immigration" termes très vagues qui peuvent facilement se
pervertir en exaltation de la xénophilie


 


le texte de la convention 97 se trouve ici :


http://www.ilo.org/ilolex/cgi-lex/convdf.pl?C097


 


récemment encore, FO Hebdo faisait l'éloge de ce texte, dans un sens très xénophile, alors même que cette convention, à bien la lire, ne me paraît pas si xénophile que cela, puisque, déjà, elle
ne concerne que des travailleurs et non des branleurs ou des délinquants, la notion de travailleur prime encore dans le texte sur celle de l'étranger


 


en tout cas, la trahison des syndicats est totale, y compris à FO qui est pourtant le plus pudique d'entre tous ; du reste, il s'agit d'une trahison par impuissance totale à penser les relations
internationales et le danger des flux migratoires