interview de Patrick Binder par Pierre Cassen de Riposte-Laïque

Publié le 29 Août 2012

Interview de Patrick Binder par Riposte Laïque 

Riposte Laïque : Les événements d’Amiens ont attiré l’attention, par la violence des affrontements, et le nombre de policiers blessés par balles. Pourtant, selon vous, à Mulhouse, ville dont vous êtes conseiller municipal, il se passe des choses aussi graves, depuis plusieurs semaines. Pouvez-vous nous expliquer la réalité de la situation ?

Patrick Binder : Ce que je qualifie de guérilla urbaine a démarré à Mulhouse le 30 juillet suite à un contrôle de Police  dans un des 4 quartiers à risques de Mulhouse. Le déchainement des bandes des différents quartiers aura duré jusqu’au 6 août inclus, puis épisodiquement dans un quartier puis dans un autre jusqu’au 17 août. Résultat : de nombreux incendies de poubelles et plus de 55 véhicules détruits (je rappelle que l’incendie volontaire de voiture est un acte criminel), destruction de l’entrée d’un collège (150.000 € de dégâts pour le Conseil Général, c’est-à-dire pour tous les contribuables Alsaciens !), destruction de distributeurs de tickets de tramway, destruction de mobiliers urbains, d’un véhicule de Police par jet de cocktail molotov. Sans compter les 10 représentants des forces de l’ordre blessés dans les affrontements. Il faut savoir qu’à Mulhouse, la Saint-Sylvestre c’est quasiment toute l’année. Il n’y a pas une semaine sans incendies de voitures, les agressions de patrouille de Police ou des pompiers sont organisées de manière régulière, les habitants des quartiers subissent au quotidien la LOI des bandes. Ces délits et crimes perpétrés dans les quartiers Bourtzwiller, Wolf-Wagner, Drouot et Coteaux sont le fait de Français de papiers, français d’origines étrangères dont on ne publie jamais les noms ! A Mulhouse, ces évènements durent depuis 20 ans et n’ont cessé de s’aggraver et de s’étendre à la quasi-totalité de la ville et des communes environnantes. Le phénomène de délinquance se déplace avec certaines populations !

Riposte Laïque : Mais comment expliquez-vous la discrétion des médias nationaux, sur ce qui s’apparente à des actes de guerre civile ?

Patrick Binder : La réponse nous l’avons obtenue le 15 août lorsque mon épouse s’est rendue sur les lieux d’un crime crapuleux d’une personne âgée de 75 ans dans un quartier de Mulhouse. Elle a rencontré des journalistes de RTL et Europe1. Elle en a profité pour leur demander pourquoi ils ne traitaient pas les évènements graves qui se déroulent dans notre ville depuis fin juillet. Leur réponse : « Notre rédaction ne souhaite pas traiter ces évènements en période estivale pour ne pas échauffer davantage les esprits». C’est très clair, il s’agit de cacher la vérité aux Mulhousiens, aux Alsaciens, aux Français. J’en conclus qu’il y a une réelle complicité politique, médiatique et judiciaire. Le maire de Mulhouse ne souhaitant pas une diffusion des évènements graves pour ne pas attiser la concurrence entre les différentes bandes de la ville. Car il s’agit bien de bandes par quartier qui rivalisent et dégradent par pure esprit de surenchère de territoire.

Riposte Laïque : Partagez-vous la formule d’Alain Rubin, qui, dans un article de Riposte laïque, évoque « des petits soldats d’une contre-révolution islamiste, en France » ?

Patrick Binder : Entièrement. Je suis sur le terrain chaque jour et j’ai même vécu en direct une nuit entière les évènements en suivant la Police et les pompiers sur le terrain. J’ai vu de près cette HAINE de ces individus à l’égard des forces de l’ordre, des pompiers… En fait de tout ce qui représente la France. Souvent très jeunes, j’ai pu constater combien ils haïssent notre culture. Les nombreux tags figurant sur des dizaines d’immeubles des quartiers traduisent leur pensée, leur refus de s’intégrer, leur rejet de notre modèle décadent de société que les prétendues élites UMPS leur proposent.

Les nombreux tags qu’on trouve dans le quartier prouvent la HAINE de ces individus à l’égard de la France, des institutions,…. : « C’est la guerre » – « Nik les CRS » – « Baize les Facho » – « A mort les porc » – « On vous tura sal flics » – « Mort au balance » – « Nik Sarko, Vive le Hollande » – « Nik la France Bande de pute » – « Baise la Bac, Nik la France » – « Bande 2 pute ! »……

Je suis convaincu que si ces populations étaient de confession chrétienne nous n’aurions pas ces problèmes. Dans l’islam il n’y a aucune place pour la laïcité !!!

Riposte Laïque : Bien que les violences n’aient pas commencé le 6 mai au soir, sentez-vous, à Mulhouse, que la victoire de François Hollande et de ses alliés a changé la situation, et que depuis, il y a une radicalisation ? Comment l’expliquez-vous ?

Patrick Binder : Les habitants des différents quartiers me confirment que depuis le 6 mai, les bandes agissent de plus en plus ouvertement. Très peu d’individus arrêtés et condamnés. De toute façon j’estime que le remplissage des prisons ne sert plus à rien. Ils nous coûtent en dégradations puis en frais de détention (70% de la population carcérale de Mulhouse est d’origine immigrée).

Riposte Laïque : Comment réagit la municipalité de Mulhouse, l’opposition, et le tissu associatif ?

Patrick Binder : La municipalité, mi-UMP, mi-socialiste, ne s’est pas beaucoup mouillée la chemise durant ces évènements, ni les deux Députés de droite, ni les Conseillers généraux de gauche. Mon épouse et moi avons été les deux seuls élus vraiment présents en dénonçant quotidiennement ces destructions et en demandant des comptes aux élus, au Préfet.

Ce que j’appelle le CLAN de l’UMPS porte une très lourde responsabilité dans ce qui se passe dans notre ville. Elus responsables, ils doivent payer la facture… C’est au PS et à l’UMP de payer les dégradations. Ce n’est pas au contribuable Mulhousien, Alsacien de payer la facture de cette guerre urbaine et son lot d’actes criminels. Ces élus devraient être condamnés à balayer chaque matin le quartier, à ramasser les détritus, à nettoyer les façades des immeubles. Ce sont eux qui devraient rembourser la collectivité et les propriétaires des véhicules incendiés, du collège saccagé et des heures de vol d’un hélicoptère de surveillance chaque nuit.

Les honnêtes Mulhousiens et les travailleurs peuvent légitimement se demander « comment » le Pouvoir peut encore tolérer de tels faits, « pourquoi » le gouvernement n’agit pas avec plus d’efficacité, « qui » au sein de la Justice fait preuve d’autant de complaisance et « quand » finalement l’on rétablira l’Ordre et la Loi ?

Riposte Laïque : Ne craignez-vous pas qu’excédés par l’impuissance des pouvoirs publics, et l’inertie de la municipalité, des citoyens, à bout, ne finissent pas s’organiser eux-mêmes, avec tous les risques que comportent de telles situations ?

Patrick Binder : Je me suis souvent posé la question : Devons-nous nous-mêmes organiser des milices d’auto-défense afin de protéger nos familles et nos biens, face à la défaillance des politiques à Mulhouse ? Si demain, ce type de guérilla urbaine devait éclater dans 200 quartiers de notre pays, les forces de l’ordre auraient besoin de l’aide de la population. Il y a donc urgence à créer une Garde Nationale par Région.

Riposte Laïque : La majorité des délinquants sont issus de l’immigration, mais nombre d’entre eux possède la nationalité française. Quelles solutions proposeriez-vous, si vous étiez au pouvoir ?

Patrick Binder : La déchéance de la nationalité française de tous les individus condamnés ainsi que de leur famille, la saisie des leurs biens pour payer les dégâts et l’expulsion de tous les membres de ces familles du territoire national.

Aujourd’hui il y a overdose. Il faut arrêter l’immigration. A Mulhouse, on ne compte pas moins de 110 nationalités ! Le corps social français est incapable d’intégrer une telle diversité. Continuer sur cette voie est criminel. C’est pourquoi, les élus qui auront participé à la destruction de notre société devront eux-aussi être jugés. Ils devront rendre des comptes.

Il faut revoir de fond en comble le Code de la Nationalité. En effet, la nationalité française doit s’hériter ou se mériter, le reste n’est que du vent….

Riposte Laïque : Pensez-vous que Mulhouse puisse redevenir, un jour, une ville tranquille, où il fait bon vivre, en toute sécurité ?

Patrick Binder : Oui, à condition que les Mulhousiens le veuillent. Nombre d’entre eux sont aujourd’hui totalement résignés. Mon objectif est de convaincre les habitants qu’ensemble nous pouvons donner un autre visage à notre ville car l’avenir appartient à ceux et celles qui s’engagent.

Je rassemble de plus en plus de personnes qui souhaitent agir pour sauver Mulhouse. Moi et mon épouse, entourée d’une toute nouvelle équipe, jeune, travaillons pour présenter une alternative politique afin de redresser la situation. Nous avons FOI en l’avenir même si la situation est dramatique.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

mgdej 29/08/2012 18:47


 sur les ondes... il a été dit qu'aucun policier n'avait été blessé par balles???