Palestine, un petit éclairage - Par Surcouf

Publié le 14 Décembre 2012

Par France Presse Infos - Le Gaulois


La reconnaissance de la Palestine par l’ONU est un signe fort pour les terroristes qui n’ont pas eu besoin de donner le change à Israël pour cesser leurs attaques aux missiles et autres tirs de roquettes et de mortiers sur des populations civiles israéliennes.
Reconnaître un état palestinien en Cisjordanie c’est mettre Jérusalem à moins d’un kilomètre des bombes et tirs de missiles des palestiniens, autant dire que l’ONU a joué un jeu plus que dangereux dont nous risquons, hélas, de reparler très vite !
 


Par ce vote il n’est pas difficile de comprendre maintenant que l’ONU est complètement aux mains de l’O.C.I. (Organisation de la Coopération Islamique) avec ses 57 états membres (sur les 192 que compte l’ONU) car il ne lui faut désormais convaincre qu’une petite quantité d’états pour obtenir la majorité absolue au sein de cette instance internationale. Cette mission est désormais d’autant plus facile à réaliser avec quelques pays africains prêts à lâcher du lest contre quelques pétrodollars et des nations pétro-dépendantes qui ne veulent pas s’attirer les mauvaises grâces des pays arabes, dont, hélas, la France… Toute décision favorisant les nations arabo-musulmanes est une évidence et toute mesure allant à son encontre n’a plus que peu de chances de passer sauf à jouer du veto pour les membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU (USA, Russie, Chine, GB, France). Ainsi, avec une très large majorité la Palestine est devenue État observateur non membre à l’O.N.U. le 29 novembre 2012. Seuls ont voté contre : Israël, États-Unis, Canada, la République tchèque, le Panama, les Iles Marshall, la Micronésie, Nauru et Palau. Parmi les 41 pays qui se sont abstenus on trouve la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Hollande, l’Australie, la Pologne et la Corée du Sud. Il est à noter que même l’Europe n’a pas voté d’une même voix…
Maintenant le Hamas et la Palestine, par l’obtention de ce nouveau statut, pourront saisir la Cour Internationale de Justice  ou la Cour Pénale Internationale contre toute mesure de représailles à ces mêmes tirs de missiles terroristes palestiniens… Un comble lorsque l’on sait que l’agression préalable vient du camp palestinien soutenu militairement par l’Iran d’une part et financièrement par les pétromonarchies d’autre part ! Tout ceci relève d’une stratégie globale inhérente à l’Islam que nous développerons plus loin.
Aussi, pour mieux comprendre le conflit qui oppose Israël aux palestiniens, il convient de connaître et de disséquer la Charte du Hamas, mouvement terroriste s'il en est et de faire un petit retour historique pour en connaître les réels fondements. Le Hamas revendique sans ambages son appartenance aux « Frères Musulmans » dans son article 2 : « Le Mouvement de la Résistance Islamique est l'une des ailes des Frères Musulmans en Palestine. » Par ailleurs, la principale constante de cette charte est l’antisémitisme forcené dont il abreuve généreusement ses 36 articles, preuve en est son article 7 qui prône ni plus ni moins que le génocide des juifs : «  Comme ces Musulmans qui adhérent aux pratiques du Mouvement de Résistance Islamique se répandent partout dans le monde, se rallient à son soutien et à ses positions, s'efforcent de rehausser ses luttes, le Mouvement est universel. Il est parfaitement adapté pour cela en raison de la clarté de son idéologie, de la noblesse de ses causes et de la hauteur de ses objectifs. À partir de là, le Mouvement devra être considéré et estimé, et son rôle devra être reconnu. Celui qui dénie ses droits, évite de le soutenir et reste aveugle devant les faits, que ce soit intentionnellement ou non, devra se réveiller pour se rendre compte que les évènements l'ont rattrapé et qu'il n'y a pas de logique qui puisse expliquer son attitude. Celui-là devra certainement apprendre des exemples passés. L'injustice du parent proche est plus difficile à supporter que le coup d'un sabre indien. Le Mouvement de Résistance Islamique est un des liens de la chaîne dans la lutte contre les envahisseurs sionistes. Ceci depuis 1939, date de l'émergence du martyre Izz al-Din al Kissam et de ses frères, membres de la Fraternité Musulmane. Il poursuit sa lutte et s'associe au combat des Palestiniens et de la Fraternité Musulmane dans la guerre de 1948 et aux interventions Jihad de la Fraternité Musulmane en 1968 et après. De plus, si les liens ont été distants les uns des autres et si des obstacles ont été mis en place par ceux qui servent le sionisme pour que les combattants ne puissent poursuivre la lutte, le Mouvement de Résistance Islamique aspire à la réalisation de la promesse d'Allah, quelle que soit la durée nécessaire. Le Prophète, qu'Allah le bénisse et lui accorde le salut, a dit : « Le jour du Jugement ne viendra pas tant que les Musulmans combattent les Juifs (tuent les Juifs) et tant que le Juif se cache derrière des pierres et des arbres. Les pierres et les arbres diront : « Oh ! Musulmans, Oh Abdullah, il y a un juif derrière moi. Viens et tue-le ». Seul l’arbre Gharkad ne le dira pas parce-que c’est l’un des arbres de juifs. (narré par al-Bukhari et un musulman). »
Et ils sont vraiment prêts à tout pour cela, y compris le Jihad, comme le dit clairement son article 8 de la Charte du Hamas : « Allah est son but, le prophète son modèle, le jihad sa route et la mort pour la cause d'Allah son plus haut souhait. »
Quant à ses objectifs réels (art. 11)  l’on ne pourrait être plus explicite : « Le Mouvement de la Résistance Islamique croit que la Palestine est un Waqf islamique consacré aux générations de musulmans jusqu'au Jugement Dernier. Pas une seule parcelle ne peut en être dilapidée ou abandonnée à d'autres. Aucun pays arabe, président arabe ou roi arabe, ni tous les rois et présidents arabes réunis, ni une organisation même palestinienne n'a le droit de le faire. La Palestine est un Waqf musulman consacré aux générations de musulmans jusqu'au Jour du Jugement Dernier… Ce waqf persiste tant que le Ciel et la Terre existent. Toute procédure en contradiction avec la Charia islamique en ce qui concerne la Palestine est nulle et non avenue. Qui peut prétendre avoir le droit de représenter les générations de musulmans jusqu'au Jour du Jugement Dernier ? Tel est le statut de la terre de Palestine dans la Charia, et il en va de même pour toutes les terres conquises par l'islam et devenues terres de Waqf dès leur conquête, pour être consacrées à toutes les générations de musulmans jusqu'au Jour du Jugement Dernier. »
Avec ce dernier article nous pouvons dès maintenant nous interroger sur le sort, notre sort, de l’Europe étant donné que l’envahisseur musulman a franchi par deux fois ses frontières…
Mieux même, beaucoup mieux, les éventuels accords de paix avec l’État hébreu sont ni plus ni moins considérés comme anti-religieux dans son article 13 : « Les initiatives et les soi-disant solutions de paix et conférences internationales sont en contradiction avec les principes de la Résistance Islamique. Violer n'importe quelle partie de la Palestine est une atteinte à la religion. Le nationalisme du Mouvement de la Résistance Islamique fait partie de la religion…
En connaissance de cause, le Mouvement de la Résistance Islamique estime que ces conférences sont incapables d'exaucer les demandes, à savoir la restauration des droits, et la justice aux opprimés. Ces conférences visent uniquement à installer des mécréants comme arbitres en terre musulmane. Depuis quand les mécréants rendent-ils justice aux croyants ? « Les juifs et les chrétiens ne t'approuveront que quand tu auras embrassé leur religion. »
Et pour ce faire tous les moyens sont bons, y compris le Jihad : « Il n'existe pas de solution à la question palestinienne, excepté le jihad. Les initiatives, les propositions et les conférences internationales sont une perte de temps et des tentatives vaines. »
Cette déclaration nous est confirmée dans l’article 14 : « La question de la libération de la Palestine est liée à trois cercles : le cercle palestinien, le cercle arabe, et le cercle islamique. Chacun d'entre eux a un rôle dans la lutte contre le sionisme. Chacun a ses devoirs. C'est une grossière erreur et un signe de profonde ignorance que d'ignorer l'un de ces cercles…  la libération de la Palestine est un devoir individuel pour chaque musulman où qu'il soit » puis l’article 15 : « Le jour où les ennemis usurpent une terre d'islam, le jihad devient le devoir individuel de chaque musulman. Face à l'usurpation, par les juifs, de la terre de Palestine, il devient obligatoire que l'étendard du jihad soit hissé. Pour réaliser cela, il faut propager la conscience islamique parmi les masses musulmanes locales, arabes, et sur le plan musulman. Il est nécessaire d'instiller l'esprit du jihad dans le cœur de la nation afin que le peuple confronte l'ennemi et rejoigne les rangs des combattants. »
Et pour justifier leurs actions, les fous du Hamas n’hésitent pas un seul instant à travestir la réalité en s’inspirant largement des Protocoles des Sages de Sion et en le mentionnant de façon évidente et faire l’apologie de ce brûlot,  montrant les juifs comme la pire des races qui soit (art. 20 et art.30 puis 32) : «  L'esprit islamique doit régner dans toute société musulmane. La société qui doit confronter un ennemi vicieux agissant comme les nazis, ne faisant aucune différence entre l'homme et la femme, les enfants et les personnes âgées, une telle société a droit à l'esprit islamique. Notre ennemi a recours aux punitions collectives. Il a privé le peuple de sa terre et de ses biens, l'a poursuivi dans son exil, brisant ses os, tirant sur ses femmes, enfants et vieillards avec ou sans raisons. L'ennemi a ouvert des camps de détention où des milliers de personnes sont jetées et maintenues dans des conditions inhumaines. Sans oublier les destructions des maisons, les assassinats des pères de famille, les jugements cruels prononcés contre des milliers de jeunes, condamnés à passer les meilleures années de leurs vies dans les cachots des prisons. Dans leur traitement nazi, les juifs ne font aucune exception pour les femmes et les enfants. Leur politique de semer la terreur s'applique à tous. Ils attaquent les gens là où le bât blesse le plus, extorquant leur argent et molestant leur honneur. Ils traitent les gens comme s'ils étaient les pires des criminels. La déportation équivaut au meurtre. »  « Les écrivains, les intellectuels, les gens des médias, les orateurs, les éducateurs, les enseignants, et tous les secteurs du monde arabe et islamique doivent jouer ce rôle et accomplir leur devoir à cause de la férocité de l'offensive sioniste et de l'influence sioniste dans de nombreux pays où ils ont mis la main sur les finances et les médias. » « Le sionisme mondial et les puissances impérialistes tentent, à travers des plans bien établis et une stratégie intelligente, d'éliminer un État arabe après l'autre du cercle de la lutte contre le sionisme pour qu'en fin de compte, il ne reste plus que les Palestiniens à combattre. L'Égypte a été éliminée à travers les accords traîtres de Camp David. Ils essayent d'attirer d'autres pays arabes de la même manière. Le Mouvement de la Résistance Islamique appelle les nations arabes et islamiques à adopter une politique sérieuse et à persévérer dans leur action afin d'empêcher l'application du plan horrible de les éloigner du cercle de la lutte contre le sionisme. Aujourd'hui c'est la Palestine, demain cela pourrait être un autre pays arabe. Le plan sioniste n'a pas de limites. Après la Palestine, les sionistes veulent accaparer la terre, du Nil à l'Euphrate. Quand ils auront digéré la région conquise, ils aspireront à d'autres conquêtes. Leur plan est contenu dans « Le Protocole des Sages de Sion ». Leur conduite actuelle est la preuve de ce que nous avançons. »
Les palestiniens et les terroristes du Hamas vont même jusqu’à dénier les accords internationaux qui ont aboutis à la création de l’état d’Israël dans leur article 22 :« Ils ont été derrière la Première guerre mondiale quand ils ont aboli le Califat islamique, réalisant des gains financiers et contrôlant les ressources. Ils ont obtenu la Déclaration de Balfour, créé la Ligue des Nations pour diriger le monde. Ils ont été derrière la Seconde Guerre Mondiale, à travers laquelle ils ont réalisé des gains financiers énormes en faisant le commerce des armes, et ont ouvert la voie à la création de leur État. »
Mais ne nous y trompons pas, l’Est comme l’Ouest sont mis sur un même pied d’égalité : « Les forces impérialistes dans l'Occident capitaliste et l'Orient communiste appuient l'ennemi avec toutes leurs forces : argent et hommes. Le jour où l'islam apparaîtra, les forces mécréantes s'uniront pour le confronter, car les infidèles appartiennent à une nation. »
Mais là où l’on atteint les sommets dans l’ineptie et l’horreur dans toute sa sublimation est sans nul doute l’article 31 qui déclare : « Le Mouvement de la Résistance Islamique est un mouvement humaniste. Il se préoccupe des droits de l'homme. Il est guidé par la tolérance islamique quand il traite avec les fidèles d'autres religions. Il s'oppose à eux que lorsqu'ils sont hostiles. Sous la bannière de l'islam, les fidèles des trois religions, l'islam, le christianisme et le judaïsme, peuvent coexister pacifiquement. Mais cette paix n'est possible que sous la bannière de l'islam. Le passé et le présent sont là pour en témoigner. » Sic… Nous sommes au comble du cynisme le plus total lorsque l’on connaît les méfaits de l’islamisme ! Est-ce à dire qu’il faille reconnaître la supériorité de l’Islam et s’y soumettre ? Est-ce à dire que nous n’aurons la paix que lorsque les desseins funestes de conquêtes islamiques auront atteint leur but ultime de domination du monde, l’enserrant dans des pratiques moyenâgeuses ?
Et l’on continue allègrement tout au long des 36 articles de cette Charte ignominieuse édictée le 18 août 1988… Bref, un sacré programme que nous concocte ce parti fasciste et terroriste qu'est le Hamas !
Mais essayons de disséquer les faits et uniquement ceux-ci pour essayer d’éclaircir la situation malgré les dénégations de nos médias lèche-babouches qui ne prennent que des positions favorisant l’islamisme intégrisme, allant jusqu’à travestir la réalité en nous montrant des images du soi-disant conflit Israélo-palestinien alors que ces photos ou vidéos  proviennent d’autres conflits en pays arabes (Syrie, Égypte, Lybie, etc.). Il est d’autant plus curieux également de voir de soi-disant victimes évacuées sur des brancards (pour la télé), courir comme des lapins l’instant d’après ! Oui, je sais, je vais en choquer plus d’un, mais malgré tout nous devons un immense merci à nos amis américains qui, par le premier amendement de leur Constitution, interdit au Congrès de voter des lois limitant la liberté d’expression, nous permettant par la même de retrouver trace de la vérité par des articles ou des vidéos, qui, elle, devient de plus en plus bafouée tant en France que dans le reste de l’Europe au nom de la bien-pensance… Hélas, pour le quidam ordinaire ces informations en langue anglaise ne sont que peu diffusées sur nos réseaux internet français par incompréhension de la langue de Shakespeare.
Pour cela il nous faut revenir aux sources mêmes de l’origine du conflit, à savoir la contestation des terres dont Israël a fait son État. Il est évident que nous ne pouvons nier, recherches archéologiques obligent, la présence millénaire du peuple juif sur cette terre. Or, les conquêtes islamiques ont complètement remis en cause cet état de fait puisque selon la théorie islamique, toute terre qui a été foulée du pied par les « croyants » (musulmans) est désormais considérée comme faisant partie intégrante pour l’éternité du Califat mondial… Or, nous ne pouvons dénier le fait que la Terre Sainte fût l’objet de convoitises et conquise tant par les chrétiens que par les musulmans au fil des siècles. Néanmoins la persistance de colonies juives n’a jamais été démentie, nous y reviendrons plus loin. Donc, selon le raisonnement islamique, puisque la Terre Sainte a été sous domination musulmane à un moment de son histoire, elle devient de fait un territoire sous la coupe d’Allah ad vitam aeternam, donnant naissance au conflit avec Israël qui n’a fait que reprendre ses terres ancestrales…
Mais ce qui a mis réellement mis le feu aux poudres n’est ni plus ni moins que la décomposition de l’Empire ottoman suite au premier conflit mondial. En effet, les turcs régnaient en maître sur la région depuis des lustres (depuis le Sultan Yavuz Selim 1er en 1516) et leur chute n’ont fait que révéler des problèmes sous-jacents qu’il convenait de régler de façon urgente et diplomatique. C’est ainsi que la Déclaration de Balfour fût promulguée le 2 novembre 1917 reconnaissant le soutien à la création d’un foyer national juif en Palestine : « Rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays ».  Par cette Déclaration de Balfour il est mis en exergue que les populations juives constituaient bien l’essentiel des habitants de la région à l’Ouest du Jourdain et cela ne peut être contesté. Mais ce n’est qu’un peu plus tard, lors de la Conférence de San Remo (du 18 au 26 avril 1920) qu’est réellement né Israël au sujet de l’avenir de la Palestine sous le mandat britannique qui devait en découler. Or c’est bel et bien sous le mandat anglais que la notion d’État Palestinien apparaît réellement pour la première fois, tout du moins pour son existence politique englobant à la fois la Transjordanie qui allait devenir le royaume de Jordanie à l’Est et la Palestine occidentale à l’Ouest du Jourdain dont les arabes ont refusé le partage et qui n’est en fait que la Judée-Samarie comme nous le confirme bien la résolution 181 II de 1947 de l’O.N.U. Et c’est le 29 novembre 1947 que les Nations Unies, avec le vote de cette résolution 181 de l’Assemblée Générale, ont accepté le plan de Partage de la Palestine sous mandat britannique avec d’un côté un état juif (Israël) et de l’autre un état arabe (la Jordanie), mais contesté par les arabes. Quant à Jérusalem, elle devait recevoir un statut spécial international. Le 14 mai 1948, Israël déclare son indépendance et doit faire face à un conflit immédiat avec les pays arabes qui seront défaits. Israël est finalement admis au sein de l’ONU le 11 mai 1949.
Mais toute cette administration britannique eut comme corolaire de créer la confusion dans les esprits. La notion d’État de Palestine est une affirmation erronée de l’histoire puisque cet état indépendant n’existait pas d’un point de vue politique avant la création de l’État d’Israël mais uniquement celui de l’antique Judée il y a 2000 ans et que la Terre Sainte renommée Palestine fût toujours sous contrôle et domination d’une puissance étrangère, qu’elle soit romaine, arabe, chrétienne (lors des croisades), ottomane et enfin anglaise. Et cette confusion a été entretenue par le fait que les Romains qui, voulant humilier et effacer un pan de l’histoire des hébreux après les révoltes juives en l’an 135 menées par Shimon bar Kokhba contre l’empereur romain Hadrien voulant détruire le Temple de Jérusalem pour y construire celui de Jupiter, ont débaptisé l’ancienne Judée pour la renommer Palestine. Ce nom n’est que la déformation latine de Philistie du nom d’un ennemi séculaire d’Israël, les Philistins d’origine crétoise (et non arabes !). A noter que la mosquée d’al-Aqsa se trouve, phénomène de substitution oblige, sur l’ancien temple de Jérusalem… L’on comprend maintenant mieux que la création de l’État d’Israël s’est fait sur des bases historiques mais a été immédiatement rejeté par l’ensemble du monde arabo-musulman qui ne reconnaît toujours pas à ce jour l’existence d’Israël...
Allons plus loin, mais encore beaucoup plus loin dans le raisonnement qui attache les juifs à la Terre Sainte. Sur la base de témoignages de gens qui sont venus visiter le pays, la terre d’Israël (la Palestine) était presque vide d’habitants jusqu’au début du 20ème siècle. Ce qui est bien loin de la thèse communément admise  et que l’on veut  nous faire gober à tout prix selon laquelle les Palestiniens s’y trouveraient depuis des centaines, si ce n’est des milliers d’années… Mais rien ne vaut les faits et encore mieux, les écrits que des personnes célèbres ont pu laisser. Et là, nous pouvons remonter loin, très loin même, bien avant l’arrivée des arabes qui par la suite se sont revendiqués « palestiniens » ! Pis encore, les arabes eux-mêmes y ont été de leur contribution à l’instar d’ Ibn Khaldun, dans ses écrits datant de 1377 : « La souveraineté juive sur cette terre s’est prolongée sur 1 400 ans… C’est les Juifs qui ont implanté la culture et les coutumes en s’y étant installé de manière permanente ». On ne peut être plus clair ! Un peu plus tard, un géographe hollandais du nom Hadrian Reland écrivit en 1695 dans « Voyage en Palestine » que « la terre d’Israël était pratiquement déserte et très peu peuplée. La majorité de ses habitants de concentre alors dans les villes de Jérusalem, Acco (Acre), Tsfat (Safed), Yafo (Jaffa), Tveria (Tibériade) et Aza (Gaza). ». Il conclut que la présence des juifs sur cette terre est dominante avec quelques chrétiens et très peu de musulmans dont la plupart sont des bédouins… Ce qu’il y a de plus surprenant, c’est qu’aucune localité n’a de nom arabe et que la grande majorité d’entre elles possèdent soit un nom hébreux ou grec et romain…Ainsi, point de Naplouse (Shelem), Gaza, Djénine ou encore mieux de Ramallah (Beteilé), Al-Halil (pour Hébron) ou Al Qods, la ville sainte de Jérusalem… Selon Reland, à l’époque toutes les villes étaient composées de juifs à l’exception de Naplouse (Shelem) dont 120 personnes sont musulmanes et issues d’une même famille, les Natashe, et 70 samaritains. De même, Nazareth est entièrement peuplée de chrétiens avec 700 âmes. Plus fort encore puisque Gaza à l’époque était peuplée pour moitié de juifs et pour autre moitié de chrétiens ! Quant à la plus grande d’entre elles, Jérusalem, elle est peuplée de plus de 5000 habitants très majoritairement juifs et de quelques chrétiens. Ca et là il y a quelques familles bédouines très éparses. Voilà la réalité qui prévalait à la fin du 17ème siècle.
Cette situation de terres arides et désolées, peuplées essentiellement de juifs, nous est confirmée à l’époque des grandes explorations du 19ème siècle par nombre de voyageurs. Mais qui se souvient encore des paroles de Lamartine dans son ouvrage Souvenir d’Orient lorsqu’en 1935 il visita la terre sainte : « À l’extérieur des portes de Jérusalem nous n’avons pas rencontré âme qui vive… » ?
Qui se souvient aussi de celle de Mark Twain qui dans le même registre confortait cette thèse en 1867 : «  On ne peut trouver les mots pour décrire la désolation qui règne ici. Même l’imagination la plus fructueuse ne pourrait la peupler de vie et d’animation. Nous sommes arrivés à Tabor et n’avons rencontré aucune âme qui vive sur notre chemin » (Les promeneurs incrédules). Pas un seul village dans la Vallée de Jezréel, rien sur 30 miles dans les 2 sens. 2 ou 3 petits groupes de tentes bédouines, mais pas une seule habitation permanente. On peut voyager pendant 10 miles sans rencontrer 10 êtres humains. Déserts sans âme qui vive, collines vides, ruine mélancolique de Capharnaüm, stupide village de Tibériade, enterré sous six palmiers. Nous arrivâmes à Tabor sans rencontrer âme qui vive tout au long du chemin. Nazareth est désolée, Jéricho est en ruine, Bethléem et Béthanie, dans leur pauvreté et leur humiliation, ces endroits n’abritent pas une créature vivante. Un pays désolé, dont la terre serait peut-être assez riche si elle n’était abandonnée aux mauvaises herbes. Une étendue silencieuse, triste. À peine y a-t-il un arbre ou un arbuste, çà et là. Même les oliviers et les cactus, ces fidèles amis d’un sol sans valeur, ont quasiment déserté le pays. » ?
Chateaubriand, dans son « Itinéraire de Paris à Jérusalem » décrit la terre d’Israël (Palestine) au milieu du XIXème siècle comme un pays désolé aride et presque inhabité.
Le Consul britannique de Palestine, James Pinn,  rapportait en 1857 que «Le pays est presque inhabité, il a grand besoin d’habitants. Par conséquent, le recours le plus urgent est de la peupler. »
Nous pourrions y ajouter les déclarations de Flaubert, Volney, Melville, Georges Robinson, ou encore le Vicomte de Vogué qui confirment tous la désolation des lieux mais et ce dernier apporte un témoignage important quant à la population existante d’alors pour : « Jérusalem peuplée de 26 000 âmes environ, les Juifs comptent pour plus de la moitié, 14 000 âmes. Le reste se décompose comme il suit : Chrétiens 7000 ou 8000, Musulmans 4000 ou 5000. La plupart de ces derniers sont des bédouins du désert ou des citadins arabes ; le surplus est fourni par les Turcs, fonctionnaires et soldats ». (Syrie, Palestine, Mont Athos, Voyage aux pays du passe, Paris 1876). Par ailleurs il confirme que « les fils d’Israël nourrissent plus que tous les autres des prétentions d’avenir et la persuasion d’une renaissance nationale ».
Il faut bien se rendre à l’évidence : la Palestine jusqu’à l’aube du 20ème siècle n’était qu’un désert aride et inhabité !
Ce n’est que vers 1880 avec un retour des juifs sur la terre de leurs origines et qui ont développé le pays pour y amener une relative prospérité que les populations arabes des pays alentours ont afflué, attirés par cette nouvelle richesse. Ainsi, il est curieux de voir que les « pseudos-palestiniens » ne sont en fait que des arabes issus de cette migration de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle. Il en va de même pour leur chef historique, Yasser Arafat, lui-même citoyen égyptien car né au Caire le 24 août 1929. La hausse vertigineuse des arabes est relatée par le pouvoir ottoman en place alors en 1882 qui recense 141 000 musulmans et atteignit 650 000 personnes en 1922, dans des régions principalement peuplées par de juifs, ressort du fait qu’elle est essentiellement économique…
Il est une autre image d’Épinal qu’il convient de balayer d’un revers de main : celui de la domination des juifs. À ce titre, il est tout à fait surprenant de voir que dans nos banlieues qu’au rang des livres les plus vendus figurent « Mein Kampf » (d’Adolph Hitler) et Les Protocoles des Sages de Sion, un vrai-faux à destination du Tsar de Russie écrit par un antisémite, Mathieu Golovinski, à la fin du 19ème siècle pour permettre l’essor d’une véritable politique antisémite d’état, heureusement démasquée à temps par Nicolas II, et dont Hitler s’en est largement inspiré…mettant en scène le complot juif mondial et la domination de ces derniers dans les domaines économiques et financiers. Là aussi il convient de remettre singulièrement les pendules à l’heure. En effet, parmi les plus grosses fortunes du monde (selon le classement Forbes 2012), il y a effectivement des juifs mais il faut aller à la 6ème place pour trouver le patron d’Oracle, Lawrence Ellison (loin derrière notre Bernard Arnault national…), puis aller à la 14èmepour trouver Sheldon Adelson (dans les casinos), puis le maire de New-York, Michael Bloomberg (20ème), et 22ème Georges Soros (finances)… Pour le juif le plus riche d’Israël, Idan Ofer, il faut aller encore plus loin, à la 162ème place mondiale… Alors, certes, certains juifs sont riches mais pas plus que les autres car la plupart de ces juifs sont avant tout américains en général  (12 sur les 22 plus riches du monde sont américains et 2 sont français…) et c’est important de le souligner car les américains  trustent les premières places mondiales !
Que dire aussi de cette soi-disant volonté de s’accaparer toutes les terres et la richesse du monde lorsque l’on sait que dans le Grand Moyen-Orient, qui part du Maroc pour aller jusqu’en Afghanistan et qui coïncide en grande partie de pays peuplés majoritairement de musulmans, est farouchement opposé à la survie d’Israël et se compose de 26 états peuplés de près de 715 millions d’individus qui vouent une haine aux juifs ? En effet, Israël ne compte que 5,8 millions de juifs (pour une population totale de 7,8 millions) et que les juifs ne représentent au niveau mondial que 13,5 millions d’âmes… Quant à l’état hébreu en lui-même, il ne représente que 20 770 km2 soit moitié moins que la Suisse pour une population équivalente ! L’on voit bien que les juifs ne veulent que la domination du monde selon la vision arabe des choses...
Il faut se rendre à l’évidence, le conflit israélo-palestinien qu’est que la partie immergée de l’iceberg et l’expression à l’échelon du Moyen-Orient d’un autre conflit beaucoup plus large mettant en exergue l’opposition permanente entre Dar al-Islam et Dar al-Harb au niveau mondial et que nous pouvons résumer en rivalités ancestrales entre le monde musulman d’une part et les autres civilisations d’autre part considérées comme impies et infidèles et qu’il importe de conquérir…
Nier aussi le fait que les palestiniens ont d’ores et déjà un état propre, avant cette reconnaissance scandaleuse du 29 novembre 2012 par l’O.N.U., et ce serait revenir sur le Plan de partage de la région faite par les instances mêmes des Nations Unies qui partageait la région sous mandat anglais en un état hébreux et un état arabe. Preuve en est s’il le faut, cet état, la Jordanie est majoritairement peuplée à plus de 80 % de palestiniens… Alors pourquoi s’acharner à vouloir créer un second état palestinien dans la région si ce n’est qu’une volonté exclusive de vouloir jeter les juifs à la mer ?
Sans nul doute, pour tous les adeptes d’un antijudaïsme forcené mais se déclarant du christianisme devraient-ils considérer et respecter les paroles mêmes de Jésus Christ qui, selon l’Évangile selon Saint Jean (4, v.22) déclarait ni plus ni moins : « Le salut vient des Juifs »… Faut-il y voir une parole prophétique en ces temps plus que troublés où la survie d’Israël est sans cesse remise en cause par l’antisémitisme séculaire des populations musulmanes locales encouragées en cela par le Coran et les Hadiths ? Le nier serait un contresens historique et religieux. Or, vouloir s’allier contre-nature aux négateurs de l’existence même d’Israël c’est assurément se tirer une balle dans le pied, que dis-je, dans la tête, car que nous le voulions où non, l’État hébreu est de toute évidence le seul état réellement démocratique de tout le Moyen-Orient mais aussi le dernier rempart face à la barbarie d’un autre âge qui veut restaurer une loi moyenâgeuse au travers de la charia sur toute la surface du globe dans sa volonté de conquête hégémonique. Le jour où Israël saute, il n’y aura dès lors plus d’obstacle à cette volonté de domination du monde et l’Europe sera alors désormais en première ligne. Alors trêve avec les palestiniens ? Seuls les gogos peuvent le croire… Et les « MERDIAS » corrompus de nos journaleux à 2 balles essayent encore de nous faire avaler ces couleuvres. Il faut se rendre à l’évidence, ON NE NEGOCIE JAMAIS AVEC DES TERRORISTES CRIMINELS GENOCIDAIRES ! Ils ne veulent pas simplement un territoire comme ils le prétendent faussement, Taqiyya oblige, mais l’extermination pure et simple de l’état d’Israël qui nous conduira vers un embrasement général de la région et sans doute mondial en raison de la position géostratégique du Moyen-Orient. Ne vous réjouissez donc pas trop vite des malheurs d’Israël car notre tour viendra ! Nous sommes les prochains sur la liste…
À bon entendeur…
Surcouf, le Corsaire de la République

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article