Piss-Christ: Edito de Flash 64 : Fierté ?

Publié le 27 Avril 2011

Par Nicolas Gautier

Pissing Christ ? Une photo du Christ en croix trempée dans un bol d’urine et exposée durant la Semaine sainte à Avignon, Cité des Papes tant qu’à faire. Plus fort que la pissotière de Duchamp, exposée dans un musée de New York et dans laquelle un néo-dadaïste s’est d’ailleurs soulagé, rendant ainsi à l’objet sa fonction première tout en manquant de peu la prison ferme.

D’autres adeptes de cet art qui dérange ont encore plus dérangé les artistes dérangeants en fracassant le Pissing Christ à coups de tournevis et de marteau. Des “barbares”, a couiné, tout énervé, le conservateur du musée. Les barbares ont dû avoir peur. Prendre un sac à main en pleine face, ça peut changer la vie d’un homme. De son côté, Claire Chazal, encartée à la CFTC chez Bouygues (TF1), a évoqué la destruction de la photographie controversée d’Andres Serrano, représentant “un crucifix trempé dans l’urine du Christ”. On imagine qu’il était exposé à côté du crâne d’Hitler enfant et d’une sesterce romaine frappée de cette mention : “500 avant J.C.”…

Et maintenant, que faire ? Comme aurait dit Lénine ou Gilbert Bécaud. S’indigner ? Se dire que si le Serrano en question – mais un artiste portant un nom de jambon est-il vraiment sérieux ? –, avait voulu faire parler de lui en trempant une Torah dans un pot à merde ou un Coran dans une bauge à cochons, il aurait été pendu depuis longtemps ? Qu’il y a des religions dont il est licite de se moquer et d’autres qu’il est autrement plus risqué de railler ? On sait tout cela ; alors, à quoi bon radoter…

Plus inquiétant est le message que cette guignolade envoie de la France au reste du monde. Au moment où le judaïsme se radicalise de plus en plus et ou l’islam relève la tête, est-il bien opportun de laisser entendre que le catholicisme, ayant abdiqué toute dignité, est en train de se faire dessus. Parce que les fantaisies de Serrano ou d’Herta ou de Justin Bridou, peu importe, ne sont que peu de chose face à l’invraisemblable lâcheté d’un clergé catholique plus prompt à cracher sur Le Pen ou à brailler en chœur avec les immigrés clandestins qu’à lutter contre l’avortement de masse et à défendre ces valeurs qui, par nature universelles, les dépassent de loin. Il est un fait qu’ils sont, à tous les sens du terme, dépassés. Autrefois, les soutanes servaient au moins à masquer des couilles qui ne servaient pas forcément toujours, mais qui au moins étaient là. Aujourd’hui, cette église préfère la transparence, sachant qu’elle n’a plus rien à cacher. Au fait, ce qu’ont fait ces barbares, c’est très mal. Mais il n’y a pas non plus de mal à se faire du bien.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article