Philippe Karsenty et l'affaire Al Dura, (nouvelle suite de l'épisode)

Publié le 23 Octobre 2010

            Communiqué de Philippe Karsenty que vous connaissez bien sur ce blog car il est un peu le David contre le Goliath des médias français. Voilà un homme qui a entamé un combat, seul dans un premier temps, pour prouver que l'affaire du petit Mohamed Al-Dura ne fût qu'un montage de film et que la chaîne de télévision Antenne 2, de l'époque, sans l'avoir contrôlé, a diffusé une soi disante mort en direct d'un enfant palestinien.  

 

Chers amis,

 

Je suis actuellement en Israël où je viens de passer quelques jours afin de dénouer certains des fils de l’affaire al Doura.

Je devais prochainement revenir en France mais, compte tenu des derniers développements prometteurs, je prolonge mon séjour afin d’obtenir une victoire complète et définitive.

Les médias s’intéressent de plus en plus à l’affaire, notamment l’éditorialiste du quotidien Maariv, Ben Dror Yemeni, qui vient d’écrire dessus.

 

                                Voici un extrait de son édito :

« Dix ans plus tard, Enderlin publie un livre. Il ne renonce pas. Il continue dans la même ligne. Il essaie de se faire prendre  pour la victime d’un « complot ». La besogne est facile, non seulement « l’élite » et la « clique » en France l’ont promu au rang de héros, mais on a organisé une pétition en sa faveur et on a essayé de ridiculiser Karsenty . Il s’avère qu’Enderlin, Israélien depuis de nombreuses années, a de nombreuses relations en Israël aussi. Il y en a trop qui prennent sa défense. Dans son nouveau livre, il peut prétendre que l’armée Israélienne ne veut aucune enquête car elle redoute une conclusion déplaisante. C’est vrai. L’Israël officiel n’a jamais pris le soin de démentir la version d’Enderlin. Il n’est pas clair s’il s’agit de fatigue, de bêtise ou des deux à la fois. D’autres se sont charges de la besogne. D’autres se chargent de démentir. Mais Israël s’est tu. »

                  Le bureau du Premier Ministre israélien vient d’effectuer une déclaration officielle que vous trouverez attachée en pièce jointe qui est un ferme démenti aux déclarations mensongères de Charles Enderlin dans son livre et dans les médias.

Bonne lecture à tous et bon week-end. (Fin du communiqué d Philippe Karsenty)

 

Déclaration du Premier Ministre israèlien

 

De l'affaire Mohammed Al Dura

 

 

 

 

1.      Les conclusions dans l'affaire Mohammed Al Dura, et notamment le reportage de la chaine allemande ARD, éveillent des doutes sur le bien-fondé  des affirmations de la chaine française FRANCE 2, telles qu'elles ont été diffusées le 30 septembre 2000, et selon lesquelles l'enfant aurait été touché par des tirs en provenance du poste de l'armée israélienne au carrefour  de Netsarim, visant l'enfant et son père Jamal. 

 

2.      Il est à signaler que depuis l'incident, des méthodes ont été révélées par lesquelles les palestiniens ont créé et mis en scène des événements médiatiques au service de leur propagande;  d'ailleurs, le journaliste à l'origine du reportage Al Dura avait admis dans un documentaire être au courant de ces pratiques palestiniennes. On se rappelle tout particulièrement la campagne d'horreur qui prétendait attribuer à Israël un "massacre" a Jenin, qui n'a jamais eu lieu, ainsi que de l'épisode ou un "mort" était tombé du brancard et avait commencé à marcher. Au vu de ces cas, on est en droit de  s'attendre à ce que les médias vérifient minutieusement de tels reportages, et qu'ils évitent de publier des allégations non vérifiées.

 

 

             Il faut souligner, à ce sujet, que pendant des années, l'affaire Al Dura a servi de prétexte a certains pour inciter à  la haine, à l'antisémitisme et à la violence contre des israéliens.

 

3.      Quoi qu'il en soit, il est clair à présent, qu'il était faux de faire endosser la responsabilité dans l'affaire Mohammed Al Dura à Tsahal et à l'Etat d'Israël. Les éléments révélés réfutent les assertions qui avaient alors été émises à l'encontre des israéliens, et que les médias internationaux, FRANCE 2 en tête, n'avaient jamais soumises à examen approfondi en leur temps. Il est toujours avéré que, malgré la présence sur place de dizaines de photographes, aucune preuve supplémentaire, filmée ou autre, n'a jamais été fournie sur le tir israélien supposé vers Jamal et Mohammed Al Dura. Les circonstances même de ce tir (la distance, l'angle, les indices sur le terrain) démontrent qu'il ne pouvait pas provenir du poste israélien.

 

Comme on s'en souvient, l'incident avait fait l'objet d'une enquête scrupuleuse par Tsahal. L'enquête, comprenant des tests de lignes de feu, des expertises balistiques, l'analyse de la documentation de l'incident etc., avait constaté l'impossibilité de démontrer de manière claire et nette l'identité de la personne qui aurait atteint le jeune garçon. A ce moment la déjà, la thèse d'un tir de Tsahal avait été sérieusement mise en doute. Une forte probabilité a plutôt été évoquée, selon laquelle il aurait été en fait atteint par le feu nourri des Palestiniens, émanant au même moment à partir de plusieurs sources, dont certaines étaient proches de l'endroit où se tenaient le jeune garçon et son père. 

 

Le Premier Ministre 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article