Philippe Torreton rappelle à MM. Moussaoui et Boubakeur ce qu’est la liberté d’expression

Publié le 26 Septembre 2012

Par Caroline Alamachère de Riposte-Laïque

Prenant la suite de la brèche ouverte par Richard Millet et Véronique Genest, le comédien Philippe Torreton pénètre à son tour dans le cercle très fermé des mauvais diseurs qualifiés d’islamophobes. Figure reconnue du PS, puisqu’on se souvient de son soutien à la candidate Royal en 2007 puis de celui à Delanoë en 2008, sa remise en place de MM. Moussaoui et Boubakeur n’en est que plus appréciable et méritoire.

Mohammed Moussaoui s’est en effet déclaré ces jours-ci « profondément consterné par les dessins insultants à l’égard du prophète de l’islam », ajoutant que « rien ne peut justifier l’insulte et l’incitation à la haine ». On appréciera le mobile de sa consternation quand dans le même temps les fidèles de la religion d’amour et de paix vocifèrent de toute leur ferveur aimante et pacifique leur souhait d’égorger les Juifs, de tuer les Américains et plus généralement tout ce qui ressemble de près ou de loin à un mécréant occidental.

On retiendra encore l’accusation d’incitation à la haine quand ce sont les forums islamophiles qui dégorgent de vraie haine et de racisme, quand des fanatiques dangereux incitent des analphabètes à se ranger à leur cause vengeresse, les appelant à occire l’épouvantail mécréant pour un film qu’ils n’ont pas vu, et dont l’extrait ne fait que narrer des faits attestés par des sources de savants musulmans et figurant pour la plupart dans les hadiths, pour des caricatures qui n’auraient jamais pris vie si ces mêmes fous furieux islamiques n’avaient été aussi diaboliquement tarés.

M. Moussaoui nous avait déjà fait le même coup en novembre dernier (1), lorsque Charlie Hebdo avait une première fois osé caricaturer l’intouchable prophète par qui les malheurs arrivent. Le bonhomme veut bien de la liberté d’expression mais à condition qu’elle s’arrête là où commence la charia, puisque la charia est au-dessus des lois de la République, au-dessus des droits humains, au-dessus des libertés.

On proteste que les caricatures auraient allumé le feu mais une caricature n’est qu’un dessin sur une feuille de papier, et techniquement aucune feuille de papier ne peut mettre le feu à quoi que ce soit. Les pyromanes sont bel et bien les islamistes, ce sont eux qui ont tué un ambassadeur qui était totalement étranger à ce film que personne n’a vu, simplement parce qu’il était occidental et que cela seul devait justifier son refroidissement. (Ils ont fait pire en souillant son intégrité physique, en le sodomisant pour mieux détruire son image et frapper d'horreur ses proches. L'horreur absolu d'un viol de sadiques, de malades, de tarés, brefs, d'islamistes que nous aidons dans les faits. Ndlr Gérard Brazon)

Les protestataires nombreux réclamaient l’exception mahométane pour fouler du pied la liberté d’expression, tous arguant de la dangerosité des colériques musulmans qui pouvaient violemment s’énerver. Lorsqu’on compare les jets de boules puantes et d’œufs, furieusement jetés par des intégristes catholiques en colère après une pièce de théâtre avec la quinzaine de morts causés par l’ire des musulmans, on se dit que tout de même certaines colères sont plus hystériques et violentes que d’autres.

Philippe Torreton, dans une appréciable lucidité renvoie donc dans les cordes les deux acolytes modérés porte-étendards des musulmans « de France », et dénonce leur participation à la curée générale contre Charlie Hebdo, contre le pseudo film sur Mahomet, contre la liberté d’expression, enjoignant leur intellect à rejoindre un niveau supérieur.

Il rappelle à juste titre que la liberté d’expression ne se discute pas (elle constitue en effet l’élément le plus important de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et de celle de 1948 que la France a signées, et il serait extrêmement dangereux pour notre démocratie et pour le peuple français de la remettre en question), et que si l’on est diffamé par une publication, il existe des recours judiciaires civilisés prévus à cet effet.

Concernant l’offense religieuse ce type de recours reste encore lettre morte, la liberté d’expression primant obligatoirement dessus. Sachant à l’avance la perte assurée du procès pour ce type de prétexte les futurs déboutés islamistes se réjouiront de leur défaite, qui leur offrira du coup l’occasion espérée de se poser une fois encore en victimes incomprises par les méchants mécréants à qui il sera ensuite demandé un traitement d’exception par rapport au reste des citoyens. Et le tour sera joué, ni vu ni connu, j’t'embrouille le mécréant ! On agite les pions catalogués comme « méchants » pour mieux faire passer par derrière les pions répertoriés comme « gentils », alors que très loin d’être gentils ils sont en réalité bien plus pernicieux et tout aussi dangereux, sinon plus. Le poison mortel dans un écrin de velours… Et au pays des aveugles et des gentils bisounours et autres endormis, ça passe…

Le fait est que si le prophète Mahomet se sent diffamé et offensé il n’a qu’à le faire savoir en se manifestant par les voies impénétrables d’Allah. Il est tout de même assez désobligeant pour lui d’avoir recours à des êtres ordinaires pour le défendre, alors que par son statut même il devrait être au-dessus de ces contingences si bassement humaines. Il est d’ailleurs fort étonnant que l’on déplore une quinzaine de morts au Pakistan au sein même de ses fidèles quand il n’y a qu’un seul mort côté occidental ! Monsieur Mahomet ne semble pas vraiment briller par la solidarité envers les siens…

Philippe Torreton s’émeut à juste titre de la désolidarisation des représentants de la communauté musulmane d’avec la liberté d’expression, si primordiale chez nous, si symboliquement porteuse de nos valeurs. C’est cette liberté-là qui nous permet la réflexion, le recul, le débat, l’autodérision, la créativité, le progrès. Ce sont ces valeurs-là qui distinguent une société civilisée d’une société enfermée dans une chape de préceptes figés et dénués de sens critique et d’humour salvateur. Le rire n’est-il pas le propre de l’homme et ce qui le distingue des autres êtres vivants ? Dans le Nom de la Rose, le fanatisme religieux de l’assassin lui faisait tuer ceux qui osaient rire. Ce roman d’Umberto Eco devient sous nos yeux une bien inquiétante réalité…

« …vous parlez monsieur Moussaoui d’acte islamophobe à propos de ces caricatures mais les dessinateurs de Charlie hebdo n’interdisent pas aux croyants de croire, ils s’en moquent. Les dessinateurs de Charlie hebdo ne rêvent pas de voir Israël réduite en cendre mais critiquent la politique israélienne, ils n’interdisent pas  l’accès à l’éducation aux jeunes filles, ils ne rêvent pas de voir les programmes scolaires passés au crible de la religion, ils ne détruisent pas des lieux de cultes à coups de lances-roquettes dédicacées à Allah. Moi je vous retourne le compliment, vos difficultés à vous situer par rapport aux violences islamistes participent à favoriser l’islamophobie. Si demain des excités vont détruire des choses dans les  rues de Paris ce sera à cause de vous et non de Charlie Hebdo, car Charlie Hebdo est dans son rôle contrairement à vous ».

On ne saurait mieux dire. Philippe Torreton enfonce le clou : l’islam n’a pas été assimilé en démocratie. Et pour cause, par nature il ne peut l’être.

Rappelant au passage leur devoir aux journalistes « CSP+ » hypocrites, il termine en priant les musulmans de cesser d’avoir peur de leur ombre, de s’émanciper de leur dogme sans pour autant renier leur croyance en un dieu, leur garantit que le ciel ne leur tombera pas sur la tête et que la terre ne s’arrêtera pas de tourner « Un jour des musulmans n’auront pas peur de dire qu’ils sont croyants et qu’ils mangent du porc et boivent de l’alcool, un jour des musulmans n’auront pas peur de dire que le ramadan est un souvenir lointain, que l’on peut croire sans bêler, que l’on peut croire sans rites et que personne n’a le pouvoir ni l’autorité de juger la foi de l’autre ».

Je vous encourage vivement à lire la totalité de sa lettre parue sur son blog et si la gratitude vous en dit, à le remercier par un petit commentaire, car du courage il en faut – surtout dans son milieu, professionnel et politique - pour oser clamer tout haut ce que tant d’autres ont déjà du mal à chuchoter.

Caroline Alamachère

(1)  http://ripostelaique.com/ne-vous-en-deplaise-m-moussaoui-on-a-le-droit-de-caricaturer-votre-prophete.html (précision : ce courrier n’émane en aucun cas de Charlie Hebdo)

http://philippetorreton.wordpress.com/2012/09/19/de-lislamophobie-vous-dites/

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

Yves IMBERT 27/09/2012 09:40


si le bobo-Gaucho puant Torreton commence à ouvritr les yeux tout devient possible


la prochaine étape c'est des énarques à plus de 2 neurones

LMarie-claire Muller 26/09/2012 22:57


La résisstance s'organise aussi aux USA ainsi que la liberté d'expression:






Nouvelle publication sur Francaisdefrance's Blog
















ça va barder !
by francaisdefrance






Des pubs assimilant djihadistes et sauvages dans le métro de New York


Publié le 22 septembre 2012 par Mandrin



 


Alors que le film islamophobe et les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo continuent de provoquer la colère d’une partie de la communauté musulmane, une campagne
d’affichage, potentiellement explosive, sera lancée lundi dans le métro de New York.






« Dans toute guerre entre l’homme civilisé et le sauvage, soutenez l’homme civilisé. Soutenez Israël. Rejetez le djihad. » C’est Pamela Geller, qui dirige l’association American
Freedom Defense Initiative (l’Initiative pour la défense de la liberté américaine), qui est à l’origine de ce qu’elle appelle une « campagne de soutien à Israël ».



L’an dernier, la société de transport de New York avait refusé l’affiche « publicitaire », jugeant les propos « dégradants ». Mais l’activiste conservatrice, qui est
également à la tête de l’association Stop Islamization of America, (Arrêtons l’islamisation de l’Amérique), avait saisi les tribunaux. Le juge fédéral chargé du dossier a invoqué la
liberté d’expression, qui est protégée par le premier amendement de la Constitution américaine, et a autorisé la diffusion du message. La société de transport a dû se plier à
l’injonction de la cour et le message devrait donc être affiché dans moins de trois jours dans 10 stations de métro. (…)


Le Monde


vu sur http://www.fdesouche.com/322014-des-pubs-assimilant-djihadistes-et-sauvages-dans-le-metro-de-new-york




francaisdefrance | 22/09/2012 at
14:58 | Catégories: Uncategorized | URL: http://wp.me/purvc-oEw


 

Polux 26/09/2012 21:57


Le Capitaine CONAN contre les barbares !


Il pourrait aussi s'appeler " Capitaine courage ! "

rosalie 26/09/2012 18:50


merci, je suis allée sur son blog et ai laissé un message. Je pense en effet que nous pourrions trouver un moyen de poser des questions aux responsables du gouvernement afin qu'ils prennent
position. Leur manque de courage est affligeant et il faudrait les pousser dans leurs retranchements.

L'EN SAIGNANT 26/09/2012 17:14


BLA  BLA  BLA .... Trouvez enfin et rapidement le moyen de poser officiellement quelques questions bien pesées et senties, issues de ce constat, à ceux qui nous gouvernent et publiez
leurs questions .!