Parti socialiste en panique ? Les Municipales affolent ces gogos...

Publié le 23 Octobre 2013

Il en avait marre des arbitrages de l’Etat, de la réforme des rythmes scolaires et de la propension de certains, au PS, à critiquer Manuel Valls. Le maire PS de Conflans-Saint-Honorine, dans les Yvelines, Philippe Esnol, a annoncé ce mercredi 23 octobre de claquer la porte du PS.

 

Le 20 octobre, ce sénateur, proche du président socialiste de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, avait déjà tweeté, dans des termes crus et forts, son exaspération.


 

Seul objectif de melenchon et irresponsables PS : flinguer Valls ,quelle pitié! Mort aux cons

 

Affligé par aff Leonarda PS indigne zéro sur le fonds zéro solidarité arbitrage PR nul, le pen rigole et engrange pitoyable sur tte la ligne 


 

Trois jours plus tard, dans un texte, dont MetroNews publie de longs extraits, Philippe Esnol, candidat à sa propre succession pour les prochaines municipales de mars 2014, explique les raisons qui le poussent à quitter le Parti socialiste pour rejoindre le Parti radical de gauche de Jean-Michel Baylet. Un parti qui a notamment accueilli Olivier Falorni dans son groupe parlementaire à l’Assemblée. 

 

"Je ne peux pas soutenir la politique fiscale menée actuellement par le gouvernement", écrit-il sur la fiscalité tandis qu’il torpille également la mise en place de la réforme des rythmes scolaires ou l’affaire Leonarda qui l’a "consterné par les déclarations irresponsables sur la reconduite de Leonarda et de sa famille" qui n’ont qu’un seul but : 

 

Faire parler de soi et de déstabiliser Manuel Valls, ministre de l’Intérieur et personnalité politique préférée des Français.

Extrêmement sévère avec le gouvernement, ce désormais ex-élu PS l’est tout autant avec le parti de la rue de Solférino, "ce parti d’apparatchiks" dont il claque la porte.

 

J’en tire toutes les conséquences en quittant ce parti d’apparatchiks incapables de se faire élire localement et qui s’autorisent à donner à tout le monde des leçons de morale empreintes de pathos sentimental et victimaire pour mieux servir leurs intérêts personnels.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marie-claire Muller 24/10/2013 15:02


Le navire prend l'eau et il ne sait pas nager!!!


Sous le règne de Flamby


24 octobre 2013 ·
par avic · dans Politique. ·




 


 


 


 


 

 

2 Votes



 


« Moi Président de la République… « 


Personne n’a oublié cette tirade grandguignolesque où Flamby jouait les parangons de vertu face à un Sarko pâlichon. Tirade qui annonçait le retour théâtral d’une gauche moralisatrice plus
mielleuse que jamais. Mais de mensonges en reniements, sur le plan moral, les français ont été servis. Citons : le passage aux aveux du « Chevalier blanc » Cahuzac
– un fraudeur hors pair qui devait incarner le contribuable exemplaire ; des promesses de lutte contre la barbarie financière enterrées ; des ennemis caressés dans le sens du poil comme
les milliardaires du CAC 40 ; des réformettes poltronnes et injustes comme celle des retraites ou celles reconduisant les privilèges des cumulards du parlement et des
heureux employés d’Edf ; une guéguerre néocolonialiste au Mali ; un alignement servile sur la politique étrangère américaine qui aurait pu déclencher
l’explosion du Moyen Orient ; une loi scélérate sur les plans sociaux pondue pendant la trêve estivale (loi du 1/07/2013). Bref une gauche rapace sur le plan fiscal, juste
bonne à faire casquer les forces vives de la nation, ceux qui pourraient relancer l’économie par la consommation ou l’investissement. Une gauche de droite, couarde et
clientéliste dont il ne restera que le mariage pour tous…


Paradoxalement, le mollasson de l’Elysée s’est révélé d’une dureté fiscale de fer envers la classe moyenne. Armé d’une massue herculéenne, Flamby a matraqué l’éternelle vache à lait. Comme ce
gouvernement fantoche est incapable de s’attaquer aux paradis fiscaux où les milliards sont planqués, ce sont, comme toujours, les ouvriers, employés, cadres, commerçants, et
professions libérales qui crachent au bassinet. Une classe moyenne qui n’a pas le droit aux « Assises de la fiscalité » comme les membres du MEDEF ou de la
CGPME. Une classe prise en étau, rackettée par l’oligarchie bancaire. Car n’oublions pas que les intérêts de la dette représentent 49 milliards € par an soit 5 fois le budget de
l’emploi, n’oublions pas que cet endettement a été, en partie, organisé par l’ancien Directeur général de la banque Rothschild, Monsieur Georges Pompidou.
Mais celui qui n’avait qu’ « un seul ennemi : la finance » continue de faire prospérer ce système pour le plus grand profit des banquiers.


Après réception de mon avis d’imposition, comme l’immense majorité des français, j’ai mis deux jours à reprendre mon souffle. La consternation ayant précédé l’indignation et la
colère…


En théorie, la gauche est censée garantir une juste répartition des richesses. Elle est supposée favoriser l’ascenseur social, lutter contre les privilèges et la
financiarisation de l’économie. Or cette gauche cautionne un système qui flatte les ploutocrates, les exploiteurs, les banquiers et les rois du bling bling. Car pour échapper au
matraquage, ceux qui ont les poches pleines organisent leur évasion fiscale, un privilège exorbitant dont sont exempts les contribuables moyens.


À cause de cette terrible injustice, l’économie est à l’arrêt, et la France s’enlise un peu plus chaque jour. Afin de satisfaire le Trésor public, le contribuable lambda ne peut
ni investir, ni consommer utile, ni économiser pour payer les études de ses enfants. Alors que les 50 plus grandes entreprises européennes (Peugeot, Total,
Hsbc, Bnp…) comptent 4858 filiales dans des paradis fiscaux, le contribuable moyen, employé, cadre ou commerçant se serre la ceinture pour faire
vivre sa famille. Telle est l’arnaque de cette gauche clownesque qui fait hurler Jaurès dans sa tombe !


http://diktacratie.com/sous-le-regne-de-flamby/

FRAHENJAC 24/10/2013 05:45


C´ est seulement maintenant qu´il change d´avis !  Petit rigolo va !

DURADUPIF 23/10/2013 21:49


Il n'y en a qu'un ?   23 électeurs sur 100 pour le moment votent pour le passé et le passif. Qu'en sera-t'il en 2014 ?  Les sondages in vivo ne renvoient pas l'important,
c'est-à-dire la rose !

mika 23/10/2013 20:42



KIKADI ...



"L’Europe est la seule région au monde qui, cinq ans après la crise financière, n’a pas retrouvé la croissance. 
L’euro est trop cher ! 
S’il y avait une baisse de 10% du taux de change par rapport au dollar, nous augmenterions notre richesse nationale de 1,2%,
on créerait 150 000 emplois et on réduirait le déficit de 12 milliards. 
Et si l’euro baissait de 20%, on comblerait le déficit extérieur, créerait 300 000 emplois et réduirait d’un tiers le déficit !"


 



Et non, ce n'est pas MLP mais Arnauld Montebourg