Les associatifs mécontents de "l'avortement" des récépissés de contrôles d'identités.

Publié le 13 Juillet 2012

Les sectaires et autres doctrinaires associatifs, malfaisants des libertés s'égossillent en protestations et crient à la trahison! Pauvres d'eux, ils viennent de découvrir que la réalité est bien réelle et que leur phantasme idéologique n'est que de la fumée, des gaz, des pets de lapins. 

Ces associatifs sans foi voulaient que la loi sur les récépissés censés être fournis lors des contrôles d'identité soit à effet immédiat. Or, il semble que la raison postélectorale revienne à nos bonnes âmes socialistes. Alors ils sont furieux les plumitifs. Ne gâtons pas notre plaisir...

Gérard Brazon

****

Plusieurs associations de lutte contre le racisme (retenons notre rire. ndlr Gérard Brazon) estiment dans une lettre ouverte, adressée jeudi 12 juillet à François Hollande, qu'un "renoncement" aux récépissés délivrés lors des contrôles d'identité serait perçu "comme une trahison".

 

Dans cette lettre signée par une quinzaine d'associations,(subventionnées à quelle hauteur au regard du nombre misérable de militants?) le président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), Louis-Georges Tin, et le président des Indivisibles, Gilles Sokoudjou, rappellent au président de la République que cette mesure figurait dans ses engagements de campagne.

"Dès lors, quelle n'a pas été notre surprise, en entendant récemment votre ministre de l'intérieur,Manuel Valls, présenter [cette mesure] comme une simple 'piste'", s'étonnent-ils.

 

A plusieurs reprises, M. Valls a exprimé son scepticisme sur l'idée de remettre un récépissé afin d'éviter les contrôles abusifs, au faciès notamment. "Je ne veux pas imposer un dispositif qui, très vite, tournerait au ridicule et serait inopérant", avait-il dit à la fin de juin, ajoutant que le récépissé était une "piste" parmi d'autres. Du coup, plusieurs syndicats de police, qui avaient exprimé leur hostilité à cette mesure, avaient compris que ce projet était "enterré".

 

"Peut-être devriez-vous lui recommander la lecture de votre programme de campagne", ironisent les auteurs de cette lettre. Cette mesure, réclamée depuis des années en France par des associations et hommes politiques de gauche, est un "engagement" de campagne du président François Hollande. Le candidat socialiste avait en effet annoncé son intention de lutter "contre le délit de faciès dans les contrôles d'identité par une procédure respectueuse des citoyens". Mais il n'avait pas précisé les modalités de cette lutte.

 

C'est "une discrimination de la vie quotidienne, une injustice que je n'accepte pas", avait-il dit aussi dans un entretien à Respect Mag, "chaque citoyen mérite la même considération, le même respect".

"Un renoncement sur un point si emblématique de votre projet présidentiel serait perçu comme une véritable trahison", préviennent-ils, demandant à M. Hollande de confirmer"pendant l'interview du 14-Juillet", que cet engagement sera "bel et bien" respecté.

 

Sur RMC-BFM TV le 1er juin, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait également indiqué : "C'est une mesure que l'on va faire."

Source: Le Monde

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

DURADUPIF 21/07/2012 16:42


Faciés de tous les pays regardez-vous ! Vos enemis ne sont pas loin, juste derrière votre miroir.

Yves IMBERT 14/07/2012 22:09


Les assocs  escrocs aux subventions faisaient peur à l'UMP alors bien entendu elles terrorisent le hollande des mosquées


@Marie claire Muller


La police est comme le reste des veaux hypnotisée par l'idéologie marxiste


Donc comme le corps enseignant elle est l' artisan de son propre malheur

Marie-claire Muller 13/07/2012 19:02


Allez y les gars!! ça va faire monter la mayonnaise et on aura la police a nos côtés