Participer au réveil du peuple de France, victime d'endormissement. Par Gérard Brazon

Publié le 22 Mai 2014

Gérard Brazon interview Par Gérard Brazon

Une musique triste mais envoûtante, un texte magnifique qui fait l'examen d'une situation qui nous dépasse, qui dépasse les citoyens, les pauvres gens de droite comme de gauche, les citoyens dépossédés, repassés, essorés, affamés de libertés si ce n'est plus. Les paroles d'un "grand corps malade" qui mérite tellement son nom surtout lorsque l'on pense à notre France. Oh, je ne suis pas dupe. Les paroles sont quelque peu orientées façon bien-pensance. Nous sommes entres "humanistes", nous ne mettons pas de noms sur les auteurs des méfaits. Mais c'est tellement mieux que ces ritournelles insipides de ces "faux-culs" du "restau du coeur" qui font leurs courses à Paris, chez Hédiard ou Fauchon à la Madeleine et prennent leurs vacances sous le soleil de Los Angeles. Je suis toujours en rage contre ces "gens là" qui font dans le social, mais de loin, avec des pincettes, en se bouchant le nez. En rage quand c'est avec l'argent des contribuables comme beaucoup des ces Maires clientélistes.

Alors Richard Bohringer y va de ses solutions parfois pleines de miel, parfois réalistes, surtout utopistes, certainement poétiques et pourtant, la révolution existe dans ses paroles. Ses plaintes sont inutiles, puisque les solutions, les électeurs n'en veulent pas, ils ne veulent pas freiner à temps tellement ils sont manipulés par ce fameux système dénoncé.

Des électeurs, handicapés par l'assaut de milliers d'informations mi- fausses, mi- réelles, bassinés par des dizaines de journalistes à la solde de ce système justement, essorés par des centaines d'expertises et autres observateurs, rendus incapables de comprendre, de réaliser, de penser et d'imaginer par exemple, que même les auteurs de cette vidéo ne sont que l'une de ces petite soupapes de sécurité pour éviter que le système explose.

Alors oui, parlez de révolution à venir, de système pervers, de pluie qui tombe en permanence sur les générations futures, des oubliés, des crèves la faim, de ce futur qui gronde. "L'homme descend du singe et non du sage ".  L'homme n'en finit pas de descendre les marches d'un enfer matérialiste, consumériste. L'homme vit dans la solitude alors qu'il est dans la foule. Alors le cœur peut tout, nous disent-ils,  chanter l'amour, mettre des bombes désodorisantes dans les banques qui pue le fric et autres fadaises. Cela doit bien faire rire nos banquiers justement, pas ceux qui sont derrière le guichet qui eux n'y sont pas pour grand-chose.

Ce qui est à craindre finalement, c'est que devant le vide d'une vie, le gouffre d'un présent sans certitude, d'un avenir sombre, d'un immense désespoir, certains de plus en plus nombreux, chercheront à vivre en allant chercher la mort au nom d'un dieu. Cette autre utopie monstrueuse qui fait croire en une vie meilleure dans la mort.

Alors oui, j'ai aimé cette vidéo, cette musique, ces paroles, mais j'en suis ressorti encore plus désespéré, encore plus effaré. Cette chanson s'écoute parfaitement bien mais n'est qu'une chanson parmi d'autres, une de plus qui nous est autorisée d'entendre parce que justement le système ne craint pas grand-chose et que ces paroles, cette musique n'entraînera pas le réveil des peuples, ne bousculera pas le grand endormissement des citoyens. Tout juste se retourneront-ils pour se mettre en chien de fusil... pour mieux se rendormir.

Alors d'aucuns me diront que je suis un pessimiste invétéré, un brin obsédé par les manipulateurs. C'est simplement parce qu'ils ne les voient pas œuvrer. Un exemple pourtant, un simple exemple ! Le 18 mai, il y avait le lancement de la campagne des européennes par le Front National. C'est sur Jérôme Kerviel que les médias ont choisi de se pencher à longueur d'antenne.

Fallait-il croire que les choix de ce monsieur étaient bien plus importants que ceux qui veulent combattre les tenants du système à Bruxelles et au-delà. Le bon peuple a donc été abreuvé heure par heure, de flash spéciaux, d'éclairages sur les états d'âme d'un ancien traders condamné à trois ans de prison. Manipulation de l'opinion publique ? Prise de pouvoir de son intérêt premier ? A vous de voir si je suis vraiment à côté de la plaque.

C'est cela le système, choisir pour vous ce qui est bon pour eux. Vous gaver d'inutiles informations, de scoops sans intérêts, vous donner la gamelle du 20h, juste après la détente des blagues à deux balles "des chers voisins" et autres humoristes de type Cantelou, mais surtout... ne pas vous informer, vous apprendre, vous cultiver, vous donner les moyens de vous faire une opinion librement. Surtout pas...

Cette vidéo nous raconte un petit bout de notre vie, celle de nos enfants, notre futur. Nous pouvons peut-être encore réagir le 25 mai. Au moins, essayons de participer au réveil de nos citoyens, dire comme Richard Bohringer plutôt à gauche, parce qu'il croit encore que cela rime avec humanisme, que nous devons nous battre encore et encore, contre cette horreur, cette machine infernale, cette course contre la honte.

C'était mon coup de gueule de la semaine

Gérard Brazon 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

Pivoine 24/05/2014 14:04


Geert Wilders a obtenu moins de voix qu'en 2009. Que les Hollandais ne se plaignent pas quand ils subiront les méfaits de l'immigration, encore pire qu'avant ! Il y a du travail pour éveiller les
consciences.

michel-la-six 22/05/2014 15:40


     Rien à ajouter quant au présent. Comme je l'ai déjà dit ailleurs, la première révolution à faire c'est, pour Nous Français, le passage à la Sixième République, pour
re-baser la Nation sur l'acquis de l'Histoire et de nos expériences, bonnes et mauvaises, en construisant un État fait de règles claires tellement évidentes qu'elles seront acceptées. Les deux
outils majeurs, indispensables pour cette re-fondation : la notion de majorité que le niveau de bascule à 50 % rend illégitime et la notion de l'Entreprise qui devrait se définir
uniquement par les personnes œuvrant en son sein et ses relations indépendantes de prêteur à emprunteur avec la banque. Et beaucoup d'autres choses en plus, si affinités.


     Merci.


  Michel-la-six.


 

mika 22/05/2014 12:08


A Gérard


Nous sommes unanimes pour condamner le système.


La question qui vient derrière c'est par QUOI et par QUI on le remplace.


 


Et c'est là que nous ne risquons plus d'être d'accord avec nos 2 poètes !

DEBAERE JC 22/05/2014 11:14


j'adore Gerard, bravo ! les gens sont crédules et leur intellect baisse de niveau de jours en jours .TV oblige, à la gamelle du 20 h, et des blagues à 100 balles ... et des journalistes acteurs
de la manipulation de masse ...