Philippe Tesson, jusqu'où ira le bluff de François Hollande ?

Publié le 23 Avril 2013

Le Point.fr - 
 
Pour contrer son déclin de popularité, le président de la République est contraint à de constantes surenchères qui lassent jusque dans sa majorité.
Les manifestants de La Manif pour tous, le 21 avril à Paris.Les manifestants de La Manif pour tous, le 21 avril à Paris. © PIERRE ANDRIEU / AFP
Par 

Le feuilleton du "mariage pour tous" n'est pas clos. Le succès de la manifestation parisienne d'hier et l'ordre dans lequel elle s'est déroulée sont de nature à encourager les adversaires du projet gouvernemental. Celle du 26 mai devrait donc revêtir une ampleur conforme à leurs espérances. Mais d'ici là, c'est-à-dire demain, ce projet aura été voté. Il aura donc force de loi. L'opposition qu'il aura rencontrée n'aura donc plus qu'une valeur symbolique.

Il est en effet douteux que François Hollande cède à la pression de la rue, et tout aussi douteux que le Conseil constitutionnel n'avalise pas ce texte. Jean-Louis Debré lui-même le laisse déjà entendre. Cela ne signifie pas que cette opposition aura été inutile. Elle amènera le président de la République à se montrer prudent dans ses propositions à venir concernant l'adoption, la PMA, la GPA et la politique familiale en général. Mais le fait est là : le "mariage pour tous" sera entré dans les moeurs.

En donnant sur ce terrain un gage à ses adversaires, François Hollande aurait commis et commettrait une erreur politique évidente. Il offrirait une preuve supplémentaire de sa pusillanimité et s'aliénerait encore un peu plus une partie de son électorat, au moment même où pour d'autres raisons le nombre de ses partisans décroît. Ce reniement nouveau aurait un effet d'image désastreux.

Le président de la République est coutumier de ce procédé de diversion

Au risque d'avoir divisé le pays et d'avoir amené l'opposition à sa politique à se radicaliser, François Hollande aura tiré à court terme un certain profit de cette affaire lamentable. Lamentable en ce qu'elle a mobilisé l'opinion pendant des semaines et détourné son attention des problèmes majeurs que pose au pays sa situation économique, financière et sociale. Le président de la République est coutumier de ce procédé de diversion. Son seul talent est de savoir dissimuler son insuffisance et sa faiblesse en retournant à son avantage les situations les plus délicates qu'il rencontre. On l'a vu dans l'affaire Cahuzac, il nomme au Budget un homme sulfureux. Le scandale éclate, qui éclabousse l'image morale du socialisme. Que fait Hollande ? Une surenchère morale en imposant une humiliation ridicule et inefficace aux élus de la nation.

Jusqu'où, jusques à quand ce bluff, qui apparaît comme son seul rempart contre son déclin de popularité. Sa majorité se disloque. Elle était numériquement considérable, et le voici contraint de recourir à l'article 44-3 pour faire adopter par le Sénat le projet de loi sur l'emploi. Ses alliés communistes le désavouent. Le président de l'Assemblée nationale le conteste. Ses ministres se déchirent. Ses mesures en faveur de l'emploi peinent à donner des résultats. La réalité est là, dramatique. Que fait-il pour l'affronter ? Il lui oppose des fictions, des postures, des défausses, des leurres. Il ressort de l'armoire socialiste les accessoires traditionnels : la morale, l'égalité, la menace fasciste et tout le tremblement. Pendant ce temps-là, la France s'affaisse et l'opposition, pour autant qu'elle soit visible, entre dans ce jeu-là et la laisse s'affaisser.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

lombard 25/04/2013 17:13


bonjour


j'espere que les français ,les vrais qui defendent leurs valeurs la famille avec véhémence ne se laisseront pas endormir par une eventuelle habitude au mariage gay et que nous effacerons cette
loi honteuse qui entache notre republique!! il faudra aussi supprimer la discrimination positive qui est un scandale contre nos enfants chercheurs d'emplois ou de formations ,supprimer les
magouilles ,les dossiers bidons avec les municipalités complices pour l'attribution des logements sociaux reservés a toute cette chienlie qui passent librement nos frontieres  etc.etc....

island girl 24/04/2013 01:37


La rue a installé ce bouffon ridicule ,la rue le fera dégager .

Marie-claire Muller 23/04/2013 15:01


Attention, Valls le mégalo, a les foies!!!!ça risque de chauffer!!!


 


Vote du mariage pour tous : un millier de policiers pour
protéger l’Assemblée


Publié le 23 avril 2013 par jpbacman




 


 


 


 


 

 

3 Votes



 


Le canon à eau est prêt à servir et le secteur de l’Assemblée nationale sera noir d’hommes en tenue de maintien de l’ordre. Craignant des débordements à l’issue du vote de la loi
Taubira autorisant le mariage gay, la préfecture de police de Paris a requis un dispositif exceptionnel autour du palais Bourbon, mais aussi pour barrer la route vers l’Élysée et la rue de
Varenne, adresse de l’Hôtel de Matignon. Il faudra aussi sécuriser une manifestation du mouvement Lesbiennes-Gays-Bi et Trans. Pas moins d’un millier de fonctionnaires et militaires devraient
occuper tous ces secteurs.


Des effectifs casqués bottés


De source syndicale, à la Direction de l’ordre public et de la circulation, on estime que le dispositif devrait compter 9 à 10 unités de forces mobiles autour des palais nationaux,
majoritairement des compagnies de CRS. Seront également stationnés, près à intervenir, des escadrons de gendarmes mobiles et des Compagnies de sécurisation de la préfecture de police. A raison de
près de 80 hommes par unité, le seul total des effectifs casqués bottés devrait atteindre environ 700 à 800 hommes.Devraient s’y ajouter au moins 2 sections de policiers en civil, soit une
vingtaine d’hommes spécialistes des interpellations. Sans compter les effectifs de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), fortes de plus de 200 hommes
dans les arrondissements concernés.


Vers des consignes d’extrême fermeté


«Les chefs d’unités s’attendent à un peu de grabuge causé par des opposants au mariage gay et des consignes d’extrême fermeté sont attendues après le vote de la part du ministère de
l’Intérieur», a assuré au Figaro un officier de police parisien. Selon lui, dans les unités de force mobile, «les gars les plus solides ont été mis au repos dès dimanche 20 heures pour pouvoir
être à pied d’œuvre mardi». Des profils «qui savent travailler», assure-t-il.Les responsables du maintien de l’ordre ne craignent pas seulement des heurts avec les anti-mariage gay ou
d’éventuelsmilitants d’extrême droite. Dimanche, avant que le cortège des anti ne se mette en route, place Denfert-Rochereau, de source syndicale, la police a évincé quelques anarchistes et
militants d’extrême gauche venus faire de la provocation. Curieusement, les communiqués officiels ne donnaient pas cette précision.


SOURCE : LE FIGARO ( CLIQUEZ
ICI )

Epicure 23/04/2013 13:45


Oserai-je dire que les Français dans leur masse à 80% ont bien ce qu'ils méritent.


Un vieux professeur d'Histoire (de Droite)des années 50 disait d'eux qu'ils étaient Versatiles...et ingrats.


J'ai retenu la leçon.