Immigration: point de vue de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, députée UMP. Préface et commentaire deGérard Brazon

Publié le 26 Mai 2011

En annonçant une diminution progressive et raisonnée des flux d’immigration régulière vers notre pays, (J'ignore ce que veut dire raisonnée dans la mesure ou nous n'avons pas besoin de l'immigration compte tenu de la balance entre les demandeurs d'emplois et les emplois proposésClaude GUEANT, Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration, a souhaité montrer que notre politique d’immigration doit tenir compte, de manière réaliste, et avec toute la mesure républicaine nécessaire en ce domaine, des capacités d’accueil et d’intégration de notre société.( du politiquement correct qui signifie que l'on ne change rien.)

La France est une terre généreuse, une terre d’accueil ; elle est respectueuse du droit d’asile. Pour que l’immigration régulière puisse être conduite dans de bonnes conditions, avec l’assentiment de nos concitoyens, elle doit être régulée. (Il n' y a pas besoin de plus d'immigration régulière sauf à vouloir un repeuplement de notre pays ce que d'aucuns commencent à penser véritablement.  La France est généreuse certes, mais elle devient de plus en plus pauvre. Ce qui veut dire que sa générosité a atteint ses limites.)

Ainsi, nous passerons de 200 000 premiers titres de séjour délivrés annuellement à des ressortissants de pays tiers à l’Union européenne à 180 000 titres. Le gouvernement estime que l’immigration régulière de travail peut être réduite sans déséquilibrer le marché du travail. (Pour mémoire, nous avons cinq millions de personnes en recherche ou en demande d'emploi. Nous n'avons pas besoin d'immigration. Le "marché de l'emploi" devrait sans doute et en premier lieu accepter des règles qui consitent à appliquer le code du travail et non à embaucher des immigrés non déclarés et dit "sans papiers. L'état ne sanctionne pas ou peu des employeurs indélicats.)

La France a accueilli, au titre de l’immigration professionnelle, 21 400 étrangers extracommunautaires en 2008, 20 000 en 2009, près de 25 000 en 2010. En 2009, le taux de chômage des ressortissants étrangers extracommunautaires en France est, pourtant, de 23,5 % contre 9,1 % pour la moyenne nationale. Il me semble donc que l’effort à réaliser pour répondre aux tensions de recrutement dans certains secteurs doit se tourner, dans un premier temps, vers la reconversion et la formation des demandeurs d’emploi déjà présents sur notre marché du travail. Il ne s’agit pas, bien sûr, de nous priver des compétences dont nous avons besoin mais d’adapter notre politique d’immigration aux réalités nouvelles posées par la crise économique et financière mondiale qui touche notre pays. (Les chiffres sur le regroupement familiales sont évités.)

Par ailleurs, le gouvernement souhaite que l’immigration des étudiants étrangers soit, de même, mieux maîtrisée.

La France a accueilli 49 700 étudiants étrangers non communautaires en 2008, 50 700 en 2009 et plus de 60 000 en 2010. Ces étudiants contribuent au rayonnement de la France et permettent aux pays dont ils sont originaires de bénéficier du haut niveau d’enseignement dispensé en France. (Je partage tout à fait.) Beaucoup d’entre eux viennent, par exemple, pour suivre des formations universitaires. Mais il nous revient de nous assurer de leur assiduité, ainsi que d’éviter de possibles détournements vers une installation définitive sur le territoire au détriment des besoins des pays d’origine. (Cela reste à faire et surtout comment obliger un étudiant en médecine à revenir dans son pays d'origine où il y a peu d'hôpitaux sans compter les salaires fort différents d'un pays à l'autre.)

Dans le domaine de l’immigration familiale, enfin, un certain nombre d’abus, voire de fraudes, peuvent être constatés. Nous ne pouvons bien sûr nous en satisfaire. (voir plus haut sur les chiffres)

A travers ces axes de travail, le gouvernement pourra agir en vue d’une diminution raisonnable de l’immigration régulière. Cette action nous permettra de développer, avec plus de sérénité et plus d’efficacité, des programmes d’intégration cohérents et portant leurs fruits. (Aucun programme d'intégration ne sera réalisable devant l'afflux massif de l'immigration aujourd'hui. A Mantes la Jolie, mais aussi dans le 93 et ailleurs, les français de souche sont déjà minoritaires et l'apprentissage de la culture française est vécu comme une insulte par des élèves qui exigent même que certains pans de la formation scolaire ne soit plus enseignés comme l'Histoire, la biologie, la shoah et j'en passe.)

A titre personnel, j’observe que cette démarche est aussi discutée et retenue dans de nombreux pays européens : en Grande-Bretagne, en Espagne, avec, pour base politique, un consensus entre partis de droite et de gauche parlementaires. Souhaitons qu’il en soit de même au sein de l’hémicycle de notre Assemblée nationale ! (L'Espagne est en train de nous prouver que le bipartisme a vécu.)

Joëlle Ceccaldi-Raynaud 

 

 

Commentaire.

C'est un moratoire sur l'immigration qu'il nous faudrait faire jusqu'au rétablissement du plein emploi au minimum et l'intégration des immigrés en situation régulière actuellement sur le territoire. Les clandestins doivent être réintégrés dans leur pays d'origine. Là dessus, le socialiste Salengro avait parfaitement raison. Mais il semble que nos socialistes d'aujourd'hui aient oublié les enseignements de leurs pères fondateurs.  

Face à l'afflux même diminué de 20 000 immigrants, cela signifiera à terme, que les écoles vont exploser sous la pression de ces nouveaux arrivants. Des nouveaux arrivants qui n'ont plus le temps de comprendre et d'intégrer la différence culturelle et accepter pleinement cette différence. Le Maire UMP de Montfermeil, Xavier Lemoine qui est un homme de courage et d'audace nous le dit sans langue de bois. (Voir aussi Mantes-La-Jolie dans le 78 ou Villepinte dans le 93 qui soulève aussi le problème de la polygamie). La culture française sera de plus en plus bousculée du fait de cette pression et du manque de courage de bien trop de politiques qui acceptent désormais que l'Histoire de France ne soit plus enseignée au profit d'une histoire des Empires africains ainsi que l'enseignement de l'islam avant même d'aborder l'Histoire de France au fond. Que dire d'avoir supprimer Charles Martel des manuels scolaires.
Il faut savoir que la langue française n'est quasiment plus utilisée dans beaucoup de quartiers des banlieues de Paris et des grandes villes de France et surtout, bien plus grave que l'islamisation progressive de notre société se fait de plus en plus prégnante et se traduit par l'application de la charia d'ores et déjà dans les familles, les immeubles, les quartiers. Que dire de la surveillance des poubelles lors des ramadan pour contrôler s'il est appliqué ou non.
          Il y a un lien précis entre l'immigration et l'islamisation de l'Europe et de la France et ceci provoque déjà des mouvements de fond dans l'esprit des peuples que les biens pensants considèrent toujours comme étant du "populisme".
         Chacun le sait hormis semblent-il nos politiques. Mais ils sont si loin quand ils ne se sont pas isolés eux-même en se coupant des amis, des sources et du peuple pour la plupart d'entre eux.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

berlaine 27/05/2011 11:07



Oui; il est tout simplement TRISTE et HONTEUX d'entendre des "prétendus représentants de la Nation" afficher une telle doctrine "immigratoire" INUTILE et NUISIBLE pour les ouvriers français qui
soit paient durement leur connerie aveugle s'ils ont un travail où n'en trouvent pas à cause du travail clandestin organisé par certains patrons asociaux. Nombre de citoyens d'origine 
subissent les conséquences scandaleuses par exemple des manifestations prétentieuses, exactions, vols et viols commis par les tunisiens libérés de prisons par la révolution "pervenche" (où
violette; on s'y perd...) soutenus par d'autres profiteurs associatifs à foutre en tôle.!



island girl 27/05/2011 08:54



Chat échaudé craint l'eau! l'UMP est devenu l'UMPS avec mister president ,la méfiance est de rigueur et ce ne sont pas des prétendues mesurettes qui rendront confiance aux français !


 



isabelle 27/05/2011 05:34



En ce qui concerne Monsieur Géant, je m'interroge : a-t-il vraiment senti l'exaspération des Français et compris qu'on allait vers la catastrophe, ou fait-il des annonces en prévision de la
future campagne de notre actuel président ?


Nous nous sommes fait gruger une première fois ; aussi je suis très réservée.



Nancy VERDIER 27/05/2011 00:27



Oui, je pense que l'on s'oriente vers un peuplement de remplacement, des gens essentiellement musulmans qui suivront cette religion, docilement sur notre Terre de France, peuplée de Mosquées.
Nous disparaîtrons et nos enfants iront ailleurs. En Australie par exemple (c'est le pays qui a le meilleur indice de Bonheur et on  n'aime pas spécialement les Musulmans depuis
l'attentat de Bali où 200 Australiens périrent). Tout ce BlaBla de nos élus ne m'intéresse pas. Oui, ils risquent de perdre leur merveilleux Job. Ils l'auront cherché. Ce que veut l'Etat français
(les Etats européens) ce sont des consommateurs. Mais je crois qu'ils se trompent lourdement. Il peut y avoir des évènements nouveaux : des famines. On annonce que la sécheresse progresse et on
peut venir à manquer au niveau mondial (les grands scientifiques prétendent qu'il y a des solutions avec les OGM qui consomment moins d'eau). Détruire nos pays et nos peuples sera mis sur le
compte de ces dirigeants et il faudra leur faire payer chèrement..C'est un génocide. Peut-être que Claude Guéant a senti le vent tourner ?? Avec toutes ces révoltes européennes, il y a une
nouvelle donne. Je crois que la 1ère chose sera de quitter l'Europe et d'envoyer tous les fonctionnaires de Bruxelles au diable. Il faut s'attendre à des bouleversements... les deux années à
venir vont être déterminantes...