Persécution des chrétiens par les musulmans : Août 2012. Traduction Nancy Verdier

Publié le 21 Octobre 2012

 

Raymond Ibrahim1   photo 5281B

Par Raymond Ibrahim  
 Gatestone Institute 
7 Octobre 2012
                                                         


Traduction Nancy Verdier

 

 

Ils sont nombreux à être régulièrement persécutés par la loi islamique  sur le blasphème, mais un cas particulier a fait les manchettes de la presse au mois d’août: au Pakistan, une jeune fille chrétienne  de 14 ans, Rimsha Masih, a été arrêtée, accusée d’avoir brûlé  les pages d'un Coran. Lors d’émeutes,  des musulmans  (Rioting Muslims) ont détruit des maisons et des églises chrétiennes,  déchiré des Bibles  et cassé des croix, tout en réclamant la peine de mort pour la jeune fille. Parce que cette histoire a fait la une des grands médias, une vaste condamnation internationale (international condemnation caused ) a poussé les autorités pakistanaises à la libérer récemment, non pas en annulant la loi pakistanaise sur le blasphème, mais en trouvant une faille pour caractériser la jeune fille d’attardée mentale, un recours sans précédent formulé par un religieux musulman après examen. (La loi islamique ne s’applique pas aux  blasphémateurs jugés fragiles  mentalement) 

Comme cet incident a provoqué un déchaînement de violence généralisée contre les chrétiens du Pakistan, ceux-ci par milliers ont déserté leurs maisons et en sont dépossédés. Les chrétiens du quartier Rimsha, y compris les femmes et les enfants, ont fui dans les bois par crainte de représailles musulmanes ( fled into the woods in fear of Muslim retribution ), tandis que d'autres ont été expulsés de chez eux par leurs propriétaires musulmans. Quelques chrétiens dormant à même le sol à quelques kilomètres  des bâtiments du gouvernement pakistanais ont décidé d’y construire  une église pour en faire leur lieu d'habitation permanente. «Ici, ce n'est la maison de personne, la terre de personne. Laissez-nous vivre ici en toute sécurité», dit l'un. Et l’autre dit: «Nous avons dégagé cet endroit de nos mains, et nous y avons posé la première fondation d'une petite église.  Bien que ce soit une armature légère faite de branches d'arbres, c'est la maison sacrée de Dieu.  Elle doit être respectée... "

 

Avec un classement par thèmes et sans être exhaustive, la série d‘août des persécutions musulmanes envers les chrétiens  dans le monde entier, répertorie les évènements par pays et par ordre alphabétique mais pas nécessairement par ordre de gravité. 

 

 

Massacres du jihad et fuite des chrétiens

 


Irak: Ce que Carl Moeller, Président de Open Doors, qualifie de «religicide», (religicide ) est perpétré sans relâche dans cette nation libérée par les forces américaines depuis une décennie: «Les chrétiens dans des villes comme Bagdad et Mossoul sont happés  par le terrorisme.  Ils fuient en masse. Aujourd'hui [16 Août], il est fait état d’au moins 20 personnes tuées dans les attentats à la bombe et les fusillades à travers le pays. » Avant la chute de Saddam Hussein, vivaient à Mossoul  environ 75.000 chrétiens, dont  le nombre aujourd’hui  à  chuté à près de 25.000. Les maisons chrétiennes sont incendiées, des bombes sont placées dans leurs voitures, certaines familles  reçoivent des lettres de menaces leur enjoignant de quitter l'Irak sous peine d'être enlevés ou tués.

 

Côte-d'Ivoire: Au cours de la guerre civile, les rebelles musulmans « ont massacré des centaines et déplacé des dizaines de milliers» de partisans de Laurent Gbagbo, majoritairement chrétiens. ("massacred hundreds and displaced tens of thousands ").  Après ces attaques, leurs maisons  ayant été saisies par les rebelles, quelque 5.000 chrétiens de l’ethnie Guere  ont été contraints de fuir vers la brousse inhospitalière  et anarchique ou de se réfugier à la mission catholique de Duékoué. Le prêtre a indiqué que la mission a également été menacée par «une foule de jeunes en colère."

 

Mali: Au moins 200.000 chrétiens (200,000 Christians are fleeing) ont fui vers l'Algérie et la Mauritanie, pour trouver un refuge loin des terroristes islamistes liés à Al-Qaïda, devenus de plus en plus actifs dans les régions du nord du pays.

 

Nigeria:L'organisation terroriste islamiste Boko Haram [‘L'éducation occidentale est un péché’] a poursuivi son djihad [guerre sainte] pour purger le nord du Nigeria de tous les chrétiens. Dans un cas, des hommes armés ont tué un évangéliste de 57 ans d'une église pentecôtiste.  (gunmen murdered a 57-year-old evangelist ). Menacé un peu plus tôt, il avait dit: «Je laisse tout entre les mains de Dieu."

 

Syrie:Quelque 12.000 personnes (12,000 people) ont été bloquées dans la ville de Rableh à majorité chrétienne par les forces antigouvernementales. Celles-ci ont abattu plusieurs habitants qui tentaient de fuir  et ont refusé l'entrée de l'approvisionnement alimentaire et médical. Selon les rapports, les forces gouvernementales auraient chassé l'opposition dès le 24 Août. Les chrétiens auraient également reçu l’ultimatum de quitter les villes voisines de Qusayr et Homs, presque entièrement nettoyées de leurs  50,000-60,000 résidents chrétiens. Le secteur  à prédominance chrétienne d'Alep a également été touché par de violents combats au début du mois, et une voiture piégée a explosé dans la zone à prédominance chrétienne de Jaramana, dans la banlieue de Damas, au moment où «une foule de fidèles, des familles, des personnes âgées, femmes et enfants  se dirigeaient vers le cimetière pour enterrer deux jeunes gens qui étaient morts la veille, le 27  août, victimes elles aussi d'un IED. Douze personnes sont mortes (d'autres sources parlent de 27), dont cinq enfants, et 50 blessés. »
Par ailleurs, «une famille de chrétiens arméniens a été retrouvée assassinée, et tous les membres de la famille horriblement décapités.» (
all members of the family horribly decapitated)

 

 

Attaques d’églises

 


Azerbaïdjan: Les plus hautes cours d'appel ont confirmé la décision de fermer l'Eglise Greater Grace (l’Eglise de la Grâce Suprême)  (upheld the decision to close Greater Grace Church) , « la première communauté religieuse à être liquidée par une décision de justice depuis l’entrée en vigueur en 2009 d’une loi implacable sur les religions ».  L'église, inscrite au registre depuis 1993, a fourni un lieu de culte et un enseignement chrétien  pendant près de 20 ans, à une congrégation protestante de près de 500 âmes, qui était l'une des plus importantes du pays.

 

Indonésie: Deux églises ont été récemment fermées de force dans l'ouest de Java (Two churches were the latest to be forcibly closed ) : pour commencer,  une « grande tente » utilisée pour les offices de l'église St. Johannes Baptista à Bogor a été fermée par les autorités le 7 Août. La congrégation utilisait cette tente depuis 2006 à usage temporaire dans l’attente du permis de construire d’un édifice approprié dont la demande avait été faite en 2000. La police avait menacé de "détruire" la tente si les chrétiens persistaient à l'utiliser ; le dirigeant de l'église soupçonne que l'hostilité est liée à la croissance de la congrégation, qui compte maintenant près de 500 membres. Dans un deuxième temps, l’église protestante de Batak Karo à Bandung a été fermée par les manifestants qui ont affirmé que la congrégation avait préalablement accepté de ne pas utiliser le bâtiment, alors qu’il dispose de tous les permis nécessaires pour y tenir les offices religieux.

 

Kenya: Après qu’une bagarre eût éclaté entre les adeptes d'un religieux musulman décédé  et la police, une église près de la mosquée où l'enterrement avait lieu a été incendié, (was set on fire ) et une autre église a été attaquée. Par ailleurs, une autre église a été attaquée et pillée « par une foule armée » supposée  être des sympathisants de l'organisation terroriste al-Shabab. Au dire  du pasteur qui a assisté au pillage, «les assaillants armés de fusils ont pris d'assaut l'enceinte du bâtiment et ont immédiatement commencé à arracher les parements métalliques les uns après les autres et en un instant soixante plaques métalliques étaient enlevées. C’était terrible de voir les murs de l’église  tomber, mais je ne pouvais crier à l’aide parce que les assaillants m’auraient tiré dessus. Choqués et consternés, les soixante membres de la congrégation arrivés le lendemain pour l’office religieux ont  trouvé leur église en ruines. » La police avait été tenue au courant d’une menace d’attaque et des déclarations des musulmans  de la région, des choses comme : ‘nous ne voulons plus voir d’infidèles dans cette région’  (we do not want infidels in this area) mais ne fit rien. Ces dernières attaques  « sont survenues une semaine seulement après que les milices al-Shabab eurent lancé des grenades  dans l’église African Inland de Garissa dans l’est du Kenya, et eurent ouvert le feu sur l’assistance tuant 17 personnes, dont 15 fidèles. Des grenades ont également été lancées sur l’église catholique locale ». Plus de 14 églises ont été attaquées au Kenya depuis avril. (14 churches )

 

 

Nigeria: Des hommes armés, probablement liés à l'organisation djihadiste Boko Haram  « ont pris d'assaut l'église Deeper Life, où des  chrétiens  s’étaient rassemblés en prière. Au milieu de la célébration de l’office, ils cernèrent l’église  et ouvrirent le feu sur les fidèles  avec des fusils d'assaut AK-47 ». (opened fire with AK-47 assault rifles on the worshippers ). Au moins 19 d'entre eux furent tués, dont le pasteur. Le lendemain, une bombe non explosée a été découverte  à l'église Revival.

 

Syrie: Des hommes armés ont attaqué le monastère catholique de Mar Musa, qui date du 4ème siècle, (Gunmen attacked the Catholic monastery of Mar Musa ) et est situé au nord de Damas. Aucun des moines n’a été blessé, bien que le monastère fût, selon les mots du Père Dall'Oglio, "mis à sac", et que « des hommes armés ont volé tout ce qu'ils pouvaient voler», y compris les tracteurs et autres outils agricoles.

 

 

Apostasie, Blasphème, Prosélytisme

 

Egypte: Un chrétien accusé de diffamation contre l’islam a été arrêté (was arrested) à l’issue d’une plainte lui reprochant d'avoir publié son opinion et insulté Mahomet sur Facebook. Les insultes à l'islam et au prophète sont considérés comme des crimes en Egypte en vertu de l'article 98 (f) du Code pénal, qui stipule: «Le confinement, pour une période d'au moins six mois et n'excédant pas cinq ans ... sera donc la sanction infligée à quiconque fait usage de la religion pour la propagation, que ce soit par la parole, par écrit, ou par tout autre moyen, d’ idées extrêmes qui ont pour  but de ridiculiser, d’ inciter à la haine, ou d'insulter une religion céleste ou une secte et ses adeptes, ou de porter atteinte à l'unité nationale. "

 

Pakistan: Un drapeau pakistanais portant le nom de "Allah" s’était envolé par hasard depuis la propriété d'un chrétien jusqu’à celle d'un musulman lequel accusa les chrétiens d'avoir délibérément voulu blasphémer le nom de Dieu (blaspheme the name of Allah ). Cette accusation fut annoncée dans les mosquées locales, et provoqua la colère des musulmans qui furieux menacèrent d'incendier les maisons des 15 familles chrétiennes de la région.
En outre, un pasteur chrétien, qui avait prêché parmi les musulmans, dont certains avaient manifesté leur intérêt pour la conversion, a été menacé et par la suite enlevé.
(
threatened and subsequently kidnapped .)

 

Tanzanie: Une jeune fille de 17 ans, Eva Abdullah, qui avait abandonné l'islam trois ans plus tôt pour se convertir au christianisme, a été accusée de profaner le Coran et condamnée à deux ans de prison.(sentenced to two years in prison after being accused of desecrating the Quran)  Ses parents l'avaient reniée et "un groupe de radicaux» avait tenté de la «convaincre» de renoncer à sa foi chrétienne. Comme elle refusait, ils l'ont accusée à tort d'avoir profané le Coran.

 

Tunisie: Le parti islamiste  au pouvoir dans le pays a déposé un projet de loi pour criminaliser les infractions contre les «valeurs sacrées» ( sacred values ). Ces "crimes" conduiraient obligatoirement à  des peines de prison et à des amendes pour des infractions définies en termes généraux, comme des insultes ou des railleries envers  la «sainteté de la religion. » Entre autres, le projet de loi codifie aussi les niveaux d'infraction  aux sentiments religieux, parmi lesquels, les "insultes, les grossièretés, la dérision et la représentation d'Allah et de Mahomet."

 


Dhimmitude

[Mauvais traitements, Humiliation, and Suppression pour les non-Musulmans de la qualité de “citoyens tolérés”]

 

Egypte: les organisateurs du djihad soutenus par le pouvoir ont largué des tracts appelant les musulmans à tuer les chrétiens partout où ils les trouvent.( kill Christians wherever ). Les propriétaires de magasins vendant des icônes et des statues aux coptes chrétiens ont reçu des lettres de menaces.( received threatening letters.) Des"gangs" musulmans pillent et enlèvent des chrétiens contre rançon.
(
plundered and kidnapped for ransom ). Les islamistes de l'Assemblée constituante ont  exigé que les fonds de l'Église copte soient placés sous contrôle financier de l'Etat, une mesure catégoriquement rejetée par les Coptes: l'état en aucun manière ne finance  l'Église, même si les mosquées sont financées par les contribuables, y compris les chrétiens. Condamnant la proposition, le patriarche par intérim de l'Église orthodoxe copte a  dit que la demande n'avait qu'une seule signification: «que les Coptes sont clairement persécutés. »( Copts are clearly persecuted ). En dépit des promesses  d’une plus grande représentation des Coptes d'Egypte, le Président Morsi n’a pas tenu parole (Morsi broke his word) et n’a autorisé qu’un seul Copte, une femme, à représenter les chrétiens dans le cabinet nouvellement formé. (Les chrétiens constituant 10-14% de la nation) : « Nous nous attendions à une augmentation de la représentation des Coptes en particulier du fait de l’augmentation du  nombre des ministères qui est passé à 35, mais cette formation a ignoré tous les droits connus et les concepts de la citoyenneté », a déclaré le patriarche par intérim :" Il est injuste de traiter les Coptes de cette façon ". Lorsque l'Assemblée constituante d’Egypte a proposé une loi pour criminaliser « le travail forcé, l'esclavage, la traite des femmes et des enfants, le trafic des organes humains et le commerce du sexe», disposition  favorable aux  chrétiens, en particulier aux femmes, le parti islamiste a protesté. (Islamist party complained.)

 

 

Iran: Selon le journal Mohabat News, les autorités «ont soulevé des  accusations infondées contre cinq convertis au christianisme  arrêtés puis soumis à des  «pressions» et «des actes d’intimidation»  (falsely accusing them of desecrating the Quran ) dont de fausses accusations  de profanation du  Coran, et sont détenus pour une durée indéterminée. « Bien que leur situation soit encore floue six mois après leur arrestation, il ne fait aucun doute que le seul crime de ces chrétiens  est lié à leur foi en Jésus-Christ. »

 

 

Pakistan:  Onze infirmières stagiaires chrétiennes ont été empoisonnées par la présence de mercure dans leur thé. (poisoned with mercury in their tea).  On suppose que les femmes chrétiennes ont été la cible d’une  vengeance pour avoir bu du thé pendant que leurs collègues musulmans jeûnaient  durant le mois du Ramadan.
Et une chrétienne de 56 ans, a raconté au Club de la presse de Karachi  comment elle et sa famille avaient été réduites en esclavage, forcées de travailler sans salaire, torturées et battues.(
enslaved and forced to work without pay, and tortured and beaten). Des "seigneurs féodaux" musulmans la menacent, elle et toute sa famille élargie, avec, entre autres accusations, des accusations de blasphème: «S'il vous plaît, protégez-nous», a dit cette famille. « Nous ne voulons pas revenir en arrière.”

 

 

Arabie Saoudite:  Le dernier des 35 éthiopiens chrétiens  détenus depuis décembre, et arrêtés pour avoir tenu une réunion de prière dans une maison privée – a été renvoyé dans son pays: « Nous sommes rentrés chez nous sains et saufs », l'un des libérés a déclaré: «Nous pensons que nous avons été libérés à la suite des  pressions exercées par le CCI et d’autres organismes. Les autorités saoudiennes ne tolèrent aucune autre religion que l'islam. Ils considèrent que les non-musulmans sont des mécréants. Ils sont pleins de haine contre les non-musulmans. "They are full of hatred towards non-Muslims ."

 

 

Syrie: Un certain nombre de prêtres catholiques grecs melchites, dont l'archevêque, ont fui au Liban après le saccage de leurs bureaux. Selon l'Agence Fides, «des groupes non identifiés qui veulent nourrir une guerre religieuse (According to Fides) et faire glisser la population syrienne dans les conflits sectaires» ont attaqué le quartier chrétien de la vieille ville d'Alep. Un musée byzantin chrétien et un bureau de la foi chrétienne maronite ont également été endommagés.

 

 

Turquie: Le président du comité de l'éducation du Parlement accuse le gouvernement français de "semer les graines de la haine» (planting seeds of hate)  par sa volonté d’inclure le génocide arménien dans les livres d'histoire et de géographie utilisés dans les lycées français. L'Arménie, soutenue par de nombreux historiens, indique qu'environ 1,5 million d'Arméniens ont été tués dans ce qui est maintenant la Turquie orientale au cours de la Première Guerre mondiale par une politique délibérée de génocide ordonnée par le gouvernement ottoman.

 

 

Ouzbékistan: Une chrétienne de 26 ans, paralysée depuis l’enfance, et sa mère, ont été violemment agressées par six hommes armés de bâtons qui ont fait irruption dans leur maison à 4 heures du matin.  Les hommes ont fouillé la maison et confisqué des icônes, des bibles, des calendriers religieux et des livres de prières. Lorsque la femme paralysée furtivement a tenté de téléphoner  pour demander de l'aide, elle a été battue à nouveau. Ils furent tous emmenés au poste de police, et là il « fut proposé à la femme de se convertir à l’islam ». (offered to convert to Islam ). Elle refusa, et pour finir le juge «décida que les femmes avaient résisté à la police et avaient conservé à leur domicile  de la littérature religieuse interdite  et mené des activités missionnaires. Il les condamna  à une amende dont 20 mois de salaire minimum chacune."

 

A propos de cette série 

 

Parce que les persécutions des chrétiens dans le monde musulman se répandent comme une épidémie et atteignent un stade inquiétant, le domaine de recherche “Les persécutions des chrétiens par les musulmans” a été développé pour collecter certains – sinon tous – les exemples de persécutions subies par les chrétiens dans le monde.

Il répond à deux objectifs :

1. Donner l’information que les médias ne donnent pas sur ces atteintes et persécutions chroniques et habituelles subies par les chrétiens sous le joug musulman.

2. Montrer que ces persécutions ne sont pas des faits “isolés” mais qu’ils sont systématiques et reliés entre eux – avec une racine commune dans une vision du monde inspirée par la Charia.

En conséquence, toutes ces narrations de persécutions peuvent être ramenées à une seule et même rubrique : celle de la haine de l’église et des symboles chrétiens. Cette haine se décline sous formes d’abus sexuels de femmes chrétiennes, des conversions forcées à l’Islam, les lois contre l’apostasie et le blasphème qui criminalisent et punissent de mort ceux qui quittent ou “offensent” l’Islam; le vol et le pillage à la place de la Jizya (tribut attendu d’un citoyen de deuxième classe ou dhimmi) ; l’usage de la violence simple ou des homicides ou les deux réunis dans les meurtres violents. Et globalement, l’expectative entretenue chez les musulmans que tôt ou tard, tous les chrétiens finiront par se comporter comme un troupeau de dhimmis.

Le compte-rendu de ces persécutions recouvre différentes ethnies et cultures, différents langages dans des localités diverses – depuis l’ouest marocain jusqu’à l’est de l’Inde en traversant toutes les régions occidentales où il y a des musulmans. Il est clair qu’une seule chose relie tous ces évènements les uns aux autres : c’est l’Islam – dans la stricte application de la Charia ou dans la culture suprématiste qui en est issue.

Toute reproduction est libre de droit et même conseillée avec toutefois le signalement de l'auteur, Raymond Ibrahim, de la traductrice Nancy Verdier et du site www.gerard-brazon.com/ Merci d'avance 

Previous Reports

July, 2012

June, 2012

May, 2012

April, 2012

March, 2012

February, 2012

January, 2012

December, 2011

November, 2011

October, 2011

September, 2011

August, 2011

July, 2011

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article