Police de la route: un citoyen emprisonné pour "Outrage au Président". Incroyable atteinte à la liberté d'expression.

Publié le 13 Novembre 2013

Ils sont devenus fous

Sur les plages avec une banderole "Hollande démission" tirée par son ULM, cet homme fit sensation.

Aujourd'hui, il se promène dans une voiture décorée "Hollande démission" et "Dégage !" (photo ci-dessous).

Il vient de se faire arrêter à Paris. Voici ses  tweets :

Deux journalistes et moi sommes arrêtés Voiture #HollandeDemission porte de Passy
4 motards m'arrêtent pour "outrage au président"
Arrêté depuis 2 heures porte de passy fourrière & commissaire de paris présents Les policiers sont nombreux à prendre des photos souvenirs
[Alerte trafic ] Éviter la porte de Passy Énorme bouchon cause repression politique en cours
Emmené au UTJDR "délit routier " Mdr
Une escorte pour aller au commissariat du 13eme. Ma jolie voiture est saisie. #valls jaloux de ma caisse?#HollandeDemission
Je rigole avec le major dans la voiture de police. J'espère ce tweet ne lui brisera pas sa carrière. #SolidariteCitoyenne#HollandeDemission
Fin du trajet avec policier sympathiques. Vous entendrez parler de moi quand je serais remis en "liberté"#SiCeMotExiste #HollandeDemission
 
Voiture-Hollande-demission.jpg
      
Le gouvernement cherche quelle loi justifie mon arrestation. Ça fait deux heures que ça cogite dur. #Democratie ?

J'espère que je serais libéré avant demain matin: je suis invite sur canal + Mais bon Valls voudrait aussi éviter ça... #HollandeDemission!

Je discute politique avec le motard qui me surveille Il fait semblant de ne pas voir mon téléphone. Il est d'accord : #Referundum !!

En ce moment 3 personnes passent en comparution immédiate pour les événements du 11 novembre sur les Champs. "violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique et rébellion".

Taubira a fait passer une circulaire pénale demandant une "particulière fermeté" non seulement contre les dégradations liées à l'écotaxe mais aussi contre les "atteintes graves portées à l'autorité de l'État et en particulier lorsque les infractions sont commises à l'encontre des forces de l'ordre ou des représentants de l'État". Donc les "outrages" à Hollande font partie du lot.

Ce régime devient de plus en plus répressif.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

LA GAULOISE 14/11/2013 09:34


JE ME SENS PERSONNELLEMENT OUTRAGEE TOUS LES JOURS LORSQUE JE VOIS LE PEU DE RESPECT QUE CE .....GOUVERNEMENT .....A POUR LES CITOYENS FRANCAIS QUE NOUS SOMMES . SOUVENONS NOUS QUE DEPUIS LA
REVOLUTION FRANCAISE LE PEUPLE EST L I B R E  ! ! ! Y COMPRIS DANS SES EXPRESSIONS .

Marie-claire Muller 13/11/2013 23:05


e 19 juin 2013, cette lettre ouverte a été transmise par un magistrat du siège à plusieurs médias parisiens, suite à l’incarcération de Nicolas Bernard Buss, 23
ans, après une comparution expresse et une condamnation inédite à deux mois de prison ferme.
Nicolas a été libéré le 9 juillet...


*************


 



" Nicolas, jeune manifestant de la Manif pour tous, est en prison depuis mercredi soir pour rébellion. Le devoir de réserve qui s’impose à moi comme
magistrat ne peut me bâillonner, il m’interdit seulement de m’exprimer à visage découvert.

C’est pourquoi j’ai choisi d’écrire sous le parrainage de ce grand magistrat, MALESHERBES, qui défendit le roy Louis XVI devant la Convention au cours du procès qui conduisit à sa condamnation a
mort. L’histoire a justement glorifié son nom, tandis qu’elle a rejeté dans l’oubli celui qui fut accusateur. A l’époque pourtant, c’était le contraire et personne n’aurait parié un kopeck sur la
réputation de l’avocat.
Aujourd’hui, Magistrats de France, ne soyez pas impressionnés par la force que déploie un pouvoir aux abois. Aujourd’hui, le 19 juin précisément, le
combat des anti mariage gay a changé de nature. Ce n’est plus un échange d’ idées, c ’est devenu un combat contre une dictature.
Le 19 juin 2013, un tribunal (celui de Paris) a condamné un manifestant de La Manif Pour Tous à une peine d’emprisonnement ferme en comparution
immédiate.

Quel était le crime commis par celui-ci justifiant cette sévérité inhabituelle alors que les agresseurs d’un train (le RER D) étaient condamnés il y a quinze jours à de simples peines assorties
du sursis, alors que les casseurs du Trocadéro du mois de mai ne sont toujours ni jugés, ni a fortiori condamnés ? Les chefs de préventions étaient rébellion
et refus de se soumettre à prélèvement génétique. Les faucheurs d’OGM, qui font du refus de prélèvement ADN un de leurs combats, sont régulièrement condamnés à des peines d’amendes...

Mais cela ne vaut pas pour Nicolas, manifestant pacifique au pied d’un studio de télévision condamné à de l’emprisonnement ferme pour partie. C’est aussi pour
la rébellion qu’il a été décerné mandat de dépôt par les juges.
Emprisonné immédiatement pour avoir refusé de se soumettre à la dictature !
Rébellion : mais c’est la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen elle-même en son article 2 qui élève au rang de droit naturel et imprescriptible la résistance à l’oppression.
Et lorsque des policiers agissent en dehors de toute légalité, (ils n’avaient pas sommé l’ attroupement de se disperser à deux reprises comme la loi les y oblige – article 431-4 du Code pénal),
alors oui, la résistance devient un devoir. Et elle s’appelle rébellion dans notre droit positif. Mais ce n’est pas une infraction, c’est un devoir de l’homme libre.
Magistrats de France, ne vous faites pas les complices de l’oppression !
Vous n’avez que le mot indépendance à la bouche, eh bien usez en aujourd’hui.
C’est dans ce moment particulier de l’histoire de France que nous vivons que nous devons agir en magistrats indépendants, le peuple de France nous en saura gré même si le pouvoir va nous
vilipender.
Lorsque la police procède à des arrestations arbitraires, notre grandeur est de dire non, de libérer ceux qui ont été injustement placés en garde-à-vue, de classer sans suite les infractions qui
n’existent nulle part ailleurs que dans l’esprit des dictateurs.
N’ayons pas peur des moyens immenses déployés par un pouvoir qui n‘en peut mais.
Quelle crédibilité accorder à la Préfecture de Police de Paris qui traque les opposants et laisse courir les délinquants ‘?
Quelle crédibilité accorder à des services de police et de gendarmerie qui ont toujours des forces disponibles lorsqu’il s’agit de maintien de l’ordre (ou de circulation routière) mais plus
personne quand il faut mener des enquêtes et procéder à des arrestations de délinquants chevronnés ?Et vous, policiers de France, qu’attendez-vous pour
poser les armes lorsque vous recevez des ordres illégaux ?Certains d‘entre vous auraient dit leur dégoût lorsqu’ils sont forcés d’arrêter des veilleurs
pacifiques. Honte à vous : si vous êtes dégoûtés, refusez ! Mais en agissant, vous vous faites les complices actifs et conscients de la dictature.
L’expression de votre gêne est pitoyable, c’est la même qui étreignait Ponce Pilate lorsqu’il envoyait le Christ au Calvaire.
Magistrats de France, ne voyez-vous donc pas que le combat n’est plus celui de la légalité mais celui de la légitimité ?

Les manifestations contre le mariage de personnes de même sexe ont montré qu’une loi ne peut pas simplement être « légale » pour être appliquée, mais elle doit surtout être légitime. Ce
n’est pas parce qu’un texte a été voté par les représentants du peuple en usant de ruses diverses qu’il est légitime. Tous les totalitarismes de l’histoire, toutes les dictatures du monde se sont
toujours appuyés sur la légalité pour agir.

Aujourd’hui, une loi a été votée et promulguée sur le mariage gay. Mais le peuple de France continue à manifester pour dire qu’ elle n’est pas légitime. Et nous devrions participer à cette
entreprise de négation du peuple ? Il n’en est pas question. Nous ne serons pas comme le Procureur de Bordeaux qui a écrit aux maires de son ressort pour
qu’ils fassent taire la voix de leur conscience sous peine des pires sanctions.
Nous ne serons pas comme le Procureur de Paris qui, après avoir été le zélé serviteur d’un gouvernement de droite lorsqu’il était le directeur de cabinet du ministre de la justice, se fait
aujourd’hui le chantre de la répression la plus sévère contre ces horribles manifestants pacifiques.Nous ne serons pas comme ces Procureurs Généraux,
quasiment tous nommés par le gouvernement d’avant 2012, qui sont aujourd’hui les courtisans les plus pressés auprès du pouvoir en place et donnant de multiples gages de leur
soumission.
Non, nous serons le rempart ultime de la liberté d’opinion, les avocats inlassables d’un peuple à qui on refuse le droit de s’exprimer.
MALESHERBES est un modèle, il s’est levé pour dire non quand tout le monde disait oui.
Le 20 juin 2013
Chrétien Guillaume de MALESHERBES "

sultana cora 13/11/2013 19:26


il me semblait pourtant que ce delit avait ete supprimé?? j'ai du rever??

DURADUPIF 13/11/2013 18:41


Qui eut demandé au Roi de démissionner... personne. Au Président de la République, un représentant lamda de la Res publiqua peut le demander, il n'y a pas lieu de le poursuivre. Elu par le
Peuple, un non représentant lamda du Peuple peut lui demander de renoncer. Je ne vois pas où est l'outrage.