Pitoyable bilan de Nicolas Sarkozy par Guy Millière

Publié le 30 Janvier 2012

  J’ai, je le reconnais, pensé que Nicolas Sarkozy ferait mieux que Jacques Chirac. Vu ce qu’a fait Jacques Chirac, cela ne semblait pas très difficile. Il ne m’a pas fallu longtemps pour m’apercevoir que ce que m’avait dit un de mes amis, qui connaissait bien Nicolas Sarkozy, se révélait exact : Nicolas Sarkozy serait pire que Jacques Chirac.

Nous sommes à l’heure du bilan et celui-ci est accablant. Les rares gestes positifs accomplis ces dernières années, tels la limitation des prélèvements obligatoires ou le projet de réforme des universités, se sont trouvés aussitôt raturés par diverses formes de pusillanimité. 

Et, pour le reste, quelle trajectoire (si l’on peut dire, car le mot trajectoire semble tout à fait excessif pour désigner ce qui ressemble à une errance titubante et sans repères) !Économiquement, la France a stagné : la croissance a été quasiment nulle, le chômage s’est maintenu à un niveau élevé, la pauvreté s’est accrue dans des proportions alarmantes, des entreprises ont fermé sans que d’autres entreprises viennent les remplacer. 

« Socialement », il a été procédé à des rafistolages indigents : le RMI a été remplacé par le RSA, quelle avancée ! En termes de sécurité intérieure, il y a eu beaucoup de gesticulation, mais aucun résultat, sinon une « tolérance zéro » appliquée aux automobilistes, ce à quoi les théoriciens américains de la « tolérance zéro » n’avaient effectivement pas pensé car, eux, ils pensaient aux criminels…

Des décisions timides ont été prises : telles la loi sur le voile islamique, qui n’est pas une loi sur le voile islamique, car elle peut concerner aussi les casques de moto ou l’usage du passe-montagne. 

D’autres décisions, honteuses et xénophobes, ont fait tache : pour régler des problèmes d’émeutes dans des quartiers islamisés,on a décidé d’expulser des Roumains en les désignant à la vindicte. Pour tenter de faire plaisir aux adeptes de la peste verte écologique, on a pris des mesures inutiles et coûteuses,telles l’ajout d’éthanol dans l’essence, l’imposition de normes « basse consommation » dans le secteur immobilier, ou la construction de parcs d’éoliennes destinés à faire ce que les ministres font déjà très bien : brasser du vent en gaspillant l’argent des contribuables.

En politique extérieure, c’est loin d’être mieux : présenté au départ comme « américain » et « ami d’Israël », Nicolas Sarkozy s’est assez vite rangé aux positions les plus fangeuses du Quai d’Orsay et à la politique arabe de la France. Bachar Al Assad a été reçu avec les honneurs à Paris : il massacre son peuple aujourd’hui, sans que la France fasse davantage qu’énoncer quelques remontrances. 

Mouammar Kadhafi a planté sa tente à quelques mètres de l’Élysée, et il a suffi, quelques mois plus tard, d’un coup de téléphone de Bernard-Henri Lévy pour que la France s’emploie à le faire tomber, puis assassiner par des islamistes antisémites. Mahmoud Abbas a été reçu très souvent à l’Élysée et a reçu un soutien clair de la France à ses activités de chef maffieux.

Nicolas Sarkozy a même comparé l’Autorité palestinienne au Vatican. Nicolas Sarkozy a tout fait pour se rapprocher de Barack Obama qui, imprégné d’un mépris profond pour l’Europe, n’a cessé de le dédaigner. L’élection présidentielle ayant lieu dans trois mois, Nicolas Sarkozy s’agite dans toutes les directions. Un jour, il se déclare partisan de la taxe Tobin qu’il dénonçait voici quelques années comme une ineptie gauchiste.

Un autre, il suggère une ouverture en direction du mariage gay, avant de se rétracter. Un autre, il célèbre Jeanne d’Arc pour imiter le Front National.

Parce qu’un autre candidat parle de réindustrialiser la France, il se met à parler de réindustrialisation. L’euro étant en péril, il s’est placé en première ligne en prétendant le sauver…

Ce qui pourrait encore permettre la réélection de Nicolas Sarkozy serait l’immense nullité de ses adversaires. Le débat actuel en France se situe au ras du plancher. Avoir autant de candidats et n’en avoir aucun qui tient un discours à la hauteur des enjeux, cela s’appelle le crépuscule. Si Nicolas Sarkozy se faisait réélire parce que ceux qui lui font face semblent plus nuls que lui, cela suffirait à indiquer où est tombée la France.

Guy Millière

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Claude Germain V 30/01/2012 18:38


Pardonnez moi de le dire ,dans notre Histoire rescente ,il y a eu un homme ,un des pire qui haissait son peuple autant ou plus que le SarkozyNapo ,c'etait le chancelier Allemand qui s'appellait
Hitler .Toutes les biographies ecrites sur sa vie et son comportement le soulignent expressement .


Exactement comme notre bling-bling national .Je ne vois pas ce que nous avons fait a ce type ??? pourquoi cette haine du Français pour vouloir en detruire la civilisation bi-millenariste ???

23bixente23 30/01/2012 18:15


une remarque: "Des décisions timides ont été prises : telles la loi sur le voile islamique,
qui n’est pas une loi sur le voile islamique, car elle peut concerner aussi les casques de moto ou l’usage du passe-montagne."


s'il est vrai qu'il aurait fallu condamner le voile islamique en tant que tel (et donc s'en prendre
ouvertement à l'islam), le fait que cette loi semble pouvoir s'appliquer à d'autres situations que le voile islamique stricto sensu n'est pas une mauvaise chose: preuve en est cette vidéo que
j'ai vu sur youtube où une connasse (pour rester poli...!) expliquait comment contourner la loi en remplaçant le voile par un masque anti-microbes, façon michael jackson... et j'ai lu ci et là
que des pétasses se promenaient ainsi dans certains endroits, notamment à Paris...


par conséquent, si cette loi peut vraiment s'appliquer à ce genre de cas (soc'), ce n'est pas plus
mal...!! 

riziere 30/01/2012 16:26


Tout le mond a fait le même constat et je crains fort que la gauche ne vaut pas mieux sinon pire . Alors que nous reste-t-il comme choix ?

LA GAULOISE 30/01/2012 16:13


J 'ESPERAIS ENTENDRE DE NOTRE PRESIDENT :  " QUAND UN PAYS N'A PLUS DE QUOI FAIRE VIVRE SES ENFANTS , IL N'EN ACCEPTE PLUS D'AILLEURS. EN CONSEQUENCRE 0 PARTIR DE MAINTENANT: IMMIGATION
ZERO. ET TOUS LES IMMIGRES QUI NE TRAVAILLENT PAS ET QUI, AU CONTRAIRE COUTENT ENORMEMENT AUX FRANCAIS , DEVRONT QUITTER LA FRANCE ."  OR , TOUT CE QUE L'ON A ATTENDU C'EST QUE LES FRACAIS
(ET  BIEN SUR, LES RETRAITES ET LES MOINS RICHES ) DEVRONT ENCORE ET ENCORE PAYER. QUANT UN PAYS NE PEUT PLUS TROUVER DU TRAVAIL POUR SES ENFANT, ON N'EMPECHE PAS LEURS PARENTS OU LEURS
GRANDS-PARENTS DE POUVOIR LES AIDER EN LES TAXANT DE PLUS EN PUS ! !