Persécution des chrétiens par les musulmans : Mai 2012. Traduction Nancy Verdier

Publié le 17 Juillet 2012

par Raymond Ibrahim

Gatestone Institute   29 juin 2012 

 

 

                                   Traduction Nancy Verdier  photo 5281B

     

 

 

A l’inverse de nations qui - comme l’Arabie Saoudite - ont  éliminé toute trace de chrétienté, dans les pays musulmans  où subsistent d’importantes minorités chrétiennes,  des persécutions en nombre ont été  perpétrées durant tout le  mois de mai :

  • c’est le cas de l’Egypte, où les chrétiens ont été  ouvertement discriminés par les courts de justice,  et ce d’autant que le nouveau président a déclaré qu’il allait  "réaliser la conquête islamique de l’Egypte pour la deuxième fois et forcer tous les chrétiens à se convertir à l’islam ».(make all Christians convert to Islam);
  • c’est le cas de l’ Indonésie, où des musulmans ont jeté des pochettes d’urine sur des chrétiens en prière;
  • c’est le cas du Cashemire et de  Zanzibar, où des églises ont été incendiées;
  • c’est le cas du  Mali où la chrétienté est en phase d’éradication ( Christianity faces being eradicated )

Ailleurs en Afrique sub-saharienne – au Nigéria, Somalie, Kenya, Soudan, Côte d’Ivoire – partout où l’islam et la chrétienté se côtoient, des chrétiens sont tués, massacrés, décapités et même crucifiés.

 

Sans être exhaustive et classée par thèmes et non par ordre de gravité,  la somme des persécutions  infligées aux chrétiens par des musulmans  dans le monde entier fournit  les comptes-rendus suivants établis par ordre alphabétique et par pays. A noter qu’au titre des persécutions anti-chrétiennes,  le Pakistan s’est taillé la part du lion  au cours du mois de mai dernier,  et a droit à  un chapitre dédié couvrant un large spectre d’ exactions  – depuis les accusations d’apostasie, de  blasphème jusqu’aux viols et aux conversions forcées.  

 

  

Attaques d’églises

L’Indonésie a été le théâtre de plusieurs attaques d’églises :  

  • Une foule de 600 musulmans en délire  a jeté des pochettes d’urine, des pierres et des oeufs pourris sur la congrégation d’une église protestante qui s’apprêtait à célébrer le jour de l’Ascension. La foule musulmane a hurlé des insanités et menacé de tuer le Pasteur. (Muslims threw bags of urine, stones, and rotten eggs).  Aucun des agresseurs n’a été arrêté.  
    La paroisse  avait demandé un  permis de construire pour une chapelle cinq ans plus tôt.  Sous la pression des musulmans de la région, l’administration  locale avait exigé la fermeture de l’église en décembre 2009, bien que la Cour Suprême eût contesté cette décision, arguant que l’église était éligible pour ce permis. Passant outre, les musulmans  et les autorités locales avaient exigé la fermeture de l’église.
  • A la suite de protestations  "de groupes radicaux dont les Défenseurs du Front Islamique " près de 20 lieux de prières chrétiens ont été  mis  sous scellés  (20 Christian houses of worship were sealed off ) par les autorités  au prétexte   "qu’il n’existait pas de permis." Les autorités ont précisé qu’une seule église serait construite  pour permettre aux 20 000 chrétiens de la région de pratiquer leur culte.
  • Le maire musulman qui illégalement avait mis les scellés sur l’église assiégée GKI Yasmin, forçant les fidèles  à prier dans les rues, a accepté sa réouverture – mais à la condition qu’une mosquée soit construite tout à côté ( only if a mosque is built next door) , pour s’assurer de la bonne conduite de l’église. « Outre ce désaccord avec le maire, l’église a été confrontée à l’hostilité  des musulmans locaux  (hostility from local Muslims) , qui s’étaient massés  contre les fidèles, pour leur interdire l’accès à  la rue  où se situait l’église, perturbant les services en plein air.   La réconciliation avec les chrétiens n’est pas pour demain »

 

  • France: Juste avant le début de la messe "quatre jeunes de14 à 18 ans, firent  irruption dans l’église St. Joseph (Carcassonne), et lancèrent  des pierres  sur les 150 fidèles présents au service religieux. »( launching handfuls of pebbles at 150 faithful present at the service ).  Ils furent chassés des lieux, mais les “paroissiens dont  beaucoup étaient des personnes âgées furent grandement choqués par ces marques d’irrespect de ces jeunes d’origine nord-africaine.”

 

  • Cachemire: Une église catholique entièrement en bois a été partiellement détruite après avoir été  attaquée et incendiée par des inconnus. (set it on fire)  "Cette affaire n’est pas un cas isolé" a dit le président du Concile mondial des chrétiens de l’Inde et fait suite  "aux persécutions  d’un pasteur qui avait baptisé des musulmans "
    Par ces manifestations, la communauté musulmane essaient d’intimider la minorité chrétienne "

 

  • Koweit: Deux mois après que le Grand Mufti d’Arabie Saoudite   en réponse à une question  sur la présence d’églises au  Koweit, eût décrété que toutes les églises de la région devaient être détruites ( all regional churches must be destroyed), des maisons privées tenant lieu d’églises pour  des étrangers occidentaux furent la cible d’attaques( are being targeted) . Une  congrégation fut évincée  sans explication  "d’une villa privée servant de lieu de culte  depuis sept ans”; une autre villa fut sommée de payer « une amende  exorbitante chaque mois pour utiliser le local qu’elle avait pris en location … Les dirigeants de l’église décidèrent de déménager plutôt que d’entrer en  discussion ”

 

  • Zanzibar: Des centaines de musulmans ont mis le feu à deux églises  (Hundreds of Muslims set two churches on fire ) et se sont heurtés aux forces de police  alors qu’ils  manifestaient contre l’arrestation d’un des leurs, chef d’un mouvement islamiste  - l’Association de Mobilisation pour l’Islam et sa  Propagation. Puis le groupe a fait une déclaration dans laquelle il niait toute implication  dans un quelconque acte répréhensible.

 

 

Pakistan: Apostasie, Blasphème, Viol, Conversions forcées et  Oppression


  • Un jeune chrétien de 20 ans a été  arrêté sous  l’accusation de “blasphème” (Christian man was arrested and charged with "blasphemy")  - un crime “punissable d’une peine de prison à vie”  - parce que des musulmans  plein de ressentiment  l’avaient accusé d’avoir brûlé un Coran après une partie de billard. Les musulmans  n’avaient eu de cesse de le harceler et de le menacer, ce à quoi le jeune chrétien “ les avais mis au défi d’agir comme ils voulaient, et s’était éloigné ».  Plusieurs jours après vint l’accusation et l’arrestation, ce qui  provoqua des émeutes dans la population musulmane et créa “la panique parmi les chrétiens” qui “quittèrent leurs maisons, anticipant des épreuves violentes ».  
  • Il y a deux ans, un musulman qui s’était converti  au christianisme et s’en était confié  à son épouse fut  maltraité, dénoncé par elle, (abused and exposed him) , et  sauvagement battu. "Personne ne voulait me laisser vivre la vie que j’avais choisie, celle d’un chrétien. Ils disent que l’islam n’est pas une religion contraignante, mais personne  n’a été capable de me dire pourquoi les musulmans insatisfaits de cette religion sont passibles de la peine capitale."  Pour finir, il divorça, s’enfuit et se remaria à une chrétienne. A présent que sa nouvelle résidence a été découverte,  sa famille  réitère les menaces contre lui.  Selon sa femme : « Tous les deux jours nous recevons des appels téléphoniques menaçants…Ils lui demandent à présent  de nous abandonner et de renoncer  au christianisme, sinon ils le menacent de mort et de me tuer, moi et notre enfant. » 
  • Un nouveau rapport estime qu’ "en moyenne huit chrétiens sur dix sont forcés chaque mois par des fanatiques islamistes de se convertir à l’islam.  (forced every month by fanatic Muslims to convert to Islam) , principalement dans les provinces du Sindh et du Punjab. Les victimes de ces conversions forcées sont souvent des filles de familles pauvres qui sont soumises  à des supplices, tortures et traitements traumatisants. La plupart sont très  vulnérables  et incapables de se défendre  contre ces fanatiques parce que leur communauté est privée de tout, sans défense  et marginalisée. Les  chrétiens qui  constituent  à peine deux pour cent  de la population pakistanaise  payent un prix très lourd  leur appartenance à  une communauté minoritaire."

Plusieurs cas illustrant cette situation ont eu lieu au mois de mai :

 

  • Une bande de musulmans a sauvagement agressé une jeune femme chrétienne enceinte  pour la contraindre  d’abandonner la plainte  qu’elle avait déposée contre eux pour le viol de sa nièce âgée de 13 ans. Les coups sauvages ont  provoqué la fausse-couche de la femme chrétienne et la mort de ses deux jumelles,( a band of Muslims severely beat a pregnant Christian woman causing her to lose female twins to miscarriage) . Les violeurs firent irruption  au domicile  de cette famille chrétienne tandis  que tous les hommes  étaient partis au travail et se mirent à frapper la jeune femme sans merci.  "Ils ont assassiné nos enfants et  violé notre fille. Il ne nous reste plus rien » se lamentait un des membres de la famille. Comme d’habitude la police  ne prêta nulle attention à l’une ou l’autre des affaires – ni à la mineure chrétienne violée, ni à sa famille violentée.  
  • Une jeune chrétienne de 14 ans fut enlevée et forcée de se convertir à l’islam   (A14-year-old Christian girl was abducted and forced to convert to Islam)  par son oncle qui s’était au préalable converti. La police pakistanaise refusa de la faire libérer en affirmant qu’elle s’était convertie de son plein gré. Selon son père : «  Après s’être converti, mon frère s’est mis à conspirer contre notre famille et a kidnappé Marie sournoisement ».
  • L’enquête sur le meurtre du seul chrétien membre  d’un cabinet ministériel  ( murder of the nation's only cabinet-level Christian) , Shahbaz Bhatti, s’est embourbée dans un contexte de probables dissimulations. Des investigations sans suite, une  série de suspects libérés, et un manque  de coordination entre les organismes chargés de faire respecter la loi ont laissé le dossier au point mort  après l’assassinat le 2 mars 2011 du ministre fédéral pour les minorités lequel était un adversaire de la loi sur le blasphème et à ce titre a été visé par ceux qui  au Pakistan  défendent cette loi..
  • Les chrétiens sont menacés et maltraités (Christians are being threatened and abused) parce qu’ils essaient de sauvegarder les tombes communautaires qu’ils possèdent depuis 1947.  Sans produire de preuve, un officier musulman retraité a prétendu avoir « récemment découvert » qu’il était propriétaire du terrain sur lequel il a déjà construit un mur de séparation qui réduit le cimetière des deux tiers et il a annoncé qu’il comptait  transformer le terrain récupéré en terre agricole. La police, comme d’habitude n’a pas daigné  s’immiscer dans cette affaire.

 

 

Dhimmitude

[Mauvais traitements, Humiliation, and Suppression pour les non-Musulmans de la qualité de “citoyens tolérés”]

 

  • Egypte:  
  • Une décision de justice (court verdict)  qui était critiquée par un grand nombre d’associations de défense des droits de l’homme  comme étant "incroyable" et  "extrêmement dure " envers les chrétiens a été prise en fonction de la religion : Les douze chrétiens furent tous condamnés à la prison à vie, tandis que les huit musulmans  —dont certains avaient mis le feu à presque  60 maisons chrétiennes —furent  tous acquittés, sous un tonnerre de hurlements "Allahu Akbar!" dans l’enceinte même du tribunal.
  • Un autre juge musulman  en Haute Egypte  annula toutes les accusations contre un  groupe de musulmans qui terrorisaient un chrétien et sa famille depuis un an. Ils avaient été  jusqu’à  lui couper une oreille lors d’une attaque au couteau, en tentant de le convertir de force à l’islam, après « l’avoir accusé faussement » d’avoir une aventure amoureuse avec une femme musulmane. (Muslims who terrorized a Christian man).
  • Et un nouveau reportage (a new report)  décrit le sort des jeunes filles coptes: "des centaines de jeunes filles chrétiennes …ont été kidnappées,  forcées de se convertir à l’islam  et forcées à se marier en Egypte. Ces  incidents sont souvent  accompagnés d’actes de  violence, dont le viol,  des tabassages, et autres formes de brutalités physiques et mentales."

 

 

  • Erythrée: Des activistes lors d’une manifestation de protestations devant l’ambassade  d’Erythrée à Londres ont révélé que  "quelque 2000 à 3000 chrétiens sont actuellement détenus  en Erythrée ( 2,000 to 3,000 Christians are currently detained in Eritrea ) sans charges retenues contre eux, ni aucun procès en vue…. … « On sait que plusieurs chrétiens sont morts dans des camps de prisonniers  connus de tous et des milliers d’Erythréens fuient leur pays chaque année, certains tombant aux mains de trafiquants  sans vergogne. Ils  sont détenus en otage et torturés dans des camps dans le désert du Sinaï et soumis à des rançons exorbitantes ou l’ablation forcée d’organes ".

 

  • Ethiopie: Un  chrétien accusé d’avoir “souillé le Coran” ("desecrating the Koran ") a passé deux ans en prison  où il a été maltraité et soumis à des pressions pour se convertir à l’islam et est depuis paralysé.  De retour à son domicile, il apprend  que ses deux jeunes enfants ont été kidnappés par des voisins musulmans : « Ma vie est ruinée – J’ai perdu ma maison, mes enfants, ma santé. Je suis sans domicile et je suis infirme.”

 

  • Grèce: Abet Hasman, le député maire de Patras, récemment décédé a laissé un message  destiné à être révélé uniquement dans sa nécrologie :  bien que né de parents musulmans en Jordanie il a été secrètement baptisé chrétien ("secretly baptized ") (faisant la démonstration que certains musulmans  convertis au christianisme et conscients des conséquences néfastes de l’apostasie, optent pour le secret).

 

  • Indonésie: Un quartier majoritairement chrétien a été attaqué durant plusieurs jours par des “inconnus” qui ont mis le feu aux maisons et aux voitures.   ( Christian neighborhood was attacked ). Des dizaines de familles chrétiennes ont fui leurs domiciles, "beaucoup craignant l’implication de groupes islamistes »

 

  • Iran
  • L’avocat de  Youssef  Nadarkhani—le Pasteur chrétien emprisonné qui attend son exécution pour apostasie —fut lui-même condamné pour son oeuvre de défense des droits de l’homme ("convicted for his work defending human rights) et s’apprête  à purger sa peine de neuf ans dans un avenir proche.
  • Dans une lettre qui lui est attribuée Youssef Nadarkhani  a écrit depuis sa prison (imprisoned pastor) : "Je me soumets à la volonté de Dieu...et je considère  que c’est le jour de l’examen et de jugement de ma foi…de telle sorte que je peux prouver ma loyauté  et ma sincérité à Dieu".
  • Un autre éminent Pasteur d’une église privée, Behnam Irani, demeure incarcéré bien que sa famille exprime son inquiétude de le voir mourir à cause des maltraitances et des coups violents qu’il reçoit en permanence  (continued abuse and beatings) , et qui lui ont  occasionné des hémorragies internes et d’autres affections; les autorités refusent de lui donner un traitement médical.

 

  • Jordanie: L’agence jordanienne, de la banque islamique de Dubaï a décrété que tout le personnel féminin devait porter le hijab, le voile islamique, (decreed that all females must wear the hijab), et que les réfractaires seraient  licenciées.  Celles qui refusèrent d’obtempérer, dont  une majorité de chrétiennes  et en particulier une chrétienne qui travaillait là depuis 27 ans, ont été renvoyées. On suspecte que cette nouvelle ligne politique a été mise en place pour viser et éliminer les employées chrétiennes, puisque ce sont elles qui sont essentiellement susceptibles de rejeter le port du hijab.

 

  • Liban: Une femme de 24 ans, la fille d’un imam Shiite, qui avait été "physiquement et  psychologiquement torturée par son père pour s’être convertie au christianisme (tortured by her father for converting to Christianity)  il y a trois ans, " est parvenue à s’échapper et à se faire baptiser par un prêtre chrétien – lequel  fut enlevé et interrogé pour qu’il avoue le lieu de résidence de la jeune femme renégate. Dans la foulée et en relation avec cet épisode,  des attaquants musulmans firent feu sur la maison d’un autre prêtre et sur une église. Comme l’exprime  si bien le prélat de la région : Ceci “fait partie d’une escalade de la violence programmée contre les catholiques locaux”.

 

  • Macédoine: Après l’arrestation de musulmans en relation avec une "série de meurtres de chrétiens" des milliers de musulmans sont descendus manifester dans les rues après les prières du vendredi , en hurlant des slogans comme  "mort aux chrétiens "(death to Christians)  et appelant au "jihad."

 

  • Mali: Depuis que le gouvernement a été  renversé par un coup d’état   "l’église du  Mali menace d’être éradiquée”  (Christianity faces being eradicated)  en particulier dans le nord "où les rebelles veulent établir un état islamiste indépendant et évincer les chrétiens…….Les maisons ont été fouillées une par une pour débusquer les chrétiens qui pouvaient se cacher, les bien de l’église et des chrétiens ont été volés et vandalisés, et les gens torturés pour qu’ils révèlent des parents chrétiens "

 

  • Nigeria: Des musulmans armés ont incendié une maison dans un village chrétien et ont ensuite ouvert le feu sur tous ceux qui essayaient de s’échapper de cet enfer (opened fire on all who tried to escape the inferno) , tuant au moins sept personnes et en blessant d’autres en nombre. Un exemple d’attaque sur les dizaines perpétrées  contre les chrétiens.

 

  • Soudan: Sans raison, les responsables de la sécurité ont fermé  les bureaux régionaux du Conseil Soudanais des Eglises ainsi qu’une clinique indispensable aux soins des pauvres; les membres du personnel ont été arrêtés et emmenés en des lieux non divulgués: "Leurs familles vivent dans l’angoisse et dans l’incertitude de leurs sorts"

 

 

  • Ouzbekistan: La police a fait une descente lors d’une assemblée  dans une maison protestante  au prétexte  "qu’une  bombe était cachée." Aucune bombe ne fut trouvée et seule la littérature chrétienne fut confisquée (Christian literature which was confiscated) . Plus tard 14 membres  de cette congrégation  qui n’avait pas été déclarée comme lieu de prières furent lourdement condamnés à des peines d’amende, l’équivalent de 10 à 60 fois un mois de salaire – tout cela pour  "une réunion non religieuse en un lieu privé". Entre février et avril,  28 protestants ont du payer des amendes  et 4 ont reçu des avertissements  tandis que 3 baptistes étaient aussi obligés de payer une amende   pour ne pas avoir déclaré leurs Bibles personnelles  alors qu’ils traversaient la frontière depuis le  Kazakhstan jusqu’en  Ouzbekistan. Les amendes et les avertissements étaient accompagnés de confiscation de la littérature religieuse.

 

 

A propos de cette série 

 

Parce que les persécutions des chrétiens dans le monde musulman se répandent comme une épidémie et atteignent un stade inquiétant, le domaine de recherche “Les persécutions des chrétiens par les musulmans” a été développé pour collecter certains – sinon tous – les exemples de persécutions subies par les chrétiens dans le monde.

Il répond à deux objectifs :

 

1. Donner l’information que les médias ne donnent pas sur ces atteintes et persécutions chroniques et habituelles subies par les chrétiens sous le joug musulman.

2. Montrer que ces persécutions ne sont pas des faits “isolés” mais qu’ils sont systématiques et reliés entre eux – avec une racine commune dans une vision du monde inspirée par la Charia.

 

En conséquence, toutes ces narrations de persécutions peuvent être ramenées à une seule et même rubrique : celle de la haine de l’église et des symboles chrétiens. Cette haine se décline sous formes d’abus sexuels de femmes chrétiennes, des conversions forcées à l’Islam, les lois contre l’apostasie et le blasphème qui criminalisent et punissent de mort ceux qui quittent ou “offensent” l’Islam; le vol et le pillage à la place de la Jizya (tribut attendu d’un citoyen de deuxième classe ou dhimmi) ; l’usage de la violence simple ou des homicides ou les deux réunis dans les meurtres violents. Et globalement, l’expectative entretenue chez les musulmans que tôt ou tard, tous les chrétiens finiront par se comporter comme un troupeau de dhimmis.

Le compte-rendu de ces persécutions recouvre différentes ethnies et cultures, différents langages dans des localités diverses – depuis l’ouest marocain jusqu’à l’est de l’Inde en traversant toutes les régions occidentales où il y a des musulmans. Il est clair qu’une seule chose relie tous ces évènements les uns aux autres : c’est l’Islam – dans la stricte application de la Charia ou dans la culture suprématiste qui en est issue.

 

Cette traduction est copiable et diffusable dans le respect en indiquant le nom de la traductrice, Nancy VERDIER ainsi que celui du site : "www.gerard-brazon.com"

 

Previous Reports

April, 2012 

March, 2012

February, 2012

January, 2012

December, 2011

November, 2011

October, 2011

September, 2011

August, 2011

July, 2011

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article