Pas besoin d'être une "chance pour la France! Un simple converti suffit.

Publié le 18 Juillet 2013

CES FRANÇAIS QUI RÉUSSISSENT À L'ÉTRANGER

Comme dirait Magritte: "Ceci n'est pas une blague"... et la bêtise apparente de cet amoindri du bulbe ne doit pas trop faire sourire quand même, car nous avons là affaire à un assassin de la pire espèce, un égorgeur d'infidèles, un prosélyte du terrorisme djihadiste. Un français de 2013.

 

"Un jeune Français de 25 ans environ, qui répond au nom de guerre d'Abou Abdelrahmane, lance un appel à ses «frères musulmans» restés dans l'Hexagone de «rejoindre la Syrie» pour y renverser le régime de Bachar el-Assad et y «installer» un califat islamique.

Il multiplie les citations du Coran et explique ses motivations pour avoir changé de religion avant de rejoindre «les meilleurs de nos frères au pays du Cham», la terminologie utilisée par al-Qaida pour désigner les pays du Levant (Syrie et Liban).

 

Mais au-delà de son appel au recrutement de djihadistes, Abou Abdelrahmane demande à François Hollande d'«arrêter de combattre les musulmans et l'islam», au Mali notamment. «Oh! Frère François Hollande, convertis-toi à l'islam, sauve-toi du feu de l'enfer, désavoue tes alliés juifs et américains, retire tes troupes du Mali», scande le djihadiste français.

 

Abou Abdelrahmane fait partie des quelque 170 "Français" qui sont partis faire le djihad en Syrie. Une cinquantaine sont déjà revenus. «On se prépare à des jours sympathiques lorsque les autres rentreront en France», redoute un agent du renseignement.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, nous affirmait récemment que ces 170 Français représentent plus de 60 % des Français égarés dans les centres d'apprentissage de langue ou dans des pseudo-cours de familiarisation à l'arabe, ces antichambres du djihad.

Certains, comme Raphaël Gendron, sont morts au combat en Syrie, d'autres - une trentaine - attendaient d'entrer en Syrie à partir de la frontière turque. Pourquoi les autorités turques ne les refoulent-elles pas? «Ah, c'est une bonne question, mais ce n'est pas aussi simple» (moins simple pour se lèche babouche que d'aller faire le tour des Mosquéres pour "rompre le jeûne. ndlr Gérard Brazon), nous répondit Manuel Valls, embarrassé, mais très conscient du danger que ces jeunes djihadistes représenteront lorsqu'ils reviendront dans l'Hexagone, forts de leur expérience «au combat jusqu'à la mort»."

Georges Malbrunot

 

source: Le Figaro

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Repost 0
Commenter cet article

DURADUPIF 21/07/2013 16:21


On a laissé construire tous les réseaux islamistes sur notre Pays. Mosquées, imams, Instituts, madrassa, associations muslamo-islamistes etc...etc... en toute tranquillité malgré les appels hauts
et forts de compatriotes trés éclairés sur le sujet de l'islam porteur de haine. Que nenni, nos zélites aux grand yeux fermés de l'humanisme, de la Démocratie et de la tolérance ont laissé les
portes grandes ouvertes à cette politico-religion qui nous importe le contraire de ce que nous prônons...de mauvais temps nous attendent...

Pivoine 19/07/2013 17:14


La façon dont ce mec récite les versets du coran prouve qu'il a subi un véritable lavage de cerveau, suivi d'un bourrage de crâne.


Méthode très utilisée par les sectes !

Louvois 19/07/2013 09:03


Quand on vous dit que la crême de la jeunesse française cherche la réussite à l'étranger...


Nous venons de perdre quelques futurs prix Nobel, là !

LA GAULOISE 19/07/2013 08:35


J ADORE LE TERME : LECHES BABOUCHES ET CELA LEUR VA SI BIEN !

FRANHENJAC 19/07/2013 01:44


Pauvre type, avec la gueule qu´il a, il était déjà prédestiné à se retrouver avec ses semblables !


Non seulement Hollande doit se convertir, mais toute sa clique...Hollande et son harem....


Quant à Valls, je me demande comment sa femme étant juive peut rester avec un type pareil...n´a-t-elle pas honte envers sa communauté ?

ESCLAFIT 18/07/2013 23:16


On pourrait envoyer des encouragements à Assad pour qu'il fasse un petit effort de plus pour rétamer ces 170 cons afin q'u'ils ne reviennent plus, avec des gazs au besoin.