Pétition : Pas de minarets en Alsace..!!!

Publié le 26 Novembre 2012

 

Signez l’appel contre les minarets en Alsace

Les paysages de notre région sont en train de se transformer. Les projets de mosquée se multiplient.

Depuis plusieurs années, les responsables politiques alsaciens, comme emportés dans une folle surenchère, n’osent plus rien refuser aux communautés musulmanes installées en Alsace et donnent suite à toutes leurs demandes. Et voilà où nous en sommes arrivés aujourd’hui :

  • la plus grande mosquée de France, mosquée marocaine, a été inaugurée en septembre 2012 à Strasbourg, en grande pompe, en présence des représentants des pays financeurs, l’Arabie Saoudite, le Koweit, le Maroc.
  • le premier cimetière public musulman en France vient d’être ouvert… en Alsace, au Sud de Strasbourg.
  • l’organisation turco-islamique Ditib ouvre à Strasbourg une faculté de théologie islamique et un centre de formations d’imams.
  • le nombre de cantines scolaires servant des repas halal ne cesse d’augmenter dans notre région.
  • à Mulhouse, la grande mosquée An-Nour, qui coûtera encore plus que cher que celle de Strasbourg, est en chantier alors que le plan de financement n’est pas bouclé ; l’Association des musulmans d’Alsace, qui porte le projet, veut un minaret.
  • d’autres projets, de plus en plus nombreux, sont en cours d’instruction dans toute l’Alsace.

Tous ces projets ont pu voir le jour parce qu’ils ont été soutenus et financés par les municipalités concernées, le Conseil régional, les Conseils générauxTout cela se passe sans que les Alsaciens aient été consultés.

Certains maires n’hésitent pas à modifier des règles d’urbanisme d’intérêt général au profit d’intérêts particuliers, ceux des communautés musulmanes. Parmi les élus alsaciens, il en est même qui osent invoquer le Concordat pour justifier les faveurs qu’ils accordent aux musulmans. Invoquer le régime concordataire est une tromperie, car le Concordat ne concerne que les cultes catholique, protestants et juif. Le Concordat date du début du 19è siècle, époque où il n’y avait pas de musulmans en France.

Il y a même des élus qui ont déclaré officiellement vouloir rendre l’islam encore plus visible en Alsace. Comme s’il ne l’était pas déjà assez ! Des projets de construction de minarets sont en cours d’étude pour plusieurs mosquées.

Les Alsaciens, dans leur immense majorité, ne veulent pas que l’islam devienne plus visible, ils ne veulent pas que des minarets surgissent dans nos quartiers urbains et dans nos paysages de vignes et de clochers, sur notre terre de tradition rhénane et humaniste.

Disons NON aux minarets en Alsace !

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons de signer cet appel qui sera adressé à 

- Philippe Richert, président du Conseil régional d’Alsace
- Charles Buttner, président du Conseil général du Haut-Rhin
- Guy-Dominique Kennel, président du Conseil général du Bas-Rhin
- Roland Ries, maire de Strasbourg,

- Gilbert Meyer, maire de Colmar,
- Jean Rottner, maire de Mulhouse,
ainsi qu’à tous les parlementaires alsaciens.
 

Appel contre les minarets en Alsace

 
 
 
* requis
8,715 signatures
Partager avec vos amis :
 

CONFIDENTIALITÉ GARANTIE : Votre courriel et vos coordonnées sont strictement confidentiels et ne seront, en aucun cas, transmis à des tiers.
 

 

Collectif contre les minarets en Alsace
Mouvement Régionaliste Alsacien Alsace d’Abord
BP 60291  F-67008 Strasbourg Cedex
www.alsacedabord.org

 Pour nous aider dans l’organisation et la mise en oeuvre de nos actions,
vous pouvez faire un don en ligne ou envoyer votre don à l’adresse ci-dessus.

 

Merci de diffuser largement cette pétition auprès de vos amis
 
Email de votre ami
Votre Message
Entrer le code de sécurité ci dessous

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Marie-claire Muller 26/11/2012 16:30


Les DNA comme Sud OUEST en passant par d'autres feuilles de chou de gauche comme de droite encensent tout ce qui est mahométan et stigmatisent les résistants(à croire qu'ils ont une prime pour
agir ainsi)Toujours en Alsace:


L’Alsace, les DNA, les musulmans


Publié le 9 octobre 2012


Que se passe-t-il aux Dernières Nouvelles d’Alsace ?


Le quotidien régional qui, comme le Journal l’Alsace, est désormais contrôlé par le Crédit Mutuel, avait habitué ses lecteurs à plus de modération. Certes, la rédaction du journal soutient depuis
des années tous les projets en faveurs des différentes communautés musulmanes, mais avec un minimum de sobriété. À l’occasion de l’inauguration de la grande mosquée marocaine au quartier du
Heyritz à Strasbourg, les digues ont cédé et, pendant des semaines, les journalistes, rivalisant dans la dithyrambe, ont offert à leurs lecteurs des pages entières consacrées à l’islam, aux
mosquées, aux imams. Parfois plusieurs pages le même jour.


 


 


Des lecteurs se désabonnent ?


 


 


Certains veulent y voir la main du nouveau propriétaire, le Crédit Mutuel. Mais cette explication ne tient pas, car la banque régionale n’y a aucun intérêt. Il faut plutôt y voir les effets d’une
équipe de rédaction qui n’est plus encadrée. En tout cas, il n’est pas nécessaire d’être devin pour comprendre que la course aux désabonnements va s’accélérer. En cette période de crise, le
journal peut-il se payer le luxe de perdre des abonnés ? Il faut souhaiter que l’actionnaire principal de quotidien s’inquiète du devenir des DNA, tout en respectant bien sûr l’indépendance de la
rédaction. Les Alsaciens sont attachés à leurs quotidiens régionaux dont ils reconnaissent les qualités, mais ils sont de plus en plus nombreux à être excédés par  l’orientation générale de
plus en plus marquée sur les questions sociétales et religieuses.




Première de couverture des DNA du 28 septembre 2012, le lendemain de la cérémonie d’inauguration de la grande mosquée marocaine à Strasbourg. En gros titre “Un rêve devenu mosquée”. Rêve de qui
? En tout cas pas le rêve des Alsaciens.



 




“Mosquée républicaine”, indique le journaliste. Qu’est-ce qu’une mosquée républicaine ? Une mosquée financée par l’Arabie saoudite, le Koweit et le Maroc, trois pays qui ne sont pas des
républiques ?



 




Peu d’Alsaciens savent que les responsables catholiques, protestants et juifs de notre région ont leur part de responsabilité dans la construction de la mosquée marocaine. Que feront-ils quand
les Turcs et les Algériens demanderont eux aussi leur grande mosquée ?



 





 




L’idée d’une mosquée monumentale était l’idée de Catherine Trautmann, de Roland Ries et de quelques notables.








Le 26 septembre 2012 : une pleine page d’articles louangeurs sur plusieurs projets de mosquées en Alsace



 





 


 


 







À Metz un projet de mosquée fait actuellement l’objet de débats.
La presse locale, moins consensuelle, rend compte de tous les points de vue.



 


 


 


 

Marie-claire Muller 26/11/2012 16:16


L'association" l'Alsace d'abord" est à l'oeuvre en Alsace et le Président David Heckel est le fils de mes amis!!.Les habitants de Herstein résistent contre la construction d'une mosquée turc
,projet défendu par le maire dhimmi(un de plus)La France,notre Pays est vendu par ses élus et ceci dans chaque ville!!PEUPLE DE FRANCE LEVE TOI!!!!!!!:


 


Erstein : le maire n’aura pas sa mosquée


Publié le 29 octobre 2012


Le maire d’Erstein, Jean-Marc Willer, également conseiller régional élu en 2010 sur la liste PS, a la tête des mauvais jours depuis qu’il a appris, le jeudi 25 octobre dernier,
l’échec de sa tentative d’imposer une mosquée aux habitants du quartier résidentiel du Bruhly.


 


Et pourtant, Jean-Marc Willer la voulait, sa mosquée. In’a pas ménagé sa peine, ni lésiné sur les manœuvres dilatoires et les mesures autoritaires pour imposer aux habitants de ce quartier
résidentiel l’installation d’une mosquée et d’un centre culturel turcs.


 




La mosquée et le centre culturel turcs



Revenons au printemps 2009. Le maire annonce aux habitants du lotissement l’ouverture prochaine d’une épicerie à l’emplacement de l’ancienne petite COOP  située en face de l’école du
Briehly, à la satisfaction de tous, les gens étant ravis d’avoir à nouveau un commerce de proximité près de chez eux.


 


Mais la réalité est tout autre. En effet, fin octobre 2009, le maire prévient les habitants par courrier qu’un projet d’aménagement d’un lieu de culte musulman remplacera le projet d’épicerie. La
réunion publique qui a eu lieu le 6 novembre 2009 était tout sauf une réunion de concertation. Le maire Jean-Marc Willer a refusé de tenir compte de l’avis des riverains, il s’est contenté
d’expliquer qu’outre un lieu de culte, les Turcs disposeraient aussi en cet endroit d’une salle de danse et de musique. Comment un maire peut-il se soucier si peu de l’avis des habitants ?
Et pourtant il était évident que les problèmes de stationnement et de circulation étaient réels.



 Quand les citoyens décident de ne pas se laisser faire, ils peuvent empêcher la construction d’une mosquée dans leur quartier ou dans leur ville.



 


Le maire passe en force 


 




Les voitures et les camionnettes encombrent les rues du quartier



Jean-Marc Willer a voulu passer en force et a délivré en octobre 2010 un permis de construire mal ficelé. S’estimant certainement au-dessus des lois, il n’a respecté ni les règles des
Établissements recevant du public (ERP), ni le Plan d’occupation du sol.


 


Mal lui en a pris. Les habitants ne se sont pas laissés faire. Réunis dans l’association “Bien vivre au Mittelholz“, ils ont déposé un recours contre le permis et ont confié le dossier à Me
Pierre-Marie Bonneau, avocat au barreau de Toulouse. Le 13 septembre 2012, le Tribunal administratif a annulé le permis de construire. Le maire s’obstine et fait appel.


 


Occupation illégale ?


 


Chose étrange, pendant toute la durée de l’instruction du recours, l’association turque d’Erstein poursuit les travaux, et continue d’occuper les locaux. On peut se poser la question de savoir si
les membres de l’association ont juridiquement le droit d’occuper les lieux, depuis que le tribunal de Nancy a définitivement annulé le permis. Cette occupation est-elle légale ?  C’est
du moins ce qu’affirme le maire avec beaucoup d’aplomb. Un arrêté municipal autorisant l’exploitation de cet ERP a-t-il été délivré ? En fait, l’occupation n’est pas légale. Mais le maire se
garde bien de faire dresser un procès-verbal. Les Ersteinois qui doivent payer des contraventions pour un simple dépassement de temps de stationnement apprécieront moyennement.


 


En tout cas, l’occupation des lieux a permis de se faire une idée des conséquences et des nuisances : stationnement encombré en face des deux écoles maternelles, stationnement en double file
et sur le trottoir, rassemblement de scooters et cyclomoteurs sur le terrain de jeux d’en face, installation de tables et chaises sur le trottoir, occupation bruyante tardive parfois jusqu’à
trois heures du matin, etc.


 




Le maire pourra-t-il faire un deuxième
mandat ? Pas si sûr…



Les juges annulent le permis 


 


Le 25 octobre dernier, la Cour administrative d’appel de Nancy a rendu sa décision qui confirme celle du Tribunal de Strasbourg : le permis de construire est bel et bien annulé.


 


Jean-Marc Willer, sachant que la Cour d’appel lui donnerait tort, n’a pas attendu. Dès le 2 juillet 2012, il a accordé un nouveau permis à l’association turque qui avait déposé sa demande le 29
février 2012. Par quel tour de passe-passe les parkings qui étaient insuffisants pour le premier permis seraient-ils suffisants pour ce nouveau permis ? La réponse ressemble à un gag : les
Turcs ont “découvert“ qu’il y aura moins de fidèles qu’ils ne l’avaient déclaré deux ans plus tôt, car un musulman qui prie à genoux occupe plus de places qu’un fidèle qui prie debout. On divise
la superficie de la salle de prière par la surface d’un tapis de prière, et hop ! le nombre de personnes fréquentant la mosquée diminue d’un seul coup. À cela on ajoute quelques parkings
fictifs, et le tour est joué.


 


Histoire de sous et de subventions


 


Mais pour qui le maire prend-il les magistrats ? et les Ersteinois ? En tout cas, Me Bonneau, pour le compte de l’association “Bien vivre au Mittelholz“ a aussitôt déposé un nouveau recours.


 


Pourquoi Jean-Marc Willer s’obstine-t-il ainsi ? La réponse est une histoire de gros sous. Il faut savoir que le maire a fait voter une subvention de 65 000 € en faveur l’association turque,
pour les travaux, et que le Conseil général du Bas-Rhin a aussi accordé une somme de 30 000 €. On comprend l’exaspération des habitants du lotissement. Non seulement on leur impose une
mosquée, mais en plus le maire la fait financer avec l’argent du contribuable. Or ces subventions ont été accordées alors qu’il y avait un recours contre le permis. Et maintenant que le permis
est annulé, qu’en est-il de ces subventions ? Comment va réagir la communauté turque à qui le maire avait donné toutes les assurances ? Pourtant l’association “Bien vivre au
Mittelholz“ avait maintes et maintes fois demandé au maire de revoir sa position.


 


Cette histoire a profondément choqué les Ersteinois, et elle n’est pas finie. Bien enten

Respectvaleurs 26/11/2012 16:03


A quand une pétition pour toutes les régions françaises? Cela dit, l'absence de minaret ne me parait pas suffisante pour endiguer la montée de l'islam en France.