Philippe Martel : "Marine Le Pen ne dérape jamais".(un autre ancien de l'UMP)

Publié le 3 Décembre 2013

INTERVIEW. Ancien conseiller de Juppé reconverti en directeur de cabinet de Marine Le Pen, Philippe Martel se dit "très à l'aise" dans son nouveau parti.

Philippe Martel chez lui à Paris, le 9 novembre 2013.

Philippe Martel chez lui à Paris, le 9 novembre 2013. © MARS JEROME / JDD/Sipa

 

Il peut s'en passer, des choses, au cours d'un déjeuner. Un proche d'Alain Juppé peut par exemple se changer, par une recette inattendue, en proche de Marine Le Pen. Présenté à la présidente du Front national par son camarade de promotion à l'ENA, Paul-Marie Coûteaux, Philippe Martel, ex-militant du RPR qui n'avait jamais voté FN, a ainsi décidé de rejoindre le parti d'extrême droite. Lui qui avait dirigé le cabinet du maire de Bordeaux au Quai d'Orsay dirigera désormais celui de la candidate frontiste. Une belle "prise" pour le FN, qui cherche toujours à prouver son professionnalisme et à renforcer sa crédibilité. C'est d'ailleurs la première mission de Martel, chargé d'apporter son expérience "technique" sur "comment faire tourner un parti au quotidien" et d'aider au recrutement "de contributeurs pointus dans tous les domaines" grâce à ses nombreux réseaux.

 Le Point.fr : Pourquoi cette "conversion" au FN ?

Philippe Martel : Je ne me suis pas réveillé un matin en me disant, mais bien sûr, il faut rejoindre le Front national. Ça a été une lente évolution. La première chose, c'est la présidentielle de 2002. J'ai voté Chirac, mais j'ai été troublé par les réactions hystériques à l'arrivée de Le Pen au second tour. Le refus du débat, cet anathème jeté sur quelques millions d'électeurs, j'ai trouvé ça profondément antidémocratique. Ensuite, il y a eu chez moi une prise de conscience de ce qu'était en train de devenir l'Europe. Je me suis rendu compte que les institutions européennes telles qu'elles avaient évolué cachaient des politiques économiques ultra-libérales non adaptées au modèle français de tradition colbertiste et de moins en moins adaptées à la mondialisation. En 2005, pour la première fois, j'ai voté non à une question européenne. Et puis, il y a eu l'abandon par l'UMP de certains fondamentaux du gaullisme, avec la réintégration dans le commandement intégré de l'Otan, une politique étrangère de plus en plus alignée sur celles des États-Unis... Enfin, j'ai le sentiment qu'on est à un moment de basculement idéologique, où les thèses de 68 sont très sérieusement remises en cause, notamment par la jeunesse. Et je me suis dit que le FN est l'endroit où on peut le plus agir en ce sens.

Pourquoi ne pas agir au sein de l'UMP ?

Il y a des gens qui essayent, comme Henri Guaino ou Jacques Myard. Mais dans une UMP qui, idéologiquement, est complètement "UDFisée", c'est impossible de faire passer ce type d'idées. Avec tous ces présidentiables (bientôt, même Nadine Morano va se sentir pousser des ailes !), je crois de toute façon que l'UMP a vocation à exploser pour revenir à une dualité politique traditionnelle : un parti relevant plutôt de la droite orléaniste, centriste et libérale, et un parti qui relève davantage de la droite bonapartiste, comme le RPR autrefois.

Aucun de ces présidentiables ne se distingue à vos yeux ?

 

Il faudra qu'on m'explique sérieusement la différence fondamentale entre François Fillon, Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé, Laurent Wauquiez... Tous ces gens-là gouvernaient quand même ensemble il y a dix-huit mois !

Et Alain Juppé ?

J'ai travaillé longtemps pour lui et n'ai jamais eu à me plaindre, il a été un excellent patron. Ce que je constate simplement sur le plan politique, c'est qu'il a considérablement évolué. À l'époque du traité de Maastricht, il avait hésité, ça ne lui était pas complètement naturel d'être pour. Maintenant, c'est un européiste militant. Je l'ai dit et je le maintiens, il s'est boboïsé. Voilà quelqu'un qui, lorsque Marisol Touraine lance l'idée de salles de shoot, est le premier maire à dire "j'en veux". En septembre, il disait que l'islamophobie était l'un des pires dangers qui menaçaient la France. Moi, je l'ai vu faire campagne dans le 18e en 1983 : face à Jospin qui disait qu'il n'y avait pas de problème d'immigration, Juppé revendiquait le droit d'en parler. Je trouve qu'il a beaucoup changé et s'est UDFisé, lui aussi.

Contestez-vous que le FN soit un parti d'extrême droite ?

Aujourd'hui, ça me paraît aussi excessif et aussi mal placé que de dire que François Hollande est un homme d'extrême gauche ! L'extrémisme se juge aux propositions, pas au ton du discours. Si vous prenez le programme du FN, que vous regardez point par point, vous ne trouvez aucune mesure extrême.

Sortir de l'euro, c'est plutôt extrême...

 

Mais y rentrer, ça ne l'était pas ? Quand on est passé à l'euro, beaucoup de gens étaient morts de trouille, se demandaient ce qui allait se passer.

Historiquement, de nombreux membres du FN appartiennent à l'extrême droite.

Mais ils ne sont plus aux commandes. Marine Le Pen n'est pas l'héritière de son père au sens où il ne lui a pas offert le parti sur un plateau. Elle a dû soumettre sa ligne à des élections, et, face à Bruno Gollnish, c'est cette ligne anti-extrême qui l'a emporté. Le Front national de Marine Le Pen, ce n'est pas du tout celui de Jean-Marie Le Pen. Elle est extrêmement claire sur le racisme, l'antisémitisme... Contrairement à son père, elle ne dérape jamais.

Et quand elle évoque un "malaise" face aux barbes "taillées d'une manière étonnante" et à "l'habillement étrange" des otages français rentrés du Niger ?

Je suis un peu responsable de cette réaction. La veille du jour où elle en a parlé, elle entre dans mon bureau et me demande si j'ai vu les images du retour des otages. Je lui dis : "Oui, j'ai trouvé ça bizarre parce qu'il y avait Laurent Fabius, le président, impeccables, et à côté des types dont, pendant quelques secondes, je me suis dit, c'est les ravisseurs, avant de comprendre que c'étaient nos otages." Et non, je n'ai pas du tout pensé à la série Homeland ! Je n'ai pas pensé que ces gens avaient pu être retournés, qu'ils étaient devenus salafistes et que dans six mois ils allaient se précipiter avec des chapelets de bombes autour du ventre. Ce que je me suis dit, c'est : "Ces pauvres hommes, est-ce que c'est vraiment digne de les montrer comme ça ? Est ce qu'on n'aurait pas pu prendre une demi-heure pour leur faire prendre une douche, les habiller normalement et ne pas les exhiber sur la scène publique dans leurs tenues de prisonniers ?" 

Vous conseillez désormais Marine Le Pen ; quel est, selon vous, le problème prioritaire en France?

Il y a des tas de problèmes terribles : le chômage, la grande pauvreté... Mais finalement, le problème fondamental, c'est que les Français ne savent plus très bien qui ils sont, à quelle identité se rattacher. Ce pays est de plus en plus éclaté en intérêts particuliers, en corporatismes, en lobbies... Pour qu'il y ait le sentiment d'une communauté de destins, il faut qu'il y ait celui d'une appartenance commune. Vous me voyez évidemment venir, je glisse vers l'immigration, qui est devenue, par son nombre, un facteur déstabilisant pour la cohésion nationale. Si on ne parle pas sérieusement des questions posées par l'immigration, la montée de l'islam en France, on laisse le couvercle sur une cocotte-minute prête à exploser. Il faut avoir le courage d'affronter les accusations de racisme pour parler du fond. Et prétendre aujourd'hui, dans la France de 2013, que l'immigration n'est pas un problème et que c'est une chance pour le pays, ça me paraît aberrant et dangereux.

Les statistiques indiquent que l'immigration est restée stable ces dix dernières années (environ 200 000 migrants par an et 100 000 qui repartent dans leur pays d'origine) et que la France accueille bien moins d'étrangers que l'Allemagne (317 200 en 2010) ou le Royaume-Uni (497 000), qui ne semblent pas pour autant au bord de l'explosion...

C'est l'immigration officielle. Je ne connais pas bien la situation en Allemagne, mais le modèle multiculturaliste anglais, qu'on nous a longtemps montré en exemple, est en train de montrer ses limites. J'étais à Londres récemment, le vivre ensemble existe de moins en moins : entre le quartier sikh et le quartier pakistanais, personne ne se parle.

Plus les cultures sont éloignées, plus c'est difficile de faire vivre les gens ensemble, et plus ça nécessite de la part des gens qui arrivent un effort d'intégration. Si en plus nous, Français, refusons de définir et d'affirmer une identité française, si on commence à faire du ramadan un événement d'envergure nationale, on envoie un signal extrêmement négatif aux immigrés. Parce qu'on leur demande de s'intégrer, mais à quoi ?

On ne leur dit pas.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

lombard 07/12/2013 18:32


bonjour


je suis choqué de constater que meme lui ,cautionne les chiffres si faible de l'immigration


je suis surpris et enervé!!!

Marie-claire Muller 03/12/2013 19:48


Cet homme est plein de bon sens!!Il n'est pas aveuglé par une idéologie abrutissante et il a choisi en connaissance de cause!!Juppé doit être dépité mais Marine a gagné quelqu'un de solide et
d'expérimenté qui saura la conseiller !!!ainsi nous voyons que les gens sincéres et honnêtes de tous bords la rejoignent car ils voient la différence entre le MBM et le bâteau ivre umps et
cie!!!!


LA VICTOIRE EN CHANTANT NOUS OUVRE LA BARRIERE !


LA LIBERTE GUIDE NOS PAS!


ET DU NORD AU MIDI LA TROMPETTE GUERRIERE


A SONNE L HEURE DES COMBATS


TREMBLEZ LES ENNEMIS DE LA FRANCE!!!!!!!!!!!!