Point de vue : Face à l'islam, quelle laïcité? Par Michel Garroté

Publié le 15 Octobre 2012

par: 

 

Michel Garroté, réd en chef – Je me souviens qu’en 2010, dans la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle, puis dans la basilique de la Sainte Famille à Barcelone, Benoît XVI avait notamment déclaré (extraits adaptés) : La beauté de l’architecture sacrée est la grande nécessité de l’homme. Il est tragique qu’en Europe, surtout au 19e siècle, se soit affirmée et ait été défendue la conviction que Dieu est le rival de l’homme et l’ennemi de sa liberté. Il est nécessaire que Dieu recommence à résonner joyeusement sous le ciel de l’Europe. Avoir soin de Dieu et avoir soin de l’homme : voilà ce que l’Église désire apporter à l’Europe.

En réalité – et cela c’est moi qui l’ajoute – l’Europe vit dans le mensonge. L’Europe fait la part belle aux milieux islamiques, à l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI). L’Europe a peur du terrorisme musulman. L’Europe a peur de perdre le pétrole arabe. L’Europe a peur de ses propres banlieues. Et un jour, l’Europe paiera ses propres peurs très cher.

Pour revenir au pape, en évoquant Antonio Gaudi, architecte chrétien, concepteur de la basilique de la Sainte Famille, Benoît XVI avait insisté sur l’importance de la réconciliation entre la raison et la foi : Gaudi réalisa ce qui est aujourd’hui une des tâches les plus importantes : dépasser la scission entre conscience humaine et conscience chrétienne, entre existence dans ce monde temporel et ouverture à la vie éternelle, entre la beauté des choses et Dieu qui est la Beauté. La consécration de cette église de la Sainte Famille (faite basilique par Benoît XVI), à une époque où l’homme prétend édifier sa vie en tournant le dos à Dieu, comme s’il n’avait plus rien à lui dire, est un événement de grande signification. Par son œuvre, Gaudi nous montre que Dieu est la vraie mesure de l’homme, que le secret de la véritable originalité consiste, comme il le disait, à revenir à l’origine qui est Dieu, avait conclu Benoît XVI.

A cet égard, j’aimerais rappeler ici que l’anthropologie chrétienne (c’est à dire, la philosophie chrétienne et la théologie catholique, combinées, dans l’étude de la personne humaine), cette anthropologie est essentiellement forgée par celles et ceux que l’Eglise appelle les saintes et les saints. Avec, par exemple, saint Jean évangéliste, saint Bernard, sainte Catherine de Sienne et saint Thomas d’Aquin, les catholiques ont toute la littérature catholique nécessaire pour s’apercevoir que primo, le christianisme est issu du judaïsme ; et secundo, que contrairement au judaïsme et au christianisme, tous deux issus de la bible, l’islam, lui, dès sa naissance au 7e siècle, n’est issu que de Mahomet et du coran.

Or, les athées et les agnostiques sont également en mesure de constater qu’en termes anthropologiques, Mahomet et le coran n’arrivent pas à la cheville de la bible, à la cheville des Prophètes d’Israël, à la cheville de David et ses Psaumes, à la cheville des écrits de saint Jean évangéliste, de saint Bernard, de sainte Catherine de Sienne, saint Augustin et de saint Thomas d’Aquin. En fait, que l’on soit croyant ou pas, l’intelligence suffit pour constater que le coran est une livre assez dérisoire en comparaison de la bible et en comparaison des écrits des Prophètes d’Israël, des saintes et des saints. Il est vrai qu’une partie du clergé catholique, notamment en France et au Moyen Orient, semble avoir un degré de culture, de connaissance, de foi et d’intelligence, degré soit très limité, degré soit très infesté par le désir de plaire – à n’importe quel prix – aux représentants et dirigeants musulmans.

Pour ce qui concerne Benoît XVI, il me faudrait un long article pour tenter d’expliquer, même brièvement, sa pensée et sa position. Je crois que sur le fond, Benoît XVI est conscient du désastre annoncé, qui se prépare, avec l’idéologie islamiste. Cela mis à part, en dehors de ses écrits strictement théologiques et philosophiques, ce que le Pape dit et lit, est, souvent, écrit, par d’autres que lui, par d’autres membres de la Curie romaine. Car le pape est sollicité 10 fois par jour, 7 jours sur 7, pour recevoir quelqu’un et lui adresser quelques mots.

En résumé, il faut distinguer le dogmatique et le pastoral. Par exemple, le Concile Vatican II était pastoral et non dogmatique. Détail intéressant : le plus important texte dogmatique catholique, c’est le « Credo », le « Je crois en Dieu ». Or, ce Credo ne dit rien qui ne sorte du catholicisme. Ce que je veux dire par-là, c’est que les propos judéophobes et islamophiles ne tiennent pas la route au plan philosophique. Car le « Credo » ne demande ni de repousser les Juifs, ni d’embrasser les mahométans. En fait, d’un point de vue philosophique catholique, le peuple juif a participé et participera jusqu’à la fin des temps au plan divin. Les saintes et les saints l’ont dit et écrit. Ceux qui disent le contraire, ceux qui sont judéophobes et islamophiles sont tout simplement des idiots.

Toujours à propos de Benoît XVI, pour faire court, voici ce que je crois savoir : 1- Benoît XVI s’est fixé comme priorité l’unité. On peut aimer ou pas. Mais il a choisi l’unité. Avec qui ? Avec tous les catholiques. Avec les orthodoxes. Avec les anglicans. Avec les réformés, protestants, évangéliques. 2- Avec cela, il est vrai que l’amitié envers les Juifs, passe non pas avant, mais après l’unité que je viens d’expliciter. Benoît XVI s’est donc fixé comme deuxième priorité l’amitié avec les Juifs. En théorie, c’est gentil comme tout. En pratique, il y a encore un sacré bout de chemin à faire. Et sur ce blog, ce chemin je l’ai fait dès le premier jour et je le poursuivrai jusqu’au bout. Il y a dans l’Eglise des courants de gauche antisionistes et des courants d’extrême-droite antisémites. Et au milieu de tout ça, il y a Benoît XVI.

Je sais qu’au Vatican, ou plutôt au sein de son personnel, c’est un peu le panier de crabes, avec les « pro-ceci » et les « anti-cela ». Mais ce n’est pas parce que son personnel est parfois déficient que je vais cesser d’aimer l’Eglise.

Je suppose ou j’imagine que Benoît XVI essaye de se concentrer sur la priorité mentionnée dans mon point N°1, à savoir l’unité entre les chrétiens. Je ne sais pas comment Benoît XVI, qui n’est plus tout jeune et qui n’a jamais imaginé qu’un jour, le pauvre, il serait pape (il voulait se retirer chez son frère dans sa terre natale, la Bavière), je ne sais pas comment Benoît XVI, écrivais-je, arrive à tenir le coup, jour après jour, quand son entourage ne cesse de lui dire : « il faudrait faire comme ceci » ou « il faudrait faire comme cela » ; « il faudrait faire un pas supplémentaire vers les musulmans » ; « il faudrait faire un pas de plus vers les palestiniens ».

Pour ce qui me concerne, j’ai toujours souhaité – et je souhaite encore – élargir, le travail et le débat des idées, dans le cadre d’une anthropologie judéo-chrétienne de la société libre et laïque. De la société libre, par opposition aux sociétés totalitaires et autoritaires, que celles-ci soient fascistes, nationales-socialistes, communistes ou islamistes.

Dans ce cadre anthropologique judéo-chrétien, je me souviens, par exemple, que dès son arrivée, lundi 11 mai 2009, à l’aéroport Ben Gourion, près de la ville israélienne de Tel Aviv, Benoît XVI, avait aussitôt déclaré, au pied de l’avion, sur le tarmac : « Le peuple juif a tragiquement fait l’expérience des terribles conséquences d’idéologies qui nient la dignité fondamentale de toute personne humaine. Il est juste et opportun que, pendant mon séjour en Israël, je puisse avoir la possibilité d’honorer la mémoire des six millions de Juifs victimes de la Shoah et de prier pour que l’humanité ne soit plus jamais témoin d’un crime d’une telle ampleur. Malheureusement, l’antisémitisme continue de relever la tête en beaucoup d’endroits de notre monde. Ceci est totalement inacceptable. Tous les efforts doivent être faits pour combattre l’antisémitisme où qu’il se manifeste ».

Voilà ce que Benoît XVI avait déclaré le 11 mai 2009, à peine arrivé à l’aéroport Ben Gourion. Nos médias – évidemment – n’avaient pas relayé cela tel que Benoît XVI l’avait déclaré. En revanche, nos médias s’étaient acharnés contre d’autres propos (certes différents, et, même, pour certains d’entre eux, inopportuns) tenus par Benoît XVI lors de son séjour en Israël en mai 2009.

Mais l’essentiel, pour les catholiques, devrait – normalement -, se situer ailleurs. L’essentiel, pour les catholiques, devrait – normalement -, se situer, d’une part, dans l’origine, et d’autre part, dans l’eschatologie, dans le sort ultime de la personne humaine et dans le sort ultime de l’Univers. Concernant l’origine, Saint Bernard, parlant des chrétiens par rapport au judaïsme, a écrit que « les branches (les chrétiens) ne doivent pas être ingrates envers la racine (le judaïsme), les branches ne disputeront pas à la racine la sève qu’elles tiennent d’elle ». Concrètement, l’Eglise reconnaît le lien qui relie les catholiques au judaïsme. Avec Saint Bernard, l’Eglise demande même aux catholiques, je cite Saint Bernard, de ne pas être ingrats envers les Juifs et de se souvenir que c’est du judaïsme que les chrétiens tiennent la sève de leur foi.

L’Eglise catholique a reconnu et reconnaît encore, par des textes écrits, que les prémices de la foi catholique se trouvent dans les patriarches, dans Moïse et dans les prophètes. Saint Jean évangéliste a écrit que « le salut vient des Juifs ». C’est, du reste, la raison pour laquelle, je crois fermement, concernant l’eschatologie, concernant le sort ultime de la personne humaine et de l’Univers, que Dieu aura un seul peuple, Israël et les chrétiens issus des Nations. Dieu jugera le monde et l’Eglise de la même manière que le monde et l’Eglise auront jugé Israël. Et il ne nous appartient pas de juger, par nous-mêmes, sous quelle forme anthropologique, Dieu aura un seul peuple, Israël et les chrétiens issus des Nations, dans les temps eschatologiques.

Mais laissons les temps eschatologiques et revenons au temps présent. Le monde va mal. Il a besoin d’unité. Si quelqu’un veut faire du prosélytisme et de l’évangélisation, je l’invite, avant toute autre forme d’évangélisation, à prier et à exercer son métier. Car depuis qu’il est pape, Ratzinger a rappelé, à de nombreuses reprises, que l’évangélisation se fait d’abord par le travail et la prière ; et non pas d’abord par l’usage de la parole ou par l’écriture (à moins d’être journaliste et essayiste, n’est-ce pas ; auquel cas aussi, il faut prier d’abord et écrire ensuite…). Les grands discours (je fais allusion aux bavards professionnels ; et non pas allusion à Benoît XVI), les grands discours, écrivais-je, cela ne marche qu’un certain temps. Après, les gens se lassent et repartent déçus.

Et si nous voulons de l’œcuménisme, je propose de l’intensifier avec les Juifs et avec les Evangéliques. Plutôt que de nous planter avec les musulmans dans de creux bavardages que les musulmans eux-mêmes qualifient de creux bavardages. Actuellement, l’islam n’est pas disposé au dialogue alliant foi et raison. L’islam actuel s’avère même totalement incapable d’allier foi et raison. La réaction hystérique aux propos – pourtant purement historiques – de Benoît XVI à l’université de Ratisbonne en a témoigné. Du reste, Benoît XVI avait réitéré, en Jordanie, en 2009, son invitation aux musulmans, invitation à combiner foi et raison. Sur ce point, le discours en Jordanie de 2009 n’a pas différé du discours de Ratisbonne et n’a pas différé non plus du discours au Collège des Bernardins.

Cela m’est égal qu’il y ait plus d’un milliard de musulmans et « seulement » quelques millions de Juifs et d’Evangéliques sur terre. Ce n’est pas un motif suffisant pour privilégier le dialogue avec l’islam au détriment du dialogue avec le judaïsme et les communautés évangéliques. Dans le moyen et le long terme, c’est l’amitié judéo-chrétienne qui fera rempart aux islamistes radicaux du Hamas, du Hezbollah, des Frères musulmans, d’Ennahda, d’Al-Qaïda, d’Ahmadinejad, des talibans. Ménager l’islamisme radical, c’est un calcul à court terme. Un calcul qui ne nous créera que des ennuis. Du reste, pour le dialogue avec les musulmans, je note que l’Union Européenne ne dialogue pas avec les intellectuels musulmans réformateurs (ils sont pourtant des centaines et ils attendent toujours notre ouverture au dialogue) ; l’Union Européenne préfère dialoguer avec l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) et avec la Ligue Arabe.

Quant à l’antisionisme (que j’ai abondamment pratiqué dans ma jeunesse…), y compris l’antisionisme catholique français (très conspirationniste), il est une idéologie haineuse qui se drape dans la soi-disant défense des droits de l’homme. Si la France n’est plus antisémite, pourquoi ne le prouve-t-elle pas dans ses actes ? C’est facile de faire mémoire de la Shoah tout en refusant, à demi-mots, aux Juifs leur terre ancestrale.

A cet égard, je rappelle qu’Israël s’est retiré du Sinaï. Qu’Israël s’est retiré du Sud-Liban. Qu’Israël s’est retiré de la Bande de Gaza. Résultat : le Sinaï est un lieu de transit pour les armes qui finissent à Gaza. La Bande de Gaza est une république islamique : le Hamastan. Le Liban, ou plutôt le Hezbollistan, est une enclave iranienne dominée par la légion étrangère et mercenaire du Hezbollah. La Judée et la Samarie sont dominées par des bandes claniques, par des éléments armés du Hamas et par des éléments armés du Fatah. Et « l’Autorité » palestinienne de Mahmoud Abbas en Judée et en Samarie – concrètement sur le terrain – en termes « d’autorité », c’est du pipeau mafieux.

Pour conclure, je note que lorsque nous osons simplement défendre la société libre et laïque de culture judéo-chrétienne, la gauche, l’extrême gauche, l’extrême-droite laïque antisioniste et les islamistes nous accusent de prôner la supériorité de la civilisation chrétienne occidentale, alors que personnellement, j’ai toujours écrit « société libre et laïque de culture judéo-chrétienne » et jamais « civilisation chrétienne occidentale ». Ce mélange d’autisme et de terrorisme intellectuel, à notre encontre, reste pour moi assez hallucinant. Et puis, ce mélange d’autisme et de terrorisme intellectuel, révèle, une disparition lente, mais constante et persistante, de la connaissance. La connaissance rend libre la personne humaine. La disparition de la connaissance rendra la personne humaine esclave.

Michel Garroté, réd en chef

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et le cas échéant sources mentionnées


Read more at http://www.dreuz.info/2012/10/point-de-vue-face-a-lislam-quelle-laicite/#SyLese14HptU7X6z.99 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article