Pauvre Valérie Trierweiler

Publié le 9 Octobre 2012

3

Tribune libre de Robert Ménard*/ Nouvelles de France

Mes enfants sont à ma charge et je ne vois pas comment faire sans salaire. J’ai la larme à l’œil. Valérie Trierweiler vit des moments difficiles.

Comment s’en sortir quand votre mari – pardon, votre compagnon – a un job qui lui prend du temps, qu’il ne peut pas s’occuper des enfants, qu’il vient de voir son salaire amputé de 30% (et, en plus, à sa demande, c’est un comble) ?

Comment faire quand, pour des histoires compliquées, obscures de déontologie, de conflit d’intérêts, vous ne pouvez même plus aller piger dans une télé qui vous offre pourtant de réaliser deux magazines par an sur des questions humanitaires ? Il y a là, à n’en pas douter, une injustice qu’on se doit de dénoncer.

Ce que s’est empressée de faire Aurélie Filippetti, notre ministre de la Culture :

Je suis féministe, enfin j’encourage le travail des femmes, et donc je déplore que, pour cette femme en particulier, ce soit si difficile de pouvoir exercer son métier aujourd’hui.

Valérie contrainte de tourner en rond dans son bureau de l’Élysée au milieu de ses collaborateurs.

Valérie obligée de se sacrifier, de lâcher une carrière prometteuse.

Valérie contrainte à un mea culpa à propos de son tweet anti-Ségolène « C’était une erreur que je regrette (…) Cela ne se reproduira pas. »

Valérie, Cosette moderne, obligée d’accompagner l’épouse du secrétaire général de l’ONU à la Morgan Library and Museum et de se coltiner le défilé d’Yves Saint Laurent. Quelle tristesse ! Les trois millions de chômeurs, dont une bonne partie de femmes, doivent compatir.

Les mauvaises langues — dont je ne suis pas — s’interrogeront sur cette sortie de notre ministre de la Culture qui, comme chacun sait, n’a pas d’autres dossiers plus importants à traiter. Certains iront même jusqu’à s’interroger : et si notre Aurélie était un peu lèche-bottes ? (En plus et entre autres... Ndlr Gérard Brazon)

Que je sache, elle ne s’est guère mobilisée quand une autre égérie du socialiste triomphant, la pétillante Audrey Pulvar, s’est vue contrainte de quitter le service public. Vous me direz que depuis, Audrey, notre Michelle Obama française — comme elle aime se voir, toujours selon les mauvaises langues —, a trouvé un nouveau job. Qu’elle a gagné à la force du poignet, sur son seul talent, sans l’aide de personne.

Pauvre Valérie. Allez, encore une larme.

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières. Il vient de lancer le portail Boulevard Voltaire .

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

Banro 09/10/2012 18:57


"Mes enfants sont à ma charge et je ne vois pas comment faire ..." pour les empêcher de se droguer !



Heureusement que ce n'était pas le fils de Sarko...cela aurait fait les gros titres de tous les médias!
Merci aux Québécois article paru dans la presse Québécoise, mais totalement passé sous silence par tous les médias français sans exception...on peut dire qu'on est bien informés
!.....Hé, les médias français, savez vous qu'Internet existe ? Tiens donc !ÉTONNANT, PERSONNE N'EN PARLE ...TOUS LES MÉDIAS SONT MUETS !!!
Exclusif : le fils de Valérie Trierweiler a été arrêté par les forces de police pour avoir consommé de la drogue sur la voie publique.'L'’info, révélée par Staragora, n'a été reprise par aucun
journaliste français.
Deux poids deux mesures ? Cette affaire soulève aussi l'ambiguïté des liens entre la gauche française et la consommation de drogue. C’est à la sortie de son luxueux lycée (Claude Bernard, l’un
des plus réputés de la capitale) du 16e arrondissement de Paris (François Hollande n'’aime pas les riches, mais il se met en couple avec une sacrée bourgeoise !) que le fils de Valérie
Trierweiler, s’est fait attraper par des policiers, en train de fumer de la drogue. Quand on voit les déclarations et les propositions irresponsables de la gauche française quant à la
consommation de drogues censées être « douces », on imagine que le beau papa du jeune homme, François Hollande, aura surement trouvé le comportement de l’ado cool et branché.
Démagogie à tous les niveaux ? Si Hollande est encore flou sur ce sujet (comme sur tant d’'autres), le progressisme socialiste considère la dépénalisation des drogues dites douces comme une belle
évolution. Les Verts en veulent, Mélenchon aussi, le PS cédera. Valérie Trierweiler, une caricature de grosse bourgeoise post soixante-huitarde qui sacrifie l'’éducation de son enfant à
l’ascension de sa carrière ? Au point de se mettre en couple avec un présidentiable ? Du coup, le jeune, paumé, fume des pétards devant son lycée, comme un appel au secours. On voit bien que la
question des valeurs se pose plus que jamais. Dans leur vie privée comme dans leurs propositions politiques, les socialistes prouvent quotidiennement (DSK) leur nihilisme et leur rejet de toute «
valeur », notion fasciste et liberticide. Interdisez d'’interdire, jouissez sans entrave, mais ne vous étonnez pas de retrouver vos enfants drogués au poste de police.
Au delà de la question des valeurs, c’'est surtout celle du traitement médiatique qui interpelle ici. L'’affaire aurait pu causer du tort à Hollande, aucun journaliste ne l'a même évoquée.
Le fils de Nicolas Sarkozy envoie une tomate sur une policière et l’'ensemble des médias français relayent l’information. Une question sur le sujet est même posée au président de la République
dans l’émission de Michel Denisot, le Grand Journal. Le beau fils du candidat socialiste passe des heures au commissariat pour détention et consommation de drogue devant un établissement scolaire
et rien (même sur le web, personne n'’aborde le sujet). Pas un article, une dépêche ou un minimum d’information ne sort. Des médias muselés ?


Objet : Le fils de Valérie Trierweiler arrêté pour usage de drogue !Ça commence bien !

Banro 09/10/2012 18:37


"...qu’il vient de voir son salaire amputé de 30% " (Hollande)A ma connaissance son salaire n'a pas été diminué, la proposition a été rejetée par le Conseil
constitutionnel.

Banro 09/10/2012 18:31


"...qu’il vient de voir son salaire amputé de 30%" (Hollande)


A ma connaisance son salaire n'a pas été diminué, la proposition a été rejettée par le Conseil constitutionnel, mais CHUT ! Il ne faut pas le
dire. 

Claude Germain V 09/10/2012 17:21


Aurélie Filippetti  ,pour devier un peu du sujet ,tu es feministe ,mais pas tres feminine de par ton langage ,en plus
de ne pas etre tres feminine tu es moisie et rance..... ................... heu ? ,ce n'est pas de moi ce sont les mots que tu emploies ... toi !!!

DURADUBOL 09/10/2012 17:15


Sa famille, à notre connaissance informative, n'est et n'était pas, de loin, de trés loin, dans un besoin dont on ne sait trop de quoi !


Quand cessera cette bimbeloterie affligeante de celles et ceux qui, ont le pouvoir, l'argent et les femmes (et les hommes) et qui nous la joue Hugo et Zola. Peuple de France toujours aussi sympa,
à la lanterne il ne pendra plus personne et ce pour lontemps et heureusement.

LA GAULOISE 09/10/2012 16:37


Quelle manque de pudeur ! Alors qu'il y a tant de français qui ont moins de 900euros pour faire vivre une famille.